Un été en Poésie (saison 3) 10 juillet-10 août 2016… Aujourd’hui Leah Goldberg

Pour la troisième année, du dimanche 10 juillet 2016 au mercredi 10 août inclus, découvrez une exposition inédite : « Un été en poésie »…
Affiche Un été en Poésie_Copyright Bruno Rigolt_2016-07_a
Thématique de l’édition 2016 : 
« D’Europe et de Méditerranées… Poésies de tous les rivages ». 

Chaque jour, du dimanche au jeudi, un poème sera publié. Cette année, de très nombreux pays seront représentés dans ce voyage en Europe et autour de la Méditerranée, mêlant écriture et arts visuels. Conformément au cahier des charges éditorial de ce blog de Lettres, le principe de la parité sera strictement respecté.


Pays représentés :
France, Espagne, Portugal, Maroc, Algérie, Tunisie, Égypte, Palestine, Israël, Liban, Syrie, Turquie,
Grèce, Italie.

Aujourd’hui… Leah Goldberg
1911, Königsberg, (Allemagne) — 1970, Jérusalem (Israël)  ISRAËL

Jeudi 28 juillet : Avrom Sutzkever… Israël
Lundi 1er août : Vénus Khoury-Ghata… Liban

 

« Les pins »

Ici je n’entendrai plus le chant du coucou.
Ici l’arbre ne se couvrira pas d’un manteau de neige,
Et pourtant c’est à l’ombre de ces pins
que mon enfance a ressuscité

au son des aiguilles : il était une fois…
J’appellerai patrie l’étendue des neiges,
la glace verdâtre entourant le cours d’eau
la langue du poème dans un pays étranger.

Peut-être que seuls les oiseaux migrateurs connaissent
lorsqu’ils sont suspendus entre ciel et terre
la douleur de deux patries

avec vous j’ai été plantée deux fois
avec vous les pins j’ai poussé
et mes racines, dans deux paysages différents.

Leah Goldberg (1911-1970)
Poème traduit de l’hébreu par Esther Orner

Poème cité par Esther Orner et Rachel Samoul, « Écrire des poèmes dans l’entre-deux »,
Babel n°18, Université du sud Toulon-Var 2008, pp.159-164 |Texte intégral|

Bruno_Rigolt_Pins près de Porto Vecchio_web5 « … c’est à l’ombre de ces pins
que mon enfance a ressuscité
au son des aiguilles : il était une fois… »

Illustration : Bruno Rigolt, « Pins près de Porto Vecchio », photographie et peinture numérique
© Copyright juillet 2016, Bruno Rigolt

frise_1
– 
 

Un été en Poésie (saison 3) 10 juillet-10 août 2016… Aujourd’hui Avrom Sutzkever

Pour la troisième année, du dimanche 10 juillet 2016 au mercredi 10 août inclus, découvrez une exposition inédite : « Un été en poésie »…
Affiche Un été en Poésie_Copyright Bruno Rigolt_2016-07_a
Thématique de l’édition 2016 : 
« D’Europe et de Méditerranées… Poésies de tous les rivages ». 

Chaque jour, du dimanche au jeudi, un poème sera publié. Cette année, de très nombreux pays seront représentés dans ce voyage en Europe et autour de la Méditerranée, mêlant écriture et arts visuels. Conformément au cahier des charges éditorial de ce blog de Lettres, le principe de la parité sera strictement respecté.


Pays représentés :
France, Espagne, Portugal, Maroc, Algérie, Tunisie, Égypte, Palestine, Israël, Liban, Syrie, Turquie,
Grèce, Italie.

Aujourd’hui… Avrom Sutzkever
Smarhon (Empire russe), 1913 — Tel-Aviv (Israël), 2010  ISRAËL

Mercredi 27  juillet : Ghassan Zaqtan… Palestine
Dimanche 31  juillet : Leah Goldberg… Israël

 

« Pain et sel »
broyt un zalts


Le soleil est à tout le monde, mais plus qu’à tous

Il est mien.

Les racines des ténèbres,

Je n’en ai nul besoin.

Je suis un enfant du soleil.

Je suis la vie même,

Et la trace d’un renard argenté sur la neige

Est ma mémoire.

Avrom Sutzkever (1913-2010)
Poème rédigé en 2000

Traduit du yiddish par Batia Baum et cité dans La Culture yiddish aujourd’hui,
Actes du colloque international organisé par le musée d’Art et d’Histoire
du judaïsme et la Bibliothèque Medem
. Paris, Bibliothèque Medem 2004

Madeleine Mirbeau_Enfant sous le soleil_1990« Je suis un enfant du soleil.
Je suis la vie même… »

Madeleine Mirbeau, « L’enfant et le soleil », 2004
huile sur toile
New York, coll. privée

frise_1
– 
 

Un été en Poésie (saison 3) 10 juillet-10 août 2016… Aujourd’hui Ghassan Zaqtan

Pour la troisième année, du dimanche 10 juillet 2016 au mercredi 10 août inclus, découvrez une exposition inédite : « Un été en poésie »…
Affiche Un été en Poésie_Copyright Bruno Rigolt_2016-07_a
Thématique de l’édition 2016 : 
« D’Europe et de Méditerranées… Poésies de tous les rivages ». 

Chaque jour, du dimanche au jeudi, un poème sera publié. Cette année, de très nombreux pays seront représentés dans ce voyage en Europe et autour de la Méditerranée, mêlant écriture et arts visuels. Conformément au cahier des charges éditorial de ce blog de Lettres, le principe de la parité sera strictement respecté.


Pays représentés :
France, Espagne, Portugal, Maroc, Algérie, Tunisie, Égypte, Palestine, Israël, Liban, Syrie, Turquie,
Grèce, Italie.

Aujourd’hui… Ghassan Zaqtan
Beit Jala, près de Bethléem (Palestine), 1954—  PALESTINE

Mardi 26  juillet : Joyce Mansour… Égypte
Jeudi 28  juillet : Avrom Sutzkever… Israël

 

« Toi l’ami »

Toi l’ami
Tu es un rire amer sur le mur des pleurs
Toi la fille
Tu nous a changés quand tu t’es éloignée
Et tu nous a changés quand nous nous sommes éloignés

Et les images…
Les paroles de toutes pièces à tout propos
L’odeur du café qui séduit le passage et ce qui s’est passé
La danse dans la robe somnolente
Toi ?
Ou les quarante ans qui soudain se sont insinués
Afin que tu aimes
Et que tu sois aimé

Partout, là où nous étions…
Partout, là où jamais n’avons gagné
Nous laissons la terre assoupie
Les vieux et les innocents
Illuminent leurs jours pour nous voir
Et crier derrière nous :
Bon Dieu ! Des gitans !

