Exposition « Transmutations, les chemins de l’invisible »… Mehdi E. H.

La classe de Première 5 et la classe de Première STMG1 du Lycée en Forêt présentent…

Transmutations : les chemins de l’invisible
15 décembre 2019 – 20 janvier 2020

« Extraordinaires banalités »… Une simple chaise, des cailloux, une palissade, un banal réverbère, quelques gouttes d’eau laissées sur un pare-brise, un quai de gare vide ou une photo ratée… Tels ont été les matériaux banals auxquels se sont intéressés les élèves, qui ont rédigé leur texte et l’ont illustré personnellement.

En somme, écrire un poème, n’est-ce pas apprendre à « se faire voyant » tel que l’affirmait Rimbaud pour faire naître du banal l’apparition ? Ainsi, l’ordinaire ouvre non seulement à la quête métaphysique mais aussi à un chemin initiatique : celui d’une élévation intérieure, et d’une poétique de l’invisible…

Pour lire le texte de présentation dans son intégralité, cliquez ici.
Chaque semaine, plusieurs textes seront publiés dans cet Espace pédagogique et rassemblés ultérieurement dans un recueil présenté lors de la journée portes ouvertes du lycée. Ce recueil sera ensuite consultable au CDI du lycée.

Crédit iconographique (affiche de l’exposition) : © Bruno Rigolt, décembre 2019

 

« Le spleen du bus… »

par Mehdi E. H.
Classe de Première STMG1

Tôt, tous les matins de la semaine à la même heure,
Je m’assois à la même place :
Celle du fond
Pour pouvoir regarder les gens
D’un air absent, d’un air innocent
Les gens souvent serrés
Et j’attends le terminus
Arrivé à ma destination, j’ai hâte d’être au soir
Pour pouvoir rentrer chez moi,
Parler avec mes amis pour raconter la journée.

Tard, tous les soirs de la semaine à la même heure,
Je m’assois à la même place :
Celle du fond.
Fin de journée : même routine et gens toujours serrés
Certains s’occupent, d’autres dorment
Discrètement, je regarde l’état du bus
Le matin, il est propre
Le soir, à voir son état, je m’aperçois
Que lui aussi est fatigué.
Longue et interminable journée sur les chemins de la vie…

« Tôt, tous les matins de la semaine à la même heure,
Je m’assois à la même place :
Celle du fond…
»

Illustration : © Mehdi E. H., 2019

Exposition « Transmutations, les chemins de l’invisible »… Ketty P.

La classe de Première 5 et la classe de Première STMG1 du Lycée en Forêt présentent…

Transmutations : les chemins de l’invisible
15 décembre 2019 – 15 février 2020

« Extraordinaires banalités »… Une simple chaise, des cailloux, une palissade, un banal réverbère, quelques gouttes d’eau laissées sur un pare-brise, un quai de gare vide ou une photo ratée… Tels ont été les matériaux banals auxquels se sont intéressés les élèves, qui ont rédigé leur texte et l’ont illustré personnellement.

En somme, écrire un poème, n’est-ce pas apprendre à « se faire voyant » tel que l’affirmait Rimbaud pour faire naître du banal l’apparition ? Ainsi, l’ordinaire ouvre non seulement à la quête métaphysique mais aussi à un chemin initiatique : celui d’une élévation intérieure, et d’une poétique de l’invisible…

Pour lire le texte de présentation dans son intégralité, cliquez ici.
Chaque semaine, plusieurs textes seront publiés dans cet Espace pédagogique et rassemblés ultérieurement dans un recueil présenté lors de la journée portes ouvertes du lycée. Ce recueil sera ensuite consultable au CDI du lycée.

Crédit iconographique (affiche de l’exposition) : © Bruno Rigolt, décembre 2019

 

« 14 h 43 : l’arbre et la société »

par Ketty P.
Classe de Première STMG1

Je courrais le long du trottoir afin d’être à l’heure pour mon cours d’anglais.
Soudain je trébuchai. « Oh ! Mince » : au milieu de ce trottoir, le pied d’un arbre…
14h43, et cette racine tapie dans l’ombre et le goudron
Sous les rayons du soleil.

Un vieil arbre sans aucune valeur que personne ne remarque vraiment
Mais… Pourquoi fait-il trébucher autant de monde ?
Et pourquoi juste au milieu de ce trottoir ?
Peut-être un appel ? Mais qui l’entendra ?

