La contraction de texte et l’essai au Bac technologique

Après le commentaire, le deuxième sujet proposé au choix à l’épreuve anticipée de français du Bac technologique consiste à contracter un texte puis à rédiger un essai sur une problématique commune au texte initial et à l’œuvre de littérature d’idées que vous avez étudiée.

1. La contraction de texte (notée sur 10 points)

La contraction de texte est un exercice d’analyse et de rédaction qui consiste à résumer un texte en utilisant un nombre de mots déterminé. Comme le précisent les Instructions officielles, la contraction de texte permet d’apprécier l’aptitude du candidat à reformuler une argumentation de manière précise. Elle prend appui sur un texte relevant d’une forme moderne et contemporaine de la littérature d’idées. D’une longueur de 750 mots environ, ce texte fait l’objet d’un exercice de contraction au quart, avec une marge autorisée de plus ou moins 10 %. Le candidat doit indiquer à la fin de l’exercice le nombre de mots utilisés.
Source : https://www.education.gouv.fr/bo/20/Special7/MENE2019312N.htm

1. L’étape préparatoire

  • Crayons et surligneurs en main, lisez le texte une première fois.
    Soyez tout d’abord attentif au paratexte (qui peut vous fournir des indications utiles pour situer l’auteur, comprendre le contexte, identifier le genre du texte, etc.).
  • Essayez ensuite de repérer le thème (de quoi parle le texte ?) ainsi que la thèse défendue par l’auteur (et le cas échéant, la thèse réfutée) : soutient-il sa thèse explicitement ou implicitement ?
  • Intéressez-vous également à l’énonciation que vous devrez restituer fidèlement : utilisez le « je » si le texte est à la 1ère personne. Quels jugements de valeurs sont exprimés ? L’art de la persuasion fait reposer son efficacité sur la dimension affective, des termes mélioratifs ou péjoratifs : par exemple, l’auteur peut marquer sa présence en mettant en avant ses émotions, ses jugements pour mieux persuader. Il peut également s’adresser directement au lecteur pour l’impliquer avec l’apostrophe, des questions ou les pronoms de la 2e personne. Mais le point de vue peut être nuancé, avec des verbes d’opinion (affirmer, douter), des adverbes (« assurément », « peut-être »), etc. Il arrive parfois que l’auteur s’efface afin de donner une dimension plus universelle à son argumentation. Il emploie alors le pronom indéfini « on » ou la première personne du pluriel « nous » qui implique une connivence avec le lecteur. Dans tous les cas, vous devrez vous mettre à la place de l’auteur l’auteur et adopter la même position et le même ton que lui.

2. La lecture approfondie du texte

Relisez soigneusement le texte afin d’en établir précisément le plan :

  • Encadrez les mots clés c’est-à-dire les mots importants du texte (qu’on ne peut remplacer par un synonyme satisfaisant sans en altérer le sens).
  • Surlignez les principaux arguments du texte : ils ont pour fonction d’étayer la thèse défendue par l’auteur (et le cas échéant, la thèse réfutée). C’est une étape essentielle : n’oubliez pas que le but d’un texte argumentatif est de convaincre au moyen de preuves objectives, de raisonnements et d’arguments. Il vous donc identifier les différentes étapes de l’argumentation en veillant à hiérarchiser les idées relevées.
  • Repérez également les exemples : contrairement aux arguments qui portent sur des idées générales, les exemples portent sur des faits particuliers ou concrets : ne les retenez que s’ils ont une valeur illustrative. Les exemples à valeur illustrative sont souvent reliés à la thèse par des connecteurs logiques de conséquence (« ainsi », « par exemple », etc.).
  • Encadrez les connecteurs logiques
  • Barrez les éléments non essentiels à la contraction.

3. La rédaction de la contraction

RAPPEL : vous devez conserver les marques d’énonciation du texte. Si l’auteur dit « je », votre contraction doit être à la première personne. Surtout n’écrivez pas « l’auteur dit que » : c’est une maladresse lourdement sanctionnée. Vous devez vous mettre à la place de l’auteur.