© Ghassan Zaqtan
Trad. Faroud Mardam Bey ; © Revue d’Études palestiniennes
Cité dans : Les Poètes de la Méditerranée, ©Éditions Gallimard, Culturesfrance,  Paris 2013, page 327

Van Gogh_Les_roulottes_campement_de_bohémiens_aux_environs_d'Arles« Bon Dieu ! Des gitans ! »

Vincent Van Gogh, « Les roulottes, campement de bohémiens aux environs d’Arles », 1888
Huile sur toile, détail
Paris, Musée d’Orsay. (RMN (Musée d’Orsay/Hervé Lewandowski)

black_ribbon
à la mémoire du Père Jacques Hamel, 86 ans,
sauvagement assassiné dans son église 
mardi 26 juillet 2016, à Saint-Etienne-du-Rouvray, près de Rouen.
– 
 

Un été en Poésie (saison 3) 10 juillet-10 août 2016… Aujourd’hui Joyce Mansour

Pour la troisième année, du dimanche 10 juillet 2016 au mercredi 10 août inclus, découvrez une exposition inédite : « Un été en poésie »…
Affiche Un été en Poésie_Copyright Bruno Rigolt_2016-07_a
Thématique de l’édition 2016 : 
« D’Europe et de Méditerranées… Poésies de tous les rivages ». 

Chaque jour, du dimanche au jeudi, un poème sera publié. Cette année, de très nombreux pays seront représentés dans ce voyage en Europe et autour de la Méditerranée, mêlant écriture et arts visuels. Conformément au cahier des charges éditorial de ce blog de Lettres, le principe de la parité sera strictement respecté.


Pays représentés :
France, Espagne, Portugal, Maroc, Algérie, Tunisie, Égypte, Palestine, Israël, Liban, Syrie, Turquie,
Grèce, Italie.

Aujourd’hui…  Joyce Mansour 
(Bowden, Royaume-Uni, 1928—Paris, 1986) ÉGYPTE

Lundi 25  juillet : Amina Saïd… Tunisie
Mercredi 27  juillet : Ghassan Zaqtan… Palestine

 

« Bleu comme le désert »

Heureux les solitaires
Ceux qui sèment le ciel dans le sable avide
Ceux qui cherchent le vivant sous les jupes du vent
Ceux qui courent haletants après un rêve évaporé
Car ils sont le sel de la terre
Heureuses les vigies sur l’océan du désert
Celles qui poursuivent le fennec au-delà du mirage
Le soleil ailé perd ses plumes à l’horizon
L’éternel été rit de la tombe humide
Et si un grand cri résonne dans les rocs alités
Personne ne l’entend personne
Le désert hurle toujours sous un ciel impavide
L’œil fixe plane seul
Comme l’aigle au point du jour
La mort avale la rosée
Le serpent étouffe le rat
Le nomade sous sa tente écoute crisser le temps
Sur le gravier de l’insomnie
Tout est là en attente d’un mot déjà énoncé
Ailleurs

Joyce Mansour (1928-1986)
Poèmes posthumes in Prose et poésie, Actes Sud, 1991, pages 19-20.
Sur Joyce Mansour, voir aussi « La citation de la semaine » qui lui est consacrée.

Copyright_Bruno Rigolt_Nuit dans le désert du Sahara« Tout est là en attente d’un mot déjà énoncé
Ailleurs »

Illustration : Bruno Rigolt, « Nuit dans le désert du Sahara »
(cliché personnel modifié et peinture numérique)

© Copyright 2015, Bruno Rigolt 

frise_1
black_ribbon
à la mémoire du Père Jacques Hamel, 86 ans,
sauvagement assassiné dans son église 
mardi 26 juillet 2016, à Saint-Etienne-du-Rouvray, près de Rouen.
– 
 

Un été en Poésie (saison 3) 10 juillet-10 août 2016… Aujourd’hui Amina Saïd

Pour la troisième année, du dimanche 10 juillet 2016 au mercredi 10 août inclus, découvrez une exposition inédite : « Un été en poésie »…
Affiche Un été en Poésie_Copyright Bruno Rigolt_2016-07_a
Thématique de l’édition 2016 : 
« D’Europe et de Méditerranées… Poésies de tous les rivages ». 

Chaque jour, du dimanche au jeudi, un poème sera publié. Cette année, de très nombreux pays seront représentés dans ce voyage en Europe et autour de la Méditerranée, mêlant écriture et arts visuels. Conformément au cahier des charges éditorial de ce blog de Lettres, le principe de la parité sera strictement respecté.


Pays représentés :
France, Espagne, Portugal, Maroc, Algérie, Tunisie, Égypte, Palestine, Israël, Liban, Syrie, Turquie,
Grèce, Italie.

Aujourd’hui…  Amina Saïd
(1953, Tunis — ) TUNISIE

Dimanche 24  juillet : Jamel Eddine Bencheikh… Algérie
Mardi 26  juillet : … Joyce Mansour… Égypte

 

« contrée incertaine pétrifiée endeuillée »

contrée incertaine pétrifiée endeuillée
feu fer sang barbelés
Djibouti médite au bord de la mer Rouge
les boutres pourrissent dans l’anse du port
Rimbaud assis pensif sur un pupitre d’écolier
n’a plus d’encre pour sa plume
ni de papier pour un poème

kilomètres 12 village de tôle de réfugiés
bidons d’eau rouillant le long des pistes
cônes jumeaux des volcans jaillis du sang de la mer
tels seins de femme pointant vers le soleil
arbustes en triangle soutenant l’étendue du ciel
pasteur nomade debout sur un rocher scrutant l’infini
la tombe d’un saint homme se signale par un chiffon vert
à l’extrémité d’une hampe plantée dans un amas de pierres
un cercle de pierres brunes dessine une mosquée
champs de lave noire où grouillent les serpents
sourire édenté de la faille en travers de la piste
lac Assal œil de sel grand ouvert sur un autre ciel
montagnes bleues mauves violettes du rêve éthiopique
traversées de caravanes chargées de sueur et de sel

Maskali rêve d’île d’oiseaux de coraux de sables blancs
escale et refuge d’Henri de Monfreid
idiomes des paysages et des hommes
inscrits en signes éphémères
chaque terre est notre terre et une autre terre
chaussé de sandales de cuir le dernier aventurier
hésite devant l’étal entre une mâchoire de requin
des bracelets qui ont fait le voyage sur l’océan Indien
et une Bible de nomade en langue amharique

Amina Saïd (1953- )
L’Absence l’inachevé, Paris La Différence 2009, pages 19-20.
Poème consultable en mode feuilleteuse en cliquant ici. En savoir davantage sur l’auteure.