Ou bien une preuve que la nature essaie de lutter contre la société ?
Mais qui la verra ? Pauvre racine au milieu du bitume et du béton
Je ne sais pas pourquoi mais j’ai tout de suite pensé à Baudelaire :
« Tu m’as donné ta boue et j’en ai fait de l’or ».

Aux yeux de l’homme, la nature est la boue. Il la détruit
Pour faire place nette à la société : panneaux de fer et chemins de béton.
Et pourtant la nature, je veux dire cet arbre en lui-même, devrait représenter l’or,
L’or de la planète terre, l’or du temps au milieu de la ville…

Alors j’ai pris mon smartphone pour ne pas oublier ni le tronc ni l’écorce,
Ni la nature et la terre éphémère. Et qu’importe le retard en cours.
J’ai essayé de prendre les détails essentiels : la racine dans l’ombre
Essayant de fuir le goudron, qui lui se trouve sous les rayons du soleil.

A vrai dire, cet arbre en lui-même n’est pas vraiment beau,
Mais il a tellement de valeur (même plus que mon smartphone),
Ce vieil arbre est peut-être plus ancien que nos ancêtres,
C’est lui qui nous donne la possibilité de respirer

Car il est le souffle de la vie qui donne sens à la vie,
L’arbre est l’or de la planète terre sous les rayons du soleil…
Sereinement, opiniâtrement : la vie de l’arbre est mêlée à notre vie
Malgré la société qui lui marche dessus…

« Ce vieil arbre est peut-être plus ancien que nos ancêtres,
C’est lui qui nous donne la possibilité de respirer
Car il est le souffle de la vie qui donne sens à la vie…
 »

Illustration : © Ketty P., 2019

Exposition « Transmutations, les chemins de l’invisible »… Héléa M.

La classe de Première 5 et la classe de Première STMG1 du Lycée en Forêt présentent…

Transmutations : les chemins de l’invisible
15 décembre 2019 – 20 janvier 2020

« Extraordinaires banalités »… Une simple chaise, des cailloux, une palissade, un banal réverbère, quelques gouttes d’eau laissées sur un pare-brise, un quai de gare vide ou une photo ratée… Tels ont été les matériaux banals auxquels se sont intéressés les élèves, qui ont rédigé leur texte et l’ont illustré personnellement.

En somme, écrire un poème, n’est-ce pas apprendre à « se faire voyant » tel que l’affirmait Rimbaud pour faire naître du banal l’apparition ? Ainsi, l’ordinaire ouvre non seulement à la quête métaphysique mais aussi à un chemin initiatique : celui d’une élévation intérieure, et d’une poétique de l’invisible…

Pour lire le texte de présentation dans son intégralité, cliquez ici.
Chaque semaine, plusieurs textes seront publiés dans cet Espace pédagogique et rassemblés ultérieurement dans un recueil présenté lors de la journée portes ouvertes du lycée. Ce recueil sera ensuite consultable au CDI du lycée.

Crédit iconographique (affiche de l’exposition) : © Bruno Rigolt, décembre 2019

 

« Les poings serrés… »

par Héléa M.
Classe de Première STMG1

Jour comme un autre
Lorsque mes yeux ont rivé sur tes jolies formes,
Jour comme un autre
Et j’ai compris que c’était toi qui pouvais me libérer
De ce spleen dans ma vie et sûrement me protéger.
Tu m’as donné ta boue et des coups et du sang
Et j’en ai fait de l’or et du vent

Du cuir je ne vois que la surface,
Sensation sur ma peau qui s’accroche,
Tu m’as donné ta boue et des coups
Les poings serrés attendant cette sonnerie provoquant un nouveau souffle…
Une libération totale
Qui déclenchera une avalanche de coups et d’étoiles,
Tu me protégeras des blessures et m’assureras l’idéal.

