Exposition « Transmutations, les chemins de l’invisible »… Loïc L.-P.

La classe de Première 5 et la classe de Première STMG1 du Lycée en Forêt présentent…

Transmutations : les chemins de l’invisible
15 décembre 2019 – 20 janvier 2020

« Extraordinaires banalités »… Une simple chaise, des cailloux, une palissade, un banal réverbère, quelques gouttes d’eau laissées sur un pare-brise, un quai de gare vide ou une photo ratée… Tels ont été les matériaux banals auxquels se sont intéressés les élèves, qui ont rédigé leur texte et l’ont illustré personnellement.

En somme, écrire un poème, n’est-ce pas apprendre à « se faire voyant » tel que l’affirmait Rimbaud pour faire naître du banal l’apparition ? Ainsi, l’ordinaire ouvre non seulement à la quête métaphysique mais aussi à un chemin initiatique : celui d’une élévation intérieure, et d’une poétique de l’invisible…

Pour lire le texte de présentation dans son intégralité, cliquez ici.
Chaque semaine, plusieurs textes seront publiés dans cet Espace pédagogique et rassemblés ultérieurement dans un recueil présenté lors de la journée portes ouvertes du lycée. Ce recueil sera ensuite consultable au CDI du lycée.

Crédit iconographique (affiche de l’exposition) : © Bruno Rigolt, décembre 2019

 

« La haie »

par Loïc L.-P.
Classe de Première 5

« Le plus beau sentiment du monde, c’est le sens du mystère. […]
Celui qui n’a jamais connu cette émotion, […] ses yeux sont fermés. »
Albert Einstein, Comment je vois le monde, 1979

Chaque jour, le vivant
Rampe, marche, roule, vole
Devant cette haie minable et dégarnie
Ils la voient comme une haie qui ne remplit
Même pas son rôle de simple barrière végétale
Ils la voient tellement faible
Et endommagée par la vie
Qu’elle peut à peine
Abriter les oiseaux lors des pluies.

Et moi même, je passe devant la haie
Et moi aussi je marche sans y faire attention
Mais un jour banal, un jour de ciel livide
J’étais face à cette haie
Et je réfléchissais, je me demandais
Depuis quand est-elle là, pourquoi l’avoir plantée, et qui l’a fait ?
Cette haie a peut-être vu passer la nuit des temps
Et après tout, qu’y a-t-il au-delà de la haie ?
Qu’y a-t-il au-delà du temps ?

« Cette haie a peut-être vu passer la nuit des temps… »

Illustration : © Loïc L.-P. 2019

Exposition « Transmutations, les chemins de l’invisible »… Schella K.

La classe de Première 5 et la classe de Première STMG1 du Lycée en Forêt présentent…

Transmutations : les chemins de l’invisible
15 décembre 2019 – 20 janvier 2020

« Extraordinaires banalités »… Une simple chaise, des cailloux, une palissade, un banal réverbère, quelques gouttes d’eau laissées sur un pare-brise, un quai de gare vide ou une photo ratée… Tels ont été les matériaux banals auxquels se sont intéressés les élèves, qui ont rédigé leur texte et l’ont illustré personnellement.

En somme, écrire un poème, n’est-ce pas apprendre à « se faire voyant » tel que l’affirmait Rimbaud pour faire naître du banal l’apparition ? Ainsi, l’ordinaire ouvre non seulement à la quête métaphysique mais aussi à un chemin initiatique : celui d’une élévation intérieure, et d’une poétique de l’invisible…

Pour lire le texte de présentation dans son intégralité, cliquez ici.
Chaque semaine, plusieurs textes seront publiés dans cet Espace pédagogique et rassemblés ultérieurement dans un recueil présenté lors de la journée portes ouvertes du lycée. Ce recueil sera ensuite consultable au CDI du lycée.

Crédit iconographique (affiche de l’exposition) : © Bruno Rigolt, décembre 2019

 

« La pierre »

par Schella K.
Classe de Première STMG 1

Le jour aux lueurs brillantes s’élève et s’endort avec toi.
Ta présence inaperçue s’impose irrévocablement
Et se marie avec le temps.

Ton histoire marque les esprits des hommes
À l’époque appelée Pierre pour certains,
Cailloux pour d’autres.

Il fut un temps où tu étais un dieu
Et les hommes te vénéraient comme une statuette ;
T’adoraient comme l’ombre de l’espoir
Qui comble leur attente.

Ignorée, piétinée par les passants,
Qui vaquent à leurs occupations,
Noyée par la boue du monde,
Malgré tout, solidement tu soutiens leurs pas.

