Un Automne en Poésie Saison 11 : 2021-2022… Troisième livraison

« Un Automne en Poésie »
— Saison 11 —

Poésies du Rêve et d’AilleursMaquette graphique : © Bruno Rigolt, décembre 2021

Une invitation au voyage…

Les élèves de Seconde 13 du Lycée en Forêt (Montargis) sont fiers de vous inviter à l’exposition 2021-2022 « Un Automne en Poésie », manifestation d’art qui entend marquer de son empreinte la création littéraire lycéenne.

La thématique retenue pour cet atelier d’écriture invite à l’évasion : « Poésies du Rêve et d’ailleurs »… Manière d’évoquer la nature profonde du fait poétique, qui est d’être dans le monde pour se faire signe d’un autre monde… Comme une porte qui s’ouvre à la réalité de l’infini.

Voici la deuxième livraison de textes : découvrez les contributions de Madisson, Aurore, Léna, Matthyeu, Agathe, Iris, Meryem.
Chaque semaine, de nouveaux textes seront publiés dans l’Espace Pédagogique Contributif
jusqu’au 28 décembre 2021 (dernière livraison).

Pour accéder à la première livraison de textes, cliquez ici.
Pour accéder à la deuxième livraison de textes, cliquez ici.

 

Prochaine livraison : mardi 28 décembre.

  

Sous l’abri bleu du ciel

par Madisson-Esther S.-N. 
Classe de Seconde 13

 

Sous l’abri bleu du ciel,
Le vent émet un bruit silencieux.
Aussi courte ma vitalité soit-elle,
Mon désir de vivre, comme la mer, est infini.

Beauté illusoire,
Illustration au-delà de mes rêves,
La mer dissimule peu à peu les larmes du ciel.
La rage brûlante de sa colère,
Le maintien de son sang hivernal,
Ou encore le foudroiement des dieux.

La vie m’a tout l’air signifiante,
Elle m’a l’air d’un passage
S’ouvrant sur des douceurs noires et grises,
Qui se lèvent vers le paradis perdu de surface.

« La vie m’a tout l’air signifiante,
Elle m’a l’air d’un passage
… »

Illustration : Vincent Van Gogh, « La mer aux Saintes-Maries », 1888.
Moscou, Musée d’État des Beaux-Arts Pouchkine.

_

_

Le temps d’un songe

par Aurore T.
Classe de Seconde 13

a beauté de mon île reste gravée dans ma vie,
Te regarder t’éloigner de moi à travers le hublot
Me fend le cœur comme un vieux rafiot brisé des vagues,
Saint Denis m’a accueilli et Sainte Rose m’a élevée
Paris m’a souri après mon départ
Le 27 au soir, je suis partie
De ma belle île: la Réunion.

L’avion que j’ai emprunté ne peut m’emmener
dans la paix guerrière que j’ai créée.
Le jour de mon départ, je pensais te dire au revoir
Mais tu es restée là, figée comme une peinture vivante.
Tel un chapeau de paille et devant moi tu t’éloignes.

Dans cette baignoire remplie de mon désespoir
Mon désir s’éclaire d’une lumière sombre
Tel le souvenir de te voir partir
La tristesse châtain de mes yeux
Devient ce large champ amer
Et la mer à perte de vue, à perte de vie…

Je me réveille soudain: serait ce un songe ?
Me rappelant ainsi de l’océan indien
J’ai ressenti une douce nostalgie,
Une odeur blanche chrysanthème me parvint alors.
Soudain en moi fleurit,
La fleur de l’envie..

« Le jour de mon départ, je pensais te dire au revoir
Mais tu es restée là, figée comme une peinture vivante.
Tel un chapeau de paille et devant moi tu t’éloignes
…»

Illustration : © décembre 2021, Bruno Rigolt (photomontage et peinture numérique).

Un voyage bleu de nuit

par Léna B.
Classe de Seconde 13

Arrivera t-il,
Devant les dunes infinies du soir ?
Reviendra-t-il, le jaune du soleil
Après cette pluie de larmes ?

Après cette neige rose comme le coucher du soleil
Tu remets ton masque
Comme si la pandémie avait toujours été là…

Tournent les aiguilles
Mais le temps ne change toujours pas
Le soleil d’été s’éteint
C’est un voyage bleu de nuit, un voyage sans fin.

Le jour a remis son manteau de neige
Laissant place au froid de l’hiver
Devant les vagues sombres
Tu remets ton masque
Comme si la pandémie avait toujours été là.

Tournent les aiguilles
Comme des étoiles jetées au hasard
Dans l’infini de la nuit.

Reviendront-ils, les mots
Après cette page blanche ?
Les mots tout tremblants, vides de sentiments ?

La mélancolie arrive
Et tu attends son appel
Tu remets ton pull
Mettant avec lui un sentiment de joie
Tu te sens seul, entouré d’une foule
Comme un coquillage échoué sur la plage.

Tu songes à un voyage sans fin, un voyage bleu de nuit.

« Tu songes à un voyage sans fin, un voyage bleu de nuit… »

Claude Monet, « Le Port du Havre, effet de nuit », 1873 (coll. privée)
Crédit iconographique : akg-images

Rêveur solitaire

par Matthyeu R.
Classe de Seconde 13

uand je ferme les yeux,
Me voilà transporté dans mes pensées :
Nuit douce éclairée, étoiles cristal…
Me voici sur un lac étoilé
La lune est le lampadaire de la Nuit
Qui illumine le soir de couleurs et de fruits

J’ai suivi l’étoile qui me guide
Perdu dans mes pensées,
Parmi le sol de cette Terre,
Le long d’un ruisseau…
Et je vois le ciel
Recouvert de blancheur nuagée.