Bruno Rigolt_La fenêtre ouverte_copyright_juillet 2016_web_3« chaque terre est notre terre et une autre terre »

Illustration : Bruno Rigolt, « La fenêtre ouverte » (peinture numérique)
© Copyright juillet 2016, Bruno Rigolt 

frise_1
– 
 

Un été en Poésie (saison 3) 10 juillet-10 août 2016… Aujourd’hui Jamel Eddine Bencheikh

Pour la troisième année, du dimanche 10 juillet 2016 au mercredi 10 août inclus, découvrez une exposition inédite : « Un été en poésie »…
Affiche Un été en Poésie_Copyright Bruno Rigolt_2016-07_a
Thématique de l’édition 2016 : 
« D’Europe et de Méditerranées… Poésies de tous les rivages ». 

Chaque jour, du dimanche au jeudi, un poème sera publié. Cette année, de très nombreux pays seront représentés dans ce voyage en Europe et autour de la Méditerranée, mêlant écriture et arts visuels. Conformément au cahier des charges éditorial de ce blog de Lettres, le principe de la parité sera strictement respecté.


Pays représentés :
France, Espagne, Portugal, Maroc, Algérie, Tunisie, Égypte, Palestine, Israël, Liban, Syrie, Turquie,
Grèce, Italie.

Aujourd’hui…  Jamel Eddine Bencheikh
27 février 1930, Casablanca (Maroc) — 8 août 2005, Tours (France) ALGÉRIE

Jeudi 21 juillet : Assia Djebar… Algérie
Lundi 25  juillet : Amina Saïd… Tunisie

 

« Insomnies »

Vents violeurs de l’absence vos voiles
Cisèlent nos solitudes entrouvertes
Ici tout relief s’éventre

Les images se voûtent sur des formes obscures
Les mots n’habillent pas le sang
Le verger des rencontres
N’a qu’un givre d’étain
Pour protéger la graine
Pétards de la fête___bouches nocturnes
Il n’est plus de surprise à lécher
Le
Ciel
Qui se mure au vent sans gémir
Rien ne commence

18 juillet 1977

Jamel Eddine Bencheikh (1930-2005 )
Le Silence s’est déjà tu, (1969-1979) 
in : Poésie I : Le Silence s’est déjà tu, suivi de L’Homme poème,
Saint-Benoît-du-Sault Tarabuste Éditions, 2000, page 26

Brighton_Pier_modifié-1« Le / Ciel / Qui se mure au vent sans gémir / Rien ne commence »

Illustration : « Brighton Pier », Angleterre, un soir de novembre…
© Copyright 2012, Bruno Rigolt 

frise_1
– 
 

Un été en Poésie (saison 3) 10 juillet-10 août 2016… Aujourd’hui Assia Djebar

Pour la troisième année, du dimanche 10 juillet 2016 au mercredi 10 août inclus, découvrez une exposition inédite : « Un été en poésie »…
Affiche Un été en Poésie_Copyright Bruno Rigolt_2016-07_a
Thématique de l’édition 2016 : 
« D’Europe et de Méditerranées… Poésies de tous les rivages ». 

Chaque jour, du dimanche au jeudi, un poème sera publié. Cette année, de très nombreux pays seront représentés dans ce voyage en Europe et autour de la Méditerranée, mêlant écriture et arts visuels. Conformément au cahier des charges éditorial de ce blog de Lettres, le principe de la parité sera strictement respecté.


Pays représentés :
France, Espagne, Portugal, Maroc, Algérie, Tunisie, Égypte, Palestine, Israël, Liban, Syrie, Turquie,
Grèce, Italie.

Aujourd’hui…  Assia Djebar (née Fatima-Zohra Imalayène)
30 juin 1936, Cherchell (Algérie) — 6 février 2015, Paris ) ALGÉRIE

Hier, mardi 19 juillet : Samira Negrouche… Algérie
Prochaine publication, dimanche 24 juillet : Jamel Eddine Bencheikh… Algérie

 

« Poème au soleil »

J’ai libéré le jour
de sa cage d’émeraude
comme une source vive
il glissa de mes doigts.

Madeleine Mirbeau_Variations autour du soleil_détail_d

J’ai libéré la nuit
de la tombe de l’onde
comme un manteau de pluie
elle retomba sur moi.

Madeleine Mirbeau_Variations autour du soleil_détail_e

J’ai libéré le ciel
de son lit d’amarantes
dans un éclair d’orgueil
il s’envola en roi.

Madeleine Mirbeau_Variations autour du soleil_détail_b

J’ai lancé le soleil
sur la scène du monde
l’ombre était si profonde
qu’il devint hors-la-loi.

Assia Djebar (1936-2015 ). Blog d’Assia Djebar
1956, in : Poèmes pour l’Algérie heureuse, Alger, S.N.E.D., 1969

Madeleine Mirbeau_Variations autour du soleil_détail_c

frise_1
– 

Madeleine Mirbeau_Variations autour du soleil_2013_web_3

Madeleine Mirbeau, « Variations autour du soleil », huile sur toile, 2013-2014
(Paris, collection particulière)

frise_1

 

Un été en Poésie (saison 3) 10 juillet-10 août 2016… Aujourd’hui Samira Negrouche

Pour la troisième année, du dimanche 10 juillet 2016 au mercredi 10 août inclus, découvrez une exposition inédite : « Un été en poésie »…
Affiche Un été en Poésie_Copyright Bruno Rigolt_2016-07_a
Thématique de l’édition 2016 : 
« D’Europe et de Méditerranées… Poésies de tous les rivages ». 

Chaque jour, du dimanche au jeudi, un poème sera publié. Cette année, de très nombreux pays seront représentés dans ce voyage en Europe et autour de la Méditerranée, mêlant écriture et arts visuels. Conformément au cahier des charges éditorial de ce blog de Lettres, le principe de la parité sera strictement respecté.