Pierre qui contribues à la création de la Terre,
Dure comme le vent, fine comme la mer,
Forte comme les larmes.

Et même quand ils t’ignorent,
Tu demeures en ton silence
L’Idéal qui déchire l’histoire de ces hommes irréalistes,

Irresponsables…

La pierre fait partie de la création du monde,
Elle a une place dans nos cœurs,
Elle mérite notre reconnaissance

Elle est l’allégorie de l’Histoire…

« Tu demeures en ton silence
L’Idéal qui déchire l’histoire
… »

Illustration : Schella K. (photomontage)

La classe de Seconde 10 présente… Fin’Amor Expo! Aujourd’hui : Romane S.

Maquette graphique : photomontage d’après Le Roman de la rose.
(BNF, Manuscrits, français 1567, f. 10)

Les élèves de Seconde 10 du Lycée en Forêt sont fiers de vous présenter l’édition 2019-2020 de la « Fin’Amor Expo ». ,La thématique retenue est en effet la fin’amor, thème central du chant courtois, à l’origine de la poésie amoureuse européenne. Les jeunes gens se sont entraînés à rédiger des textes fortement inspirés de la poésie du Moyen Âge, dans lesquels la virtuosité verbale côtoie les accents les plus sincères… 

Chaque jour, découvrez un nouveau poème jusqu’en janvier 2020 !

Aujourd’hui… Romane

Jeudi 12 décembre : Dylan Y.
Lundi 16 décembre : Hugo M.

  

« Ce cœur
amoureusement malade »

par Romane S.
Classe de Seconde 10

a vie est si cruelle
Quand je suis devant vous
À trop chanter je deviens fou,
Comme en hiver l’hirondelle !
Capturé par votre lumineuse obscurité,
Mon cœur est comme enfermé
Dans l’Hôtel-Dieu de l’Amour doux.
Le malade a de grands espoirs
Guérira-t-il un jour ? Nul ne peut y croire !

La souffrance m’envahit,
Mais aussi Humiliation, Colère, Tristesse
Reviennent sans cesse !
Affreuse journée et douce nuit
Quand je vous vois, monte en moi
Folie, Jeunesse et Joie
Mais vous, dame de noblesse,
Je ne peux vous approcher
Vous que j’ai tant aimée, belle maîtresse…

Ô gente dame dont souffre mon âme,
Je vous dis adieu avec mon cœur lourd de chagrin
Vous étiez un beau rêve ; à jamais, je pars au loin.

« Guérira-t-il un jour ? Nul ne peut y croire ! »

Illustration : Boccace, Decameron, 1401-1500 (détail)
BNF Gallica

_

« Transmutations : les chemins de l’invisible »… Bientôt l’exposition des élèves de Première 5 et de Première STMG1…

La classe de Première 5 et la classe de Première STMG1
du Lycée en Forêt

présentent…Illustration : © Bruno Rigolt, décembre 2019
(photomontage et peinture numérique), d’après René Magritte, « Le Poison » (1939)

« Transmutations »
les chemins de l’invisible

15 décembre 2019 – 20 janvier 2020

 

« Tu m’as donné ta boue et j’en ai fait de l’or »
Charles Baudelaire, « Ébauche d’un épilogue pour la deuxième édition des Fleurs du Mal » (1861).

Voir le banal comme un chemin vers l’invisible, tel est le sens de cette exposition poétique conçue et préparée par les élèves de Première 5 et de Première STMG 1 du Lycée en Forêt. Une simple chaise, des cailloux, une palissade, un banal réverbère, quelques gouttes d’eau laissées sur un pare-brise, un quai de gare vide, une photo ratée, ou même des fleurs fanées, une coupe de fruits sur la table de la cuisine… Tels ont été les matériaux banals auxquels se sont intéressés les jeunes gens.

Faire naître du banal l’apparition

Toute poésie ne relève-t-elle pas en effet d’un cheminement intérieur, d’un travail de réflexion et de questionnement qui va du matériel le plus ordinaire vers une lecture allégorique du monde ? Faire l’éloge de la simplicité, n’est-ce pas rendre à l’humain son aptitude à s’émerveiller ? Si l’imaginaire du merveilleux passe tout d’abord par une esthétique du quotidien, les textes rédigés par les élèves invitent à dépasser les apparences, à considérer le banal comme la clé d’un déchiffrement profondément spirituel du monde, dont il constitue la révélation extraordinaire.

