« Transmutations : les chemins de l’invisible »… Bientôt l’exposition des élèves de Première 5 et de Première STMG1…

La classe de Première 5 et la classe de Première STMG1
du Lycée en Forêt

présentent…Illustration : © Bruno Rigolt, décembre 2019
(photomontage et peinture numérique), d’après René Magritte, « Le Poison » (1939)

« Transmutations »
les chemins de l’invisible

15 décembre 2019 – 20 janvier 2020

 

« Tu m’as donné ta boue et j’en ai fait de l’or »
Charles Baudelaire, « Ébauche d’un épilogue pour la deuxième édition des Fleurs du Mal » (1861).

Voir le banal comme un chemin vers l’invisible, tel est le sens de cette exposition poétique conçue et préparée par les élèves de Première 5 et de Première STMG 1 du Lycée en Forêt. Une simple chaise, des cailloux, une palissade, un banal réverbère, quelques gouttes d’eau laissées sur un pare-brise, un quai de gare vide, une photo ratée, ou même des fleurs fanées, une coupe de fruits sur la table de la cuisine… Tels ont été les matériaux banals auxquels se sont intéressés les jeunes gens.

Faire naître du banal l’apparition

Toute poésie ne relève-t-elle pas en effet d’un cheminement intérieur, d’un travail de réflexion et de questionnement qui va du matériel le plus ordinaire vers une lecture allégorique du monde ? Faire l’éloge de la simplicité, n’est-ce pas rendre à l’humain son aptitude à s’émerveiller ? Si l’imaginaire du merveilleux passe tout d’abord par une esthétique du quotidien, les textes rédigés par les élèves invitent à dépasser les apparences, à considérer le banal comme la clé d’un déchiffrement profondément spirituel du monde, dont il constitue la révélation extraordinaire.

« Extraordinaires banalités », « transmutations »… En somme, écrire un poème, n’est-ce pas apprendre à « se faire voyant » tel que l’affirmait Rimbaud ? Dès lors, toute écriture n’est-elle pas un questionnement du livre de soi-même dont nous tournons chaque jour les pages ? Ainsi, le banal, l’ordinaire ouvrent non seulement à la quête métaphysique mais aussi à un chemin initiatique : celui d’une élévation intérieure, et d’une poétique de l’invisible…

Rendez-vous à partir du dimanche 15 décembre 2019 !

 

_

Publié par

brunorigolt

Bruno Rigolt Docteur ès Lettres et Sciences Humaines, Prix de Thèse de la Chancellerie des Universités de Paris. Diplômé d'Etudes approfondies en Littérature française et en Sociologie ; Maître de Sciences Politiques ; Professeur de Lettres Modernes et de Culture générale au Lycée en Forêt (Montargis, France).