  • Votre contraction doit comporter les idées essentielles du texte. N’ajoutez aucune idée personnelle : la nécessité de l’objectivité est impérative.
  • Votre contraction doit être concise : le montage de citations est interdit : vous ne devez pas reprendre les expressions utilisées par l’auteur. Vous devez donc reformuler en dégageant l’essentiel : la  reprise des formulations du texte, sauf si elle se justifie (mots clés, dont la suppression empêcherait la compréhension du message), contrevient aux principes de l’exercice. L’effort de reformulation est donc indispensable, ce qui exige de la part du candidat un langage concis, précis et diversifié.

2 erreurs majeures à éviter : 

  • conserver la syntaxe en remplaçant chaque mot par un synonyme ;
  • faire un « montage de citations » en collant bout à bout des phrases du texte d’origine.

Respectez l’articulation et le mouvement du texte : vous devez en effet conserver l’ordre des idées afin d’exposer le plus rigoureusement toutes les étapes du raisonnement mis en œuvre par l’auteur. Si le texte comporte 3 paragraphes, cela signifie que vous devrez faire 3 paragraphes dans votre résumé.

Avant de recopier au propre votre contraction…

  • Comptez très attentivement vos mots en ne dépassant pas l’écart toléré de 10%
  • Rédigez intégralement votre contraction (pas d’abréviations)
  • Relisez soigneusement votre texte qui doit être compréhensible et rédigé très clairement. Attention : l’orthographe et la syntaxe sont pénalisantes. 
choix du sujet + étape préparatoire 40 minutes
Lecture approfondie du texte + notes 40 minutes
Rédaction de la contraction + comptage + relecture 40 minutes

2. L’essai argumentatif (noté sur 10 points)

Après la contraction de texte, il vous faut rédiger un « essai ». Cet exercice noté sur 10 points relève de l’argumentation. Il est basé sur un thème défini abordé lors de la contraction de texte. Le sujet amène le plus souvent le candidat à soutenir un raisonnement illustré par des exemples répondant à une problématique dans le but de convaincre un lecteur en justifiant ou en confrontant des thèses successives. 

Les Instructions officielles précisent : « Le sujet de l’essai porte sur le thème ou la question que le texte partage avec l’œuvre et le parcours étudiés durant l’année dans le cadre de l’objet d’étude La littérature d’idées du XVIe au XVIIIe siècle. Pour développer son argumentation, le candidat s’appuie sur sa connaissance de l’œuvre et des textes étudiés pendant l’année ; il peut en outre faire appel à ses lectures et à sa culture personnelles« .
Source : https://www.education.gouv.fr/bo/20/Special7/MENE2019312N.htm

Analyser le sujet et trouver une problématique

Lisez attentivement le sujet afin de déterminer le type de plan qu’il vous faudra utiliser.

  1. Le plan dialectique : ce plan est pratiqué quand le sujet invite à mettre en débat une opinion : il invite le plus souvent à défendre un point de vue dans la thèse (votre première partie) en trouvant au moins deux arguments illustrés d’exemples, et à le nuancer dans l’antithèse (votre deuxième partie) en trouvant également deux arguments illustrés d’exemples.
  2. Le plan thématique : à la différence du plan dialectique, ce type de plan n’amène pas à une discussion mais à analyser un problème clairement identifiable dans l’énoncé, ou à étayer (= soutenir) la validité d’une thèse donnée. Les différents paragraphes de votre travail abordent chacun un aspect particulier du sujet.

Convaincre et persuader… Quel que soit le type de sujet, il s’agit de proposer des pistes de réflexion à partir desquelles le lecteur construira sa propre opinion en pesant par exemple le pour et le contre. À la différence de la contraction qui exige une stricte neutralité, vous devez clairement affirmer votre opinion.

Pensez à mettre en valeur votre démarche argumentative : vos arguments doivent toujours être illustrés par un ou plusieurs exemples tirés du texte à contracter, des œuvres étudiées en classe (notamment l’œuvre étudiée et le parcours associé).ou de votre culture générale (littérature, arts, actualité…) : le but étant de séduire votre lecteur par votre force de conviction.