Souffler, garder mon assurance et recommencer avec toi
Qui es doté d’une beauté parfaite
Et d’une fermeté intensive qui m’assure une si belle sécurité
Avec toi, je peux me libérer des sombrités de la vie
Coup après coup, je peux me libérer de la fatalité
Et continuer encore et toujours, et boxer avec mes mains dans les tiennes
Jusqu’à l’expiration du jour…

Mes pas fiers foulent le sol
Ring après ring, je ne suis pas KO
Car les poings hauts je vise la cime.
C’est dans la boxe que j’arrive à trouver mon estime
Et toi qui m’accompagnes jour après jour, coup après coup
Dans ma détermination pour détruire ce spleen
Et retrouver l’idéal que la vie peut apporter…

« Une libération totale qui déclenchera une avalanche de coups et d’étoiles,
Tu me protégeras des blessures et m’assureras l’idéal….
 »

Illustration : © Héléa M., 2019

Exposition « Transmutations, les chemins de l’invisible »… Klara A.

La classe de Première 5 et la classe de Première STMG1 du Lycée en Forêt présentent…

Transmutations : les chemins de l’invisible
15 décembre 2019 – 20 janvier 2020

« Extraordinaires banalités »… Une simple chaise, des cailloux, une palissade, un banal réverbère, quelques gouttes d’eau laissées sur un pare-brise, un quai de gare vide ou une photo ratée… Tels ont été les matériaux banals auxquels se sont intéressés les élèves, qui ont rédigé leur texte et l’ont illustré personnellement.

En somme, écrire un poème, n’est-ce pas apprendre à « se faire voyant » tel que l’affirmait Rimbaud pour faire naître du banal l’apparition ? Ainsi, l’ordinaire ouvre non seulement à la quête métaphysique mais aussi à un chemin initiatique : celui d’une élévation intérieure, et d’une poétique de l’invisible…

Pour lire le texte de présentation dans son intégralité, cliquez ici.
Chaque semaine, plusieurs textes seront publiés dans cet Espace pédagogique et rassemblés ultérieurement dans un recueil présenté lors de la journée portes ouvertes du lycée. Ce recueil sera ensuite consultable au CDI du lycée.

Crédit iconographique (affiche de l’exposition) : © Bruno Rigolt, décembre 2019

 

« Nuages touchés par le soleil… »

par Klara A.
Classe de Première STMG1

Scène banale n’est-ce pas ?

Mais elle a néanmoins attiré mon regard. N’est-il pas magnifique de voir des nuages touchés par le soleil ? Plus précisément les derniers rayons de la journée comme un adieu ou un bonsoir… Ne voyez-vous pas de la beauté et de l’élégance dans cette image ? Sur ces nuages ? Dans ce ciel couleur de voyage ?

Cieux visibles et pourtant inaccessibles…

Vaste espace proche et lointain à la fois, cieux visibles et pourtant inaccessibles… « Tu m’as donné ta boue et j’en ai fait de l’or »1 dit Baudelaire, et voici que j’ai pris une photo banale : des nuages touchés par le soleil. Tout est banal, mais tout est extraordinaire. Banals ces nuages que tout le monde voit tous les jours. Extraordinaire, ce ciel si l’on prend le temps de l’observer, de le contempler.

Voir, c’est ainsi rendre compte de la beauté du monde, c’est savoir lever la tête, c’est être capable, nous qui avons toujours les yeux rivés sur notre téléphone ou sur les horaires de bus, c’est être capable de détacher son regard. Regardez haut ! Admirez cette éphémère beauté, ces nuages touchés par le soleil et qui a leur tour ont su toucher votre cœur…

Sur la palette du ciel, regardez ces touches de couleurs différentes : le bleu qui transperce l’espace et illumine la vie, ces nuages de neige rose et orangée qui partent tout là-bas, loin de l’école vers d’autres rives. Je vois beaucoup d’harmonie dans ces formes : nous pouvons imaginer toutes sortes de choses en regardant ces « merveilleux nuages »2.

Voir les cieux, c’est ainsi se rapprocher de l’idéal, c’est donner du sens au banal, c’est voir la vie sous d’autres couleurs : nobles et éclatantes, tout en restant éphémères. Là réside pour moi la vraie beauté : immuable et fugitive à la fois…

1. « Tu m’as donné ta boue et j’en ai fait de l’or » : Baudelaire, « Ébauche d’un épilogue pour la deuxième édition des Fleurs du Mal » (1861).
2. Allusion au poème de Baudelaire « L’Étranger » : « — J’aime les nuages… les nuages qui passent… là-bas… là-bas… les merveilleux nuages ! »

« Ne voyez-vous pas de la beauté et de l’élégance dans cette image ?
Sur ces nuages ? Dans ce ciel couleur de voyage ?
 »

Illustration : © Klara A., 2019

La classe de Seconde 10 présente… Fin’Amor Expo! Aujourd’hui : Taly L.