« Extraordinaires banalités », « transmutations »… En somme, écrire un poème, n’est-ce pas apprendre à « se faire voyant » tel que l’affirmait Rimbaud ? Dès lors, toute écriture n’est-elle pas un questionnement du livre de soi-même dont nous tournons chaque jour les pages ? Ainsi, le banal, l’ordinaire ouvrent non seulement à la quête métaphysique mais aussi à un chemin initiatique : celui d’une élévation intérieure, et d’une poétique de l’invisible…

Rendez-vous à partir du dimanche 15 décembre 2019 !

 

_

La classe de Seconde 10 présente… Fin’Amor Expo ! Aujourd’hui : Chloé V.

Maquette graphique : photomontage d’après Le Roman de la rose.
(BNF, Manuscrits, français 1567, f. 10)

Les élèves de Seconde 10 du Lycée en Forêt sont fiers de vous présenter l’édition 2019-2020 de la « Fin’Amor Expo ». ,La thématique retenue est en effet la fin’amor, thème central du chant courtois, à l’origine de la poésie amoureuse européenne. Les jeunes gens se sont entraînés à rédiger des textes fortement inspirés de la poésie du Moyen Âge, dans lesquels la virtuosité verbale côtoie les accents les plus sincères… 

Chaque jour, découvrez un nouveau poème jusqu’en janvier 2020 !

Aujourd’hui… Chloé

Mardi 10 décembre : Eliott H.-P.
Demain, jeudi 12 décembre : Dylan Y.

  

« Dis-moi belle hirondelle »

par Chloé V.
Classe de Seconde 10

is-moi belle hirondelle
Que j’attends depuis si longtemps
Toi qui annonces le printemps
Tu es venue de tes propres ailes.
Sur ma branche tu t’es posée
Le soleil va paraître,
Et près de mes bourgeons colorés
La nature commence à renaître
Pleine de joie et de gaieté

Ô hirondelle, si gentille et si jolie
Le printemps est bientôt parti
Tu vas devoir quitter le pays.
Dites-moi jolie demoiselle
Diriez vous de rester avec moi
Jusqu’à la fin du mois ?
Mais le mois est maintenant terminé
Mon âme en peine céans
De n’entendre votre rire charmant.

Toi belle hirondelle,
La joie n’aura plus maintenant
Puisque en mon cœur, un trou béant.

« Dites-moi jolie demoiselle
Diriez vous de rester avec moi
… »

Illustration : Codex Manesse, Zurich, 1340 (image modifiée)
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/cpg848/0136

La classe de Seconde 10 présente… Fin’Amor Expo ! Aujourd’hui : Eliott H.-P.

Maquette graphique : photomontage d’après Le Roman de la rose.
(BNF, Manuscrits, français 1567, f. 10)

Les élèves de Seconde 10 du Lycée en Forêt sont fiers de vous présenter l’édition 2019-2020 de la « Fin’Amor Expo ». ,La thématique retenue est en effet la fin’amor, thème central du chant courtois, à l’origine de la poésie amoureuse européenne. Les jeunes gens se sont entraînés à rédiger des textes fortement inspirés de la poésie du Moyen Âge, dans lesquels la virtuosité verbale côtoie les accents les plus sincères… 

Chaque jour, découvrez un nouveau poème jusqu’en janvier 2020 !

Aujourd’hui… Eliott

Lundi 9 décembre : Alizéa L.
Demain, mercredi 11 décembre : Chloé V.

  

« Quand allez-vous m’aimer ? »

par Eliott H.-P.
Classe de Seconde 10

ma Dame
Quand allez-vous m’aimer ?
Vous apercevoir, je désire plus que tout !
Rencontrer vos yeux doux
Soyeux, légers et fluides comme mon âme
Remplirait toute ma flamme de joie voluptueuse.

Espoir ou désespoir
Du plus profond de mon être
Sans fin, sans limite
Devant ce temps insaisissable
Qui s’écoule interminable
Jusqu’à lueur du jour tant attendu.

Mon coeur s’embrase en feu ardent
Devant le soleil couchant,
En chatoyantes couleurs étoilées scintille,
S’emplit de flocons exaltants
De blancheur fascinante
Et tombe à vos pieds doucement, léger comme le vent.

Je garde en secret ce désir
De fleurs remplies de vie
Aussi fugitives soient-elles,
Puis-je, Ô ma mie,
Ne fût-ce qu’un temps,
Croiser votre regard et vous aimer céans ?

« Puis-je, Ô ma mie,
Ne fût-ce qu’un temps,
Croiser votre regard et vous aimer céans ?
 »

Illustration : Christine de Pisan,Cent ballades d’amant et de dame, 1400-1410 (image modifiée)
Enlumineurs : Maître de l’Epître Othéa, Maître d’Egerton

Source : BNF Gallica

_