Exposition « Transmutations, les chemins de l’invisible »… Éléonore F.

La classe de Première 5 et la classe de Première STMG1 du Lycée en Forêt présentent…

Transmutations : les chemins de l’invisible
15 décembre 2019 – 15 février 2020

« Extraordinaires banalités »… Une simple chaise, des cailloux, une palissade, un banal réverbère, quelques gouttes d’eau laissées sur un pare-brise, un quai de gare vide ou une photo ratée… Tels ont été les matériaux banals auxquels se sont intéressés les élèves, qui ont rédigé leur texte et l’ont illustré personnellement.

En somme, écrire un poème, n’est-ce pas apprendre à « se faire voyant » tel que l’affirmait Rimbaud pour faire naître du banal l’apparition ? Ainsi, l’ordinaire ouvre non seulement à la quête métaphysique mais aussi à un chemin initiatique : celui d’une élévation intérieure, et d’une poétique de l’invisible…

Pour lire le texte de présentation dans son intégralité, cliquez ici.
Chaque semaine, plusieurs textes seront publiés dans cet Espace pédagogique et rassemblés ultérieurement dans un recueil présenté lors de la journée portes ouvertes du lycée. Ce recueil sera ensuite consultable au CDI du lycée.

Crédit iconographique (affiche de l’exposition) : © Bruno Rigolt, décembre 2019

 

« Perfeito Meu Coração »

(Parfaitement mon cœur, perfectionne mon cœur)

par Éléonore F.
Classe de Première 5

est en ouvrant ma fenêtre
En allant chercher l’espoir…
Les vents passent à travers tes fils,
Ô par hasard, tu me laisses !
Tu me laisses car je te l’ai demandé
Il n’y a pas de chose plus douloureuse que de ne pas s’aimer,
Que de se voir tous les matins avec indifférence
Que d’à peine se regarder, que d’à peine se rejeter.
C’est là, — mes yeux suspendus au vide
Et ma tête dans les nuages —
Que j’ai capturé ce moment
Qui me rappelait le grand vide que je suis.
Pas d’avenir, je sers au jour le jour.
Je mourrai. Qui sait ce que je deviendrai ?

Ces fils électriques,
Les veines des nuages
Les chemins, là,
Où mes yeux errent dans une nuit froide apparente
Je monterai là-haut me pendre
Pendant que les nuages tournent,
Que mes pensées tombent,
Autour de mon cœur, tu marches
Dans ma poitrine, le mal habite.
Mais c’est en regardant dehors, que j’espérais échapper
À ce vide
À cette haine
À cet abandon
Envers moi-même,

Je me laisse.
Pas d’envie pas d’ambition et pas d’avenir.
Ce paysage coupé me définit
Ces fils le remplissent
Sans eux, aucun lien
Aucune connexion et aucune histoire…
En fait, c’était la capacité de la banalité à me transformer,
Mais c’est en fermant ma fenêtre que j’ai réussi à pleurer.

« Ces fils électriques,
Les veines des nuages
Les chemins, là,
Où mes yeux errent dans une nuit froide apparente… 
»

Illustration : © Éléonore F., 2019

Lisez aussi cet autre poème d’Éléonore : « Mer rose »

Publié par

brunorigolt

Bruno Rigolt Docteur ès Lettres et Sciences Humaines, Prix de Thèse de la Chancellerie des Universités de Paris. Diplômé d'Etudes approfondies en Littérature française et en Sociologie ; Maître de Sciences Politiques ; Professeur de Lettres Modernes et de Culture générale au Lycée en Forêt (Montargis, France).