L’odeur sinistre de la solitude
Est mon guide, Elle me mène
Vers le bout de mon rêve
J’ai vu les meilleures choses partir,
Laissant mes sentiments dans ce lieu de désirs.
Voici que j’ouvre les yeux et tout s’envole.

« Nuit douce éclairée, étoiles cristal… »

Vincent Van Gogh, « La nuit étoilée sur le Rhône » (huile sur toile), 1888.
Paris, Musée d’Orsay

Au-delà des brumes

par Agathe W.
Classe de Seconde 13

À chaque pluie d’été remplie de souffrance,
Tu me perdais dans un sombre bonheur,
Je devenais la mer et le vent,
Tourmentée comme tes promesses d’exodes.

Tu menaçais notre paradis de s’effondrer,
Plafonnée à des idées que seule moi pouvais confronter,
Ne plus sentir ton espoir lorsque je suis partie pour mon odyssée,
Ne m’a pas manqué quand je t’ai quitté.

Pourtant mes voyages prennent une nouvelle tournure,
J’aperçois au-delà des brumes,
Les îles respirant les joies de la solitude,
Mes sens fleurissent à la vue de cet azur.

Les couchers de soleil fragmentés d’aube rosée,
Me remémorent la nostalgie de nos douloureux moments,
Mais au-delà de l’écume de mes larmes
J’entends enfin le chant des blés d’or…

« J’aperçois au-delà des brumes,
Les îles respirant les joie de la solitude
..
 »

Caspar David Friedrich, « Falaises de craie sur l’île de Rügen », 1818.
Crédit iconographique : Winterthour (Suisse), Museum Oskar Reinhart am Stadtgarten.

Histoire et Conscience

par Iris M.- G.
Classe de Seconde 13

Vague réminiscence
La lune versa son pâle enchantement :
Des historiettes racontées en chemin
Des histoires d’horreur,
Des histoires enfantines, surnaturelles
Accompagnées de quelques frissons de douceur bleus

Vague réminiscence
Un plaisir romanesque,
Où règne l’admiration éternelle,
Ou la puissance de la mer,
Amère et salée
Régnait en nous

Vague réminiscence
Raison et Pouvoir
Histoire et Conscience…
Un groupe solidaire à la guerre
Un groupe qui partait à la mer
Se voyait mourir en enfer

« Un groupe solidaire à la guerre
Un groupe qui partait à la mer
Se voyait mourir en enfer… 
»

Illustration: BR (photomontage et peinture numérique).
D’après « Débarquement du 6 juin 1944 en Normandie » (Photo : US Army Coll. Archives Larousse)

Toi, mon âme
(Je veux t’écrire)

par Meryem Y.
Classe de Seconde 13

Sur mes cahiers jamais utilisés
Sur mon pupitre et les arbres écorchés
Sur le sable froid, la neige chaude
Je veux t’écrire
Sur toutes les pages où personne n’osait,
Sur toutes les pages où l’artiste peint
Pierre, feuille, oiseau ou les cendres des flammes,
Sur les tableaux dorés, admirés,
Je veux t’écrire
Sur le sang des victimes et des innocents,
Sur la couronne que portent les êtres
Sur la jungle et le désert parcourus
Je dessine les saisons,
J’écris les oiseaux
Sur les crises de mon adolescence.
Sur les mille nuits où les contes sont contés,
Sur le pain perdu du tiers-monde s’écrit ma vie
Et sur les saisons déréglées,
J’écris le ciel bleu.
Sur la soie enfin chiffonnée,
Sur le soleil et la lune mariés,
Sur le lac des cygnes où l’on danse
Sur les champs où j’ai planté ton amour
Sur chaque regard jeté
Sur la mer où les oiseaux naviguent,
Sur les montagnes des aigles
Sur les nuages
J’aimerais t’écrire,
J’aimerais t’aimer
Sur les foudres qui bâtissent notre monde,
Sur les étoiles qu’on essaye de pêcher
Sur la vérité de notre âme
Et sur la raison
Du chemin à prendre
Je veux t’écrire,
Sur les routes dessinées a la main,
Sur la terre coupée en parts inégales,
Sur les immenses lits de nos matins,
Sur les envies devant les océans,
Je veux t’écrire.

« Sur la vérité de notre âme / Et sur la raison
Du chemin à prendre / Je veux t’écrire… 
»

Philippe de Champaigne, « Paysage ». Lille, Palais des Beaux Arts.
Crédits : © RMN-Grand Palais 

La numérisation de la troisième livraison de textes est terminée.
Troisième mise en ligne de textes :  mardi 28 décembre 2021.

Licence Creative CommonsNetiquette : comme pour l’ensemble des textes publiés dans l’Espace Pédagogique Contributif, les poèmes des étudiant(e)s sont protégés par copyright. Ils sont mis à disposition des internautes selon les termes de la licence Creative Commons Paternité (Pas d’utilisation privée ou commerciale, pas de modification). La diffusion publique est autorisée sous réserve de mentionner le prénom de l’auteur, l’initiale de son nom, la classe, l’établissement ainsi que la référence complète du poème cité (URL de la page).

Publié par

brunorigolt

Bruno Rigolt Docteur ès Lettres et Sciences Humaines, Prix de Thèse de la Chancellerie des Universités de Paris. Diplômé d'Etudes approfondies en Littérature française et en Sociologie ; Maître de Sciences Politiques ; Professeur de Lettres Modernes et de Culture générale au Lycée en Forêt (Montargis, France).

2 réflexions au sujet de « Un Automne en Poésie Saison 11 : 2021-2022… Troisième livraison »

Les commentaires sont fermés.