Pays représentés :
France, Espagne, Portugal, Maroc, Algérie, Tunisie, Égypte, Palestine, Israël, Liban, Syrie, Turquie,
Grèce, Italie.

Aujourd’hui… Samira Negrouche ♀
(Alger, 1980 — ) ALGÉRIE

Hier, mardi 19 juillet : Abdellatif Laâbi… Maroc
Demain, jeudi 21 juillet : Assia Djebar… Algérie

 

« Gida »

À Taverna Slavia¹ une ombre
le tramway qui glisse sur un plan imaginaire
et le ciel si gris si bas que les façades s’éloignent
et les civilisations et les patrimoines
Juste ce ciel imposant sur le dos fier et droit

D’où vient cette femme qui chemine dans le sentier nu
qui chante silencieuse un opéra inconnu
qui accouche la montagne et revient à elle

Sur les berges du fleuve qui traverse Mozart
la brume m’a fait sentir le regard inquiet
de Gida et de ses arbres noyés dans le Taksebt²
perdus dans une filiation qui ne sait pas
sa romance

Elle vient, cette femme
mains croisées derrière le dos
visage dur et accueillant
Elle vient à Taverna Slavia
et le bol brûlant prend tout son sens
la brume redresse mon dos
montagnard
J’ouvre mon corps à ce qui me rappelle
le jazz des oliviers

Samira Negrouche (1980- )
Poème cité dans l’anthologie d’Emmanuel Hiriart, Neuf poètes algériens à soleil ouvert, Paris Editinter 2010, page 129.
1. Taverna Slavia : célèbre café historique et littéraire de Prague (NDLR).
2. Taksebt : grand barrage près de la ville de Tizi Ouzou en Algérie (NDLR).
– 

Bruno Rigolt_femme kabyle_Prague_8« D’où vient cette femme qui chemine dans le sentier nu
qui chante silencieuse un opéra inconnu
 »

Crédit iconographique : Buno Rigolt, « Femme kabyle/Prague », 2016
© juillet 2016, Bruno Rigolt, photomontage et peinture numérique

Bruno Rigolt_Photomontage_femme kabyle_Prague_2016

 __

Un été en Poésie (saison 3) 10 juillet-10 août 2016… Aujourd’hui Abdellatif Laâbi

Pour la troisième année, du dimanche 10 juillet 2016 au mercredi 10 août inclus, découvrez une exposition inédite : « Un été en poésie »…
Affiche Un été en Poésie_Copyright Bruno Rigolt_2016-07_a
Thématique de l’édition 2016 : 
« D’Europe et de Méditerranées… Poésies de tous les rivages ». 

Chaque jour, du dimanche au jeudi, un poème sera publié. Cette année, de très nombreux pays seront représentés dans ce voyage en Europe et autour de la Méditerranée, mêlant écriture et arts visuels. Conformément au cahier des charges éditorial de ce blog de Lettres, le principe de la parité sera strictement respecté.


Pays représentés :
France, Espagne, Portugal, Maroc, Algérie, Tunisie, Égypte, Palestine, Israël, Liban, Syrie, Turquie,
Grèce, Italie.

Aujourd’hui… Abdellatif Laâbi ♂
(Fès, 1942 — ) MAROC

Hier, lundi 18 juillet : Álvaro de Campos (Fernando Pessoa)… Portugal
Demain, mercredi 20 juillet : Samira Negrouche… Algérie

 

« L’arbre est féminin »

L’arbre est féminin
au grand dam
de la langue française
Elle arbore ses seins nus
au grand dam des barbus
musulmans de la dernière heure
Elle est la source antique
protégée par les cierges
le scorpion
et le damier du destin
Le ciel en est ébloui
et les oiseaux préfèrent ses branches
aux replis mièvres de l’azur
L’Eden à ses pieds
dispense son eau de jouvence
aux baigneurs en conciliabule
De quoi peuvent-ils débattre
sinon de la douce folie
de la Créatrice ?

Abdellatif Laâbi (1942- ), site web
Petit musée portatif, Paris  Al Manar 2002
– 

Beatrice 2016_Rigolt_Redon_Klimt_web_4 « De quoi peuvent-ils débattre
sinon de la douce folie
de la Créatrice ?
 »

Crédit iconographique : © juillet 2016, Bruno Rigolt, photomontage et peinture numérique
D'après Odilon Redon (« Béatrice », 1885 (pastel, coll. privée) et Gustav Klimt, « L’arbre de vie », c. 1905-1909, Esquisse pour la fresque du palais Stoclet de Bruxelles. Vienne (Autriche), Museum für Angewandte Kunst (Musée des Arts Appliqués)
frise_fleur
 __

Un été en Poésie (saison 3) 10 juillet-10 août 2016… Aujourd’hui Álvaro de Campos (Fernando Pessoa)

Pour la troisième année, du dimanche 10 juillet 2016 au mercredi 10 août inclus, découvrez une exposition inédite : « Un été en poésie »…
Affiche Un été en Poésie_Copyright Bruno Rigolt_2016-07_a
Thématique de l’édition 2016 : 
« D’Europe et de Méditerranées… Poésies de tous les rivages ». 

Chaque jour, du dimanche au jeudi, un poème sera publié. Cette année, de très nombreux pays seront représentés dans ce voyage en Europe et autour de la Méditerranée, mêlant écriture et arts visuels. Conformément au cahier des charges éditorial de ce blog de Lettres, le principe de la parité sera strictement respecté.


Pays représentés :
France, Espagne, Portugal, Maroc, Algérie, Tunisie, Égypte, Palestine, Israël, Liban, Syrie, Turquie,
Grèce, Italie.

Aujourd’hui… Álvaro de Campos (Fernando Pessoa)
(Lisbonne, vers 1890 — 1935) PORTUGAL 

Hier, dimanche 17 juillet : Luis Antonio de Villena… Espagne
Demain, mardi 19 juillet : Abdellatif Laâbi… Maroc

 

« Ode Marítima »
extrait

A Santa Rita Pintor

Sozinho, no cais deserto, a esta manhã de Verão,
Olho pro lado da barra, olho pro Indefinido,
Olho e contenta-me ver,
Pequeno, negro e claro, um paquete entrando.
Vem muito longe, nítido, clássico à sua maneira.
Deixa no ar distante atrás de si a orla vã do seu fumo.
Vem entrando, e a manhã entra com ele, e no rio,
Aqui, acolá, acorda a vida marítima,
Erguem-se velas, avançam rebocadores,
Surgem barcos pequenos de trás dos navios que estão no porto.
Há uma vaga brisa.
Mas a minh’alma está com o que vejo menos,
Com o paquete que entra,
Porque ele está com a Distância, com a Manhã,
Com o sentido marítimo desta Hora,
Com a doçura dolorosa que sobe em mim como uma náusea,
Como um começar a enjoar, mas no espírito.