Maquette graphique : photomontage d’après Le Roman de la rose.
(BNF, Manuscrits, français 1567, f. 10)

Les élèves de Seconde 10 du Lycée en Forêt sont fiers de vous présenter l’édition 2019-2020 de la « Fin’Amor Expo ». ,La thématique retenue est en effet la fin’amor, thème central du chant courtois, à l’origine de la poésie amoureuse européenne. Les jeunes gens se sont entraînés à rédiger des textes fortement inspirés de la poésie du Moyen Âge, dans lesquels la virtuosité verbale côtoie les accents les plus sincères… 

Chaque jour, découvrez un nouveau poème jusqu’en janvier 2020 !

Aujourd’hui… Taly L.

Mardi 31 décembre : Camille D.-W.

  

« Envoûté tel un marin… »

par Taly L.
Classe de Seconde 10

 

nvoûté tel un marin
par le chant de la sirène charmante
Emporté dans un tourbillon
D’émotions intenses
Ressenties en abondance
Ivre de ces sentiments
Au bord de la tentation
J’ai sombré en la douce prison
D’Amour dans cette illusion

Je suis comme le marin
Charmé par votre beauté
Et  je persiste en vain,
Malgré l’immensité de votre dédain
Ô ma Dame, à conquérir votre cœur !
Vous me remplissez d’un triste bonheur
Accompagné d’un doux parfum de liberté
Qui s’élève lors de la floraison
De ces délicieuses émotions.

Tombé sous votre charme
Je vous suis dévoué corps et âme
Éternellement, ô ma Dame !

« Emporté dans un tourbillon
D’émotions intenses…
»

Illustration : Codex Manesse, Zurich, 1340
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/cpg848/0035

Lettrine originale inspirée du Codex Manesse : Bruno Rigolt

 

Frise d’après Codex Manesse, B. R., 2019

_

_

Exposition « Transmutations, les chemins de l’invisible »… Emma P.

La classe de Première 5 et la classe de Première STMG1 du Lycée en Forêt présentent…

Transmutations : les chemins de l’invisible
15 décembre 2019 – 20 janvier 2020

« Extraordinaires banalités »… Une simple chaise, des cailloux, une palissade, un banal réverbère, quelques gouttes d’eau laissées sur un pare-brise, un quai de gare vide ou une photo ratée… Tels ont été les matériaux banals auxquels se sont intéressés les élèves, qui ont rédigé leur texte et l’ont illustré personnellement.

En somme, écrire un poème, n’est-ce pas apprendre à « se faire voyant » tel que l’affirmait Rimbaud pour faire naître du banal l’apparition ? Ainsi, l’ordinaire ouvre non seulement à la quête métaphysique mais aussi à un chemin initiatique : celui d’une élévation intérieure, et d’une poétique de l’invisible…

Pour lire le texte de présentation dans son intégralité, cliquez ici.
Chaque semaine, plusieurs textes seront publiés dans cet Espace pédagogique et rassemblés ultérieurement dans un recueil présenté lors de la journée portes ouvertes du lycée. Ce recueil sera ensuite consultable au CDI du lycée.

Crédit iconographique (affiche de l’exposition) : © Bruno Rigolt, décembre 2019

 

« Une barre de danse… »

par Emma P.
Classe de Première 5

Une simple barre de bois, solide et droite
T’emmènera jusqu’au Lac des cygnes
Plus dure que l’endurance,
La lourdeur de ces êtres inconnus
Est la souffrance d’un passé lointain

Sous cette couleur jaunâtre et neutre
Se cache une histoire, une histoire d’or
Outil de travail plus qu’un emblème, un symbole !
Mes bras se referment comme le soir sur un pas de danse,
L’or restera de la boue aux yeux du soleil…

Ta branche de bois m’aide et me soutient
Améliore mon maintien : de pointes en demi-pointes
M’emmène à la cime de l’arbre
Qu’est la danse. Si noble et si souple,
Une simple barre de bois comme un paradis sans fin…

« Une simple barre de bois comme un paradis sans fin… »

Illustration : © Emma P., 2019