L’introduction

Elle doit comporter :

  • L’entrée en matière. Appelée également « amorce », ou « accroche », l’entrée en matière a pour but d’éveiller l’intérêt du lecteur et situer le cadre du sujet.
  • L’annonce du sujet : vous devez rappeler l’intitulé du sujet. N’hésitez pas à reformuler (brièvement, de façon claire et concise) le sujet afin de fournir un éclaircissement. Essayez ensuite de formuler une problématique. Cette deuxième étape est essentielle puisqu’elle amène à poser la question à laquelle votre devoir va répondre.
  • L’annonce du plan : c’est évidemment une étape incontournable puisqu’il s’agit pour le candidat d’annoncer la manière dont il va traiter le sujet, en lien avec la problématique. Surtout, ne rentrez pas dans le détail des arguments. Annoncez synthétiquement les grands axes de votre réflexion.

Le développement

Rédigez ensuite votre développement en reprenant le plan que vous avez établi au brouillon. Votre développement doit comporter entre 2 et 4 paragraphes (par exemple, s’il y a 2 parties, chaque partie comportera 2 paragraphes).

Le paragraphe argumentatif doit respecter certaines règles simples :

  1. Annoncer l’idée (au moyen d’un connecteur logique marquant la relation au paragraphe précédent) en une ou deux phrases succinctes dans un souci de clarté. Il faut qu’en vous lisant le correcteur (et n’importe quel lecteur) puisse répondre spontanément à la question : « De quoi est-il question dans ce paragraphe ? » Votre formulation se doit donc d’être précise et claire.
  2. Développer l’idée. C’est la phase d’approfondissement et d’explicitation : de fait, il est très maladroit de trouver dans certaines copies un argument certes pertinent, mais qui n’est pas développé. D’où une impression de superficialité, puisque le lecteur n’a pas pu suivre et donc comprendre votre logique démonstrative. Avant de passer à l’exemple, il est donc impératif d’étayer l’idée annoncée.
  3. Illustrer l’idée. C’est la fonction des exemples. Vous ne devez pas les multiplier afin d’éviter l’impression de « catalogue » que présentent certaines mauvaises copies : un ou deux exemples bien ciblés et rattachés à la problématique sont préférables à une succession d’exemples qui feraient perdre au paragraphe son unité de composition et de sens. Pensez à développer votre exemple : soyez tout d’abord précis dans vos références (titre de l’œuvre, numéro de chapitre, référence de partie, etc.) ; commentez, même brièvement l’exemple choisi en montrant en quoi il vient illustrer l’argument avancé.

La conclusion
Elle se doit d’être brève et synthétique. Elle comporte en général deux étapes :

  • Le bilan : il ne s’agit pas de rappeler les étapes du raisonnement, ce qui vous amènerait à d’inévitables redites, mais les résultats auxquels vous êtes parvenu au terme de votre démonstration. Rappelez-vous que la ou les questions posées par la problématique dans l’introduction doivent trouver en conclusion leur réponse. La conclusion doit donc vous amener à une prise de position.
  • L’ouverture (ou élargissement). Cette question fait souvent débat : est-il utile d’ouvrir les perspectives par un nouveau questionnement, sans tomber dans des considérations qui n’auraient plus aucun rapport avec le sujet ? Oui, à la condition que ce questionnement ait une légitimité, une justification. Or, force est de reconnaître que beaucoup de conclusions débouchent sur des élargissements peu probants d’un point de vue intellectuel, ce qui est pénalisant, particulièrement en fin de devoir : si vous manquez d’inspiration, évitez d’élargir. Certes, il est possible d’ouvrir une perspective, mais en restant dans les limites de la problématique posée, au risque de laisser le correcteur sur une mauvaise impression.

Analyse du sujet et choix de la problématique 30 minutes
Recherche des idées/exemples + élaboration du plan 45 minutes
Rédaction au propre + relecture 45 minutes

Publié par

brunorigolt

- Agrégé de Lettres modernes - Docteur ès Lettres et Sciences Humaines (Prix de Thèse de la Chancellerie des Universités de Paris) - Diplômé d’Etudes approfondies en Littérature française - Diplômé d’Etudes approfondies en Sociologie - Maître de Sciences Politiques