Olho de longe o paquete, com uma grande independência de alma,
E dentro de mim um volante começa a girar, lentamente,

Os paquetes que entram de manhã na barra
Trazem aos meus olhos consigo
O mistério alegre e triste de quem chega e parte.
Trazem memórias de cais afastados e doutros momentos
Doutro modo da mesma humanidade noutros pontos.
Todo o atracar, todo o largar de navio,
É — sinto-o em mim como o meu sangue –
Inconscientemente simbólico, terrivelmente
Ameaçador de significações metafísicas
Que perturbam em mim quem eu fui…

Ah, todo o cais é uma saudade de pedra!
E quando o navio larga do cais
E se repara de repente que se abriu um espaço
Entre o cais e o navio,
Vem-me, não sei porquê, uma angústia recente,
Uma névoa de sentimentos de tristeza
Que brilha ao sol das minhas angústias relvadas
Como a primeira janela onde a madrugada bate,
E me envolve como uma recordação duma outra pessoa
Que fosse misteriosamente minha.

Álvaro de Campos (Fernando Pessoa), vers 1890—1935
avril-mai-juin 1915
– 

Bruno_Rigolt_Copyright 2016_En_Voyage_2« Olho de longe o paquete, com uma grande independência de alma,
E dentro de mim um volante começa a girar, lentamente..
. »

Crédit photographique : © juillet 2016, Bruno Rigolt, « En Voyage » (détail)
photomontage et peinture numérique

frise_fleur
 __

« Ode maritime »

extrait

A Santa Rita Pintor

Seul, sur le quai désert, en ce matin d’été,
Je regarde du côté de la « barre », je regarde vers l’Indéfini,
Je regarde, et j’ai plaisir à voir,
Petit, noir et clair, un paquebot qui entre.
Il apparaît très loin, net et classique à sa manière.
Laissant derrière lui dans l’air distant la lisière vaine de sa fumée.
Il entre, et le matin entre avec lui, et sur le fleuve,
Ici et là, s’éveille la vie maritime,
Des voiles se tendent, des remorqueurs avancent,
De frêles embarcations jaillissent de derrière les bateaux du port.
Il y a une vague brise,
Mais mon âme est avec ce que je vois le moins,
Avec le paquebot qui entre,
Parce qu’il est avec la Distance, avec le Matin,
Avec l’essence maritime de cette Heure,
Avec la douceur douloureuse qui monte en moi comme une nausée,
Comme un début de mal de mer, mais dans l’esprit.

Je regarde de loin le paquebot avec une grande indépendance d’âme,
Et au fond de moi commence à tourner un volant, lentement.

Les paquebots qui le matin passent la « barre »
Charrient devant mes yeux
Le mystère joyeux et triste des arrivées et des départs.
Ils charrient des souvenirs de quais lointains et d’autres moments
D’une autre façon de la même humanité en d’autres ports.
Tout abordage, tout largage des amarres,
Est – je le sens en moi comme mon propre sang –
Inconsciemment symbolique, terriblement
Menaçant de significations métaphysiques
Qui perturbent en moi celui que j’ai été…

Ah, le quai est tout entier une mélancolie de pierre !
Et lorsque le navire se sépare du quai
Et qu’il devient manifeste qu’un espace s’est ouvert
Entre navire et quai,
Il me vient, j’ignore pourquoi, une angoisse récente,
Une brume de sentiments de tristesse
Qui brille au soleil de mes pelouses d’angoisse
Comme la première fenêtre où frappe le petit jour,
Et m’enveloppe comme le souvenir d’un autre
Qui serait mystérieusement mien.

avril-mai-juin 1915

Œuvres complètes de Fernando Pessoa, sous la direction de Joaquim Vital,
Volume 3, Poésies et proses de Álvaro de Campos, publiées du vivant de Fernando Pessoa, réunies, annotées et présentées par José Blanco, traduites du portugais par Dominique Touati et Simone Biberfeld, présentées par Teresa Rita Lopes.
Paris, Éditions de la Différence, 1988, pages 62-65.

Une nouvelle traduction est proposée par les Éditions de la Différence à cette adresse, mais nous lui préférons personnellement la présente version.

Bruno_Rigolt_Copyright 2016_En_Voyage_web_a « Je regarde de loin le paquebot avec une grande indépendance d’âme,
Et au fond de moi commence à tourner un volant, lentement..
. »

Crédit photographique : © juillet 2016, Bruno Rigolt, « En Voyage » (photomontage et peinture numérique)

frise_fleur

black_ribbonNice, 14 juillet 2016
« Souviens-toi. N’oublie pas. »

Un été en Poésie (saison 3) 10 juillet-10 août 2016… Aujourd’hui Luis Antonio de Villena

Pour la troisième année, du dimanche 10 juillet 2016 au mercredi 10 août inclus, découvrez une exposition inédite : « Un été en poésie »…
Affiche Un été en Poésie_Copyright Bruno Rigolt_2016-07_a
Thématique de l’édition 2016 : 
« D’Europe et de Méditerranées… Poésies de tous les rivages ». 

Chaque jour, du dimanche au jeudi, un poème sera publié. Cette année, de très nombreux pays seront représentés dans ce voyage en Europe et autour de la Méditerranée, mêlant écriture et arts visuels. Conformément au cahier des charges éditorial de ce blog de Lettres, le principe de la parité sera strictement respecté.


Pays représentés :
France, Espagne, Portugal, Maroc, Algérie, Tunisie, Égypte, Palestine, Israël, Liban, Syrie, Turquie,
Grèce, Italie.

