Exposition "Transmutations, les chemins de l'invisible"… Nadia B.

La classe de Première 5 et la classe de Première STMG1 du Lycée en Forêt présentent…

Transmutations : les chemins de l’invisible
15 décembre 2019 – 20 janvier 2020

« Extraordinaires banalités »… Une simple chaise, des cailloux, une palissade, un banal réverbère, quelques gouttes d’eau laissées sur un pare-brise, un quai de gare vide ou une photo ratée… Tels ont été les matériaux banals auxquels se sont intéressés les élèves, qui ont rédigé leur texte et l’ont illustré personnellement.

En somme, écrire un poème, n’est-ce pas apprendre à « se faire voyant » tel que l’affirmait Rimbaud pour faire naître du banal l’apparition ? Ainsi, l’ordinaire ouvre non seulement à la quête métaphysique mais aussi à un chemin initiatique : celui d’une élévation intérieure, et d’une poétique de l’invisible…

Pour lire le texte de présentation dans son intégralité, cliquez ici.
Chaque semaine, plusieurs textes seront publiés dans cet Espace pédagogique et rassemblés ultérieurement dans un recueil présenté lors de la journée portes ouvertes du lycée. Ce recueil sera ensuite consultable au CDI du lycée.

Crédit iconographique (affiche de l’exposition) : © Bruno Rigolt, décembre 2019

 

« Une simple porte »

par Nadia B.
Classe de Première STMG1

ous les jours, nous traversons différentes portes,
Et on ne fait pas forcément attention.
On se dit qu’une porte n’est une simple porte
Porte qu’on ouvre et qu’on referme par la suite.
Parfois même déjà ouverte, la porte semble ne pas exister :
Mais ce n’est pas une simple porte, c’est bien plus que cela…
Pour certains cela peut représenter une nouvelle chance :
Une fois cette porte franchie, s’entrouvre timidement
Le moyen de devenir quelqu’un de mieux, d’avoir une nouvelle vie.
La porte est comme un passage, un seuil à franchir.
Dans beaucoup de cas une porte peut être synonyme de frontière :
Une simple porte peut ainsi séparer deux mondes complètement différents,
Et pour pouvoir circuler d’un territoire à l’autre
Cette porte sera donc la frontière par où nous quittons notre monde
Pour aller vers un autre monde.
Une porte peut aussi servir de protection, de refuge :
Lorsqu’on ferme cette porte à clés, on se sent tout de suite en sécurité :
Comme si le mal de l’extérieur ne pouvait ouvrir cette porte.
Voici comment une simple porte est toute une vie,
Toute la vie qui s’ouvre et se referme…

« Voici comment une simple porte est toute une vie,
Toute la vie qui s’ouvre et se referme…
»

Illustration : © Nadia B., 2019

Publié par

brunorigolt

Bruno Rigolt Docteur ès Lettres et Sciences Humaines, Prix de Thèse de la Chancellerie des Universités de Paris. Diplômé d'Etudes approfondies en Littérature française et en Sociologie ; Maître de Sciences Politiques ; Professeur de Lettres Modernes et de Culture générale au Lycée en Forêt (Montargis, France).