Aujourd’hui… Luis Antonio de Villena 
(Madrid 1951— ) ESPAGNE 

Jeudi 14 juillet : Luis Cernuda… Espagne
Demain, lundi 18 juillet : Álvaro de Campos (Fernando Pessoa)… Portugal

 

« Raso en la autopista »

l’anima sua bianchissima e leggera
Sergio Corazzini

Brillantes son las avenidas de la noche,
las vacías autopistas que solitario
atraviesas en la cabina de un coche,
como si una soledad acristalada
permitiese la vida de los sueños, de las
niñas que mueren de amor ante los
cines, fuera del mundo, al borde de la noche.
Automóviles solos que en todos los moteles
hablan del saxo azul de los night-clubs,
de un silencio de seda, del fuego que
abrasa las tablas de la ley cuando
el malhechor —raso en la pechera— decide
ahogar su dolor en los cetáceos muertos,
en la pálida estrella que ve brillar
tras el arabesco del balcón en un
motel cualquiera…
Con el alba el claror redibuja un paisaje,
el cascote del día resuena contra el
níquel y hay olor a comienzo de caza
en los bares desiertos, desiertas avenidas…
Las sábanas entonces, al que tarde regresa,
le ofrecen dulzura de hierba cortada,
rocío en las hojas de los tréboles,
trinos de tordos que saludan al alba.
En tanto tú regresas, marchito el clavel
en la tersa solapa, dispuesto al sueño,
al olvido del dolor, al rubio olor del champaña…
Y mientras, las carreteras desenvuelven
las alfombras azules de la madrugada.

Luis Antonio de Villena (1954— ), site web
Sublime solarium, Madrid, Editorial Azur, Colección Bezoar,  1971
frise_fleur
 __

« Satin sur l’autoroute »

l’anima sua bianchissima e leggera*
Sergio Corazzini

Elles sont brillantes les avenues de la nuit,
les vides autoroutes que solitaire
tu traverses dans l’habitacle d’une voiture,
comme si une solitude vitrée
permettait la vie des rêves, des
filles qui meurent d’amour devant les
cinémas, hors du monde, au bord de la nuit.

Des autos seules qui dans tous les motels
parlent du saxo bleu des night-clubs,
d’un silence de soie, du feu qui
embrase les tables de la loi quand
le malfaiteur —plastron doublé de satin— décide
de noyer sa douleur dans les cétacés morts,
dans l’étoile pâle qu’il voit briller
à travers l’arabesque du balcon dans un
motel quelconque…
À l’aube la clarté redessine un paysage,
les gravats du jour résonnent contre le
nickel et il y a une odeur de début de chasse
dans les bars déserts, les avenues désertes…

Alors pour celui qui rentre tard, les draps
sont une douce offrande d’herbe coupée,
de rosée sur les feuilles des trèfles,
de gazouillis de grives qui saluent l’aube.

Et tandis que tu reviens, l’œillet flétri
à ton revers lustré, prêt au rêve,
à l’oubli de la douleur et de l’odeur blonde du champagne…
Pendant ce temps-là, les routes déroulent
les tapis bleus du point du jour.

Traduction : Bruno Rigolt

* « l’anima sua bianchissima e leggera » : en italien, « son âme si blanche et légère »

Bruno_Rigolt_Nighttown_copyright juillet 2016_web_2« Brillantes son las avenidas de la noche... »

Crédit photographique : © juillet 2016, Bruno Rigolt, « In Nighttown » (Manhattan, New York)

frise_fleur

black_ribbonNice, 14 juillet 2016
« Souviens-toi. N’oublie pas. »

Un été en Poésie (saison 3) 10 juillet-10 août 2016… Aujourd’hui Luis Cernuda

Pour la troisième année, du dimanche 10 juillet 2016 au mercredi 10 août inclus, découvrez une exposition inédite : « Un été en poésie »…
Affiche Un été en Poésie_Copyright Bruno Rigolt_2016-07_a
Thématique de l’édition 2016 : 
« D’Europe et de Méditerranées… Poésies de tous les rivages ». 

Chaque jour, du dimanche au jeudi, un poème sera publié. Cette année, de très nombreux pays seront représentés dans ce voyage en Europe et autour de la Méditerranée, mêlant écriture et arts visuels. Conformément au cahier des charges éditorial de ce blog de Lettres, le principe de la parité sera strictement respecté.


Pays représentés :
France, Espagne, Portugal, Maroc, Algérie, Tunisie, Égypte, Palestine, Israël, Liban, Syrie, Turquie,
Grèce, Italie.

Aujourd’hui… Luis Cernuda 
(Séville 1902—Mexico 1963) ESPAGNE

Hier, mercredi 13 juillet : Ramón del Valle-Inclán… Espagne
Dimanche 17 juillet : Luis Antonio de Villena… Espagne

 

« El viento y el alma »

Con tal vehemencia el viento
viene del mar, que sus sones
elementales contagian
el silencio de la noche.

Solo en tu cama le escuchas
insistente en los cristales
tocar, llorando y llamando
como perdido sin nadie.

Mas no es él quien en desvelo
te tiene, sino otra fuerza
de que tu cuerpo es hoy cárcel,
fue viento libre, y recuerda.

Luis Cernuda (1902—1963)
Invitación a la poesía, Seix Barral, Barcelona 1975, p. 41
frise_fleur
 __

« Le vent et l’âme »

Avec tant de force le vent
vient de la mer, que ses sons
élémentaires imprègnent
le silence de la nuit.

Seul dans ton lit tu l’écoutes
arrogant frapper à la vitre
et tu pleures et tu supplies
comme perdu sans personne.

Mais ce n’est pas lui qui en songe
te tient, mais une autre force
dont ton corps est aujourd’hui prisonnier,
c’est le vent libre du souvenir.

Traduction : Bruno Rigolt

Dali_Réminiscence archéologique de l'Angélus de Millet« c’est le vent libre du souvenir... »

Illustration : Salvador Dali, « Réminiscence archéologique de l’Angélus de Millet » (huile sur panneau, 1933-1935)
St. Petersburg, University of South Florida (États-Unis)

black_ribbonNice, 14 juillet 2016
« Souviens-toi. N’oublie pas. »

Bruno Rigolt_Nice-14 juillet 2016_copyright BR© 15 juillet 2016, Bruno Rigolt, photographie et peinture numérique

Un été en Poésie (saison 3) 10 juillet-10 août 2016… Aujourd’hui Ramón del Valle-Inclán

Pour la troisième année, du dimanche 10 juillet 2016 au mercredi 10 août inclus, découvrez une exposition inédite : « Un été en poésie »…
Affiche Un été en Poésie_Copyright Bruno Rigolt_2016-07_a
Thématique de l’édition 2016 : 
« D’Europe et de Méditerranées… Poésies de tous les rivages ». 

Chaque jour, du dimanche au jeudi, un poème sera publié. Cette année, de très nombreux pays seront représentés dans ce voyage en Europe et autour de la Méditerranée, mêlant écriture et arts visuels. Conformément au cahier des charges éditorial de ce blog de Lettres, le principe de la parité sera strictement respecté.


Pays représentés :
France, Espagne, Portugal, Maroc, Algérie, Tunisie, Égypte, Palestine, Israël, Liban, Syrie, Turquie,
Grèce, Italie.

Aujourd’hui… Ramón del Valle-Inclán 
(1866, Vilanova de Arousa—1936, Saint-Jacques-de-Compostelle) ESPAGNE

Hier, mardi 12 juillet : Yves Bonnefoy… France
Demain, jeudi 14 juillet : Luis Cernuda… Espagne

 

« Rosa de Melancolía »

Era yo otro tiempo un pastor de estrellas,
y la vida, como luminoso canto.
Un símbolo eran las cosas más bellas
para mí : la rosa, la niña, el acanto.

Y era la armoniosa voz del mundo,
una onda azul que rompe en la playa de oro,
cantando el oculto poder de la luna
sobre los destinos del humano coro.

Me daba Epicuro sus ánforas llenas,
un fauno me daba su agreste alegría,
un pastor de Arcadia, miel de sus colmenas.

Pero hacia el ensueño navegando un día,
escuché lejano canto de sirenas
y enfermó mi alma de Melancolía.

Ramón del Valle-Inclán (1866-1936)
El Pasajero, 1920
frise_fleur
 __

« Rose de Mélancolie »

J’étais en d’autres temps le berger des étoiles,
et la vie était un chant de lumière.
Purs symboles étaient les choses les plus belles
pour moi : la rose, la jeune fille, l’acanthe.

Et la voix harmonieuse du monde était
une onde bleue qui se brise sur la plage d’or,
chantant le pouvoir occulte de la lune
sur le destin des paroles humaines.

Épicure m’offrait ses amphores pleines,
Un faune me donnait sa joie agreste,
Un berger d’Arcadie, le miel de ses ruchers.

Mais vers le rêve naviguant un jour,
j’entendis le chant lointain des sirènes,
et mon âme tomba malade de Mélancolie.

Traduction inédite : Bruno Rigolt

Magritte_ La Mémoire 1948« Et mon âme tomba malade de Mélancolie... »

Illustration : René Magritte, « La Mémoire » (1948). Musée d’Ixelles, Bruxelles

frise_fleur

Un été en Poésie (saison 3) 10 juillet-10 août 2016… Aujourd’hui Yves Bonnefoy

Pour la troisième année, du dimanche 10 juillet 2016 au mercredi 10 août inclus, découvrez une exposition inédite : « Un été en poésie »…
Affiche Un été en Poésie_Copyright Bruno Rigolt_2016-07_a
Thématique de l’édition 2016 : 
« D’Europe et de Méditerranées… Poésies de tous les rivages ». 

Chaque jour, du dimanche au jeudi, un poème sera publié. Cette année, de très nombreux pays seront représentés dans ce voyage en Europe et autour de la Méditerranée, mêlant écriture et arts visuels. Conformément au cahier des charges éditorial de ce blog de Lettres, le principe de la parité sera strictement respecté.


Pays représentés :
France, Espagne, Portugal, Maroc, Algérie, Tunisie, Égypte, Palestine, Israël, Liban, Syrie, Turquie,
Grèce, Italie.

Aujourd’hui… Yves Bonnefoy 
(1923, Tours — 2016, Paris )  FRANCE

Hier, lundi 11 juillet : Catherine Pozzi… France
Demain, mercredi 13 juillet : Ramón del Valle-Inclán… Espagne

 

« Aube, fille des larmes, rétablis »

Aube, fille des larmes, rétablis
La chambre dans sa paix de chose grise
Et le cœur dans son ordre.
Tant de nuit
Demandait à ce feu qu’il décline et s’achève,
Il nous faut bien veiller près du visage mort.
A peine a-t-il changé… Le navire des lampes
Entrera-t-il au port qu’il avait demandé,
Sur les tables d’ici la flamme faite cendre
Grandira-t-elle ailleurs dans une autre clarté ?
Aube, soulève, prends le visage sans ombre,
Colore peu à peu le temps recommencé.

_

Yves Bonnefoy  (1923-2016)
À une terre d’aube, Mercure de France Paris 1978.
Édition utilisée : Poèmes, Paris Gallimard NRF coll. « Poésie » 1982, page 165.

BR D'après Matisse« Aube, soulève, prends le visage sans ombre,
Colore peu à peu le temps recommencé. »

Illustration : Bruno Rigolt, Variations autour d’un dessin d’Henri Matisse (« Visage de face », crayon, 1952)
|Document original|

frise_fleur

« Le jardin était d’orangers »

Le jardin était d’orangers, l’ombre bleue, des oiseaux pépiaient dans les branches. Le grand vaisseau, tous feux allumés, avançait lentement, entre ces rives silencieuses. Qu’est-ce que la couleur, se demanda celui qui venait de pousser la petite porte basse, dont le bois s’effritait, s’en allait par plaques après tant d’années, tant de pluies. Peut-être est-elle le signe que Dieu nous fait à travers le monde, parce que de ce vert à ce bleu ou à cet ocre un peu rouge c’est en somme comme une phrase mais qui n’a pas de sens, et qui donc se tait, comme lui ? Le bateau s’était arrêté, mieux visibles étaient maintenant toutes ces personnes qui allaient et venaient sur un des ponts, silhouettes noires au-dessus de petites flammes, dans des fumées. Mais le monde n’a pas de couleurs, comme on le croit si naïvement, se dit-il encore, c’est la couleur qui est, seule, et ses ombres à lui, lieux ou choses, ne sont que la façon qu’elle a de se nouer à soi seule, de s’inquiéter de soi, de chercher rivage. La nuit tombe, le jour se lève, mais c’est toujours le même bleu, parfois gris, ou le même rouge à travers les heures, n’est-ce pas ? Et quant aux mots ! — On descendait du bateau, déjà, des enfants, beaucoup d’enfants qui couraient en tous sens, riaient, puis une femme âgée, la tête ceinte de flammes, puis un vieillard au bras d’un jeune homme, vêtu de blanc. Et combien d’autres encore ! Mais lui, déjà, cet autre arrivant, ne regardait plus, qui avançait tout pensif dans le jardin des orangers, sur le sable.

Yves Bonnefoy  (1923-2016)
La Vie errante, « Lis le livre ! », Paris, Mercure de France 1993, pages 11-12.

Bruno Rigolt_Les orangers« Mais lui, déjà, cet autre arrivant, ne regardait plus, qui avançait tout pensif
dans le jardin des orangers… »

Illustration : Bruno Rigolt, « Les orangers », (cliché personnel modifié numériquement)

frise_fleur

Un été en Poésie (saison 3) 10 juillet-10 août 2016… Aujourd’hui Catherine Pozzi…

Pour la troisième année, du dimanche 10 juillet 2016 au mercredi 10 août inclus, découvrez une exposition inédite : « Un été en poésie »…
Affiche Un été en Poésie_Copyright Bruno Rigolt_2016-07_a
Thématique de l’édition 2016 : 
« D’Europe et de Méditerranées… Poésies de tous les rivages ». 

Chaque jour, du dimanche au jeudi, un poème sera publié. Cette année, de très nombreux pays seront représentés dans ce voyage en Europe et autour de la Méditerranée, mêlant écriture et arts visuels. Conformément au cahier des charges éditorial de ce blog de Lettres, le principe de la parité sera strictement respecté.


Pays représentés :
France, Espagne, Portugal, Maroc, Algérie, Tunisie, Égypte, Palestine, Israël, Liban, Syrie, Turquie,
Grèce, Italie.

Aujourd’hui… Catherine Pozzi
(1882 — 1934 Paris )  FRANCE

Hier, dimanche 10 juillet : Renée Vivien… France
Demain, mardi 12 juillet : Yves Bonnefoy… France

 

« Maya »

Je descends les degrés de siècles et de sable
Qui retournent à vous l’instant désespéré
Terre des temples d’or, j’entre dans votre fable
__________Atlantique adoré.

D’un corps qui ne m’est plus que fuie enfin la flamme
L’Âme est un nom chéri détesté du destin —
Que s’arrête le temps, que s’affaisse la trame,
Je reviens sur mes pas vers l’abîme enfantin.

Les oiseaux sur le vent dans l’ouest marin s’engagent,
Il faut voler, bonheur, à l’ancien été
Tout endormi profond où cesse le rivage

Rochers, le chant, le roi, l’arbre longtemps bercé,
Astres longtemps liés à mon premier visage,

Singulier soleil de calme couronné.

_

Catherine Pozzi  (1882-1934)
Poèmes, Paris Gallimard 1959
Édition utilisée :  Catherine Pozzi, Œuvre poétique, textes recueillis, établis et présentés par Lawrence Joseph. Paris Éditions de la Différence 1988, page 59.

Soir_et_la_mer_ Bruno Rigolt_2016« Il faut voler, bonheur, à l’ancien été/Tout endormi profond où cesse le rivage… »
© 2012, 2016 Bruno Rigolt, (Cliché personnel et peinture numérique)

frise_fleur

Un été en Poésie (saison 3) 10 juillet-10 août 2016… Aujourd’hui Renée Vivien…

Pour la troisième année, du dimanche 10 juillet 2016 au mercredi 10 août inclus, découvrez une exposition inédite : « Un été en poésie »…
Affiche Un été en Poésie_Copyright Bruno Rigolt_2016-07_a
Thématique de l’édition 2016 : 
« D’Europe et de Méditerranées… Poésies de tous les rivages ». 

Chaque jour, du dimanche au jeudi, un poème sera publié. Cette année, de très nombreux pays seront représentés dans ce voyage en Europe et autour de la Méditerranée, mêlant écriture et arts visuels. Conformément au cahier des charges éditorial de ce blog de Lettres, le principe de la parité sera strictement respecté.


Pays représentés :
France, Espagne, Portugal, Maroc, Algérie, Tunisie, Égypte, Palestine, Israël, Liban, Syrie, Turquie,
Grèce, Italie.

Aujourd’hui… Renée Vivien 
(Pauline Mary Tarn, 1877, Londres — Paris, 1909)… FRANCE

Demain, lundi 11 juillet : Catherine Pozzi… France

 

« Aurore sur la mer »

Je te méprise enfin, souffrance passagère !
J’ai relevé le front. J’ai fini de pleurer.
Mon âme est affranchie, et ta forme légère
Dans les nuits sans repos ne vient plus l’effleurer.
 
Aujourd’hui je souris à l’Amour qui me blesse.
Ô vent des vastes mers, qui, sans parfum de fleurs,
D’une âcre odeur de sel ranimes ma faiblesse,
Ô vent du large ! Emporte à jamais les douleurs !
 
Emporte les douleurs au loin, d’un grand coup d’aile,
Afin que le bonheur éclate, triomphal,
Dans nos cœurs où l’orgueil divin se renouvelle,
Tournés vers le soleil, les chants et l’idéal !
_

Renée Vivien  (1877-1909)
Études et Préludes, Paris Alphonse Lemerre éditeur, 1901

Voiliers près de Menton_Bruno Rigolt_juillet_2015_2016_déf « Emporte les douleurs au loin, d’un grand coup d’aile… »
© 
Bruno Rigolt, « Voiliers près du Cap Martin » (Cliché personnel et peinture numérique)

frise_fleur

Bientôt… « Un été en poésie »… édition 2016 : 10 juillet-10 août 2016

En été, hydratez votre cerveau au maximum !

Pour la troisième année, du dimanche 10 juillet 2016 au mercredi 10 août inclus, découvrez une exposition inédite : « Un été en poésie »

Thématique de l’édition 2016 : 

« D’Europe et de Méditerranées… Poésies de tous les rivages »

Chaque jour, du dimanche au jeudi, un poème sera publié. Cette année encore, de très nombreux pays seront représentés dans ce voyage en Europe et autour de la Méditerranée, mêlant écriture et arts visuels. Conformément au cahier des charges éditorial de ce blog de Lettres, le principe de la parité sera strictement respecté.

Pays représentés : France, Espagne, Portugal, Maroc, Algérie, Tunisie, Égypte, Palestine, Israël, Liban, Syrie, Turquie, Grèce, Italie.

Affiche Un été en Poésie_Copyright Bruno Rigolt_2016-07_a © Copyright juillet 2016, Bruno Rigolt
(peinture numérique spécialement créée pour l’expo 2016)