Bientôt l’oral TPE… Dernières révisions avant le jour J

Cet article a pour but de vous aider à aborder l’épreuve dans les meilleures conditions possibles. N’oubliez pas que vous serez évalué(e) individuellement sur la base de votre production écrite et de votre prestation orale.

La soutenance orale du TPE

  • Savoir prendre de la distance…

Une soutenance de TPE sert à présenter de manière concise et synthétique le contexte, les motivations de votre recherche, puis les méthodes, ainsi que les résultats et conclusions auxquels vous êtes parvenu(e).

L’une des premières difficultés tient au fait qu’une soutenance orale vous oblige à prendre de la distance avec votre travail : pour préparer l’épreuve, vous devez donc vous mettre à la place du jury. Cela implique de votre part une certaine distance critique : tout d’abord, relisez ce que vous avez écrit avec un regard extérieur et mettez-vous à la place de celui qui le lit (la question que ne manquera pas de se poser spontanément le lecteur est de se dire : à partir de quelle perspective, de quel point de vue, les élèves ont-ils interrogé telle réalité ou tel fait ?). Dépassez les détails pour vous attacher à la démarche d’ensemble, qui doit être synthétique et permettre au jury de comprendre l’ensemble de votre projet et de saisir les principales étapes de sa démonstration. Le but d’une soutenance orale en effet n’est pas de résumer l’intégralité de votre travail (ce qui vous amènerait à une redite de ce qui est écrit) mais plutôt d’en justifier la démarche en prenant du recul. Le jury ayant préalablement pris connaissance de vos travaux, il serait donc très maladroit de revenir sur ce que les professeurs connaissent déjà.

Dites-vous plutôt :

  • D’où est-ce que je suis parti ? Quelles étaient les hypothèses de travail au départ ?
  • Qu’est-ce que j’ai cherché à prouver, à démontrer, en m’engageant dans cette recherche ?
  • À quels résultats le travail a-t-il abouti ? Qu’avez-vous appris avec ce TPE ?
  • Quels sont les aspects insuffisamment développés ? Pourquoi ? Comment referiez-vous le travail si vous en aviez la possibilité ?

Les qualités d’une bonne prestation orale

Le bon candidat à l’oral du TPE est donc celui qui ne perd jamais de vue les objectifs de l’épreuve : présentez-les le plus clairement possible, en insistant sur les points forts. Pensez également à minuter votre exposé. Cela vous oblige à aller à l’essentiel, en négligeant les aspects secondaires. Si vous hésitez pour présenter votre exposé, partez toujours de questions simples (que vous noterez sur une feuille) :

  • QUOI ? C’est-à-dire de quoi s’agit-il, quel est le problème abordé ? Sous quel angle a-t-il été posé ?
  • COMMENT ? Comment avez-vous procédé au niveau du groupe, et au niveau individuel ? Comment le travail a-t-il progressé ? Qu’est-ce qui vous a amené à faire ceci plutôt que cela ?
  • POURQUOI ? C’est-à-dire pourquoi ce sujet présente-t-il un intérêt ? Situez toujours votre travail dans une perspective globale qui va de la problématique que vous avez posée au thème dans lequel elle s’intègre (C’est un peu une mise en perspective du projet d’ensemble : montrez ce que vous avez pu tirer comme enseignements de cette recherche).

Rappel

La soutenance de mémoire de TPE n’est pas un résumé du travail écrit mais un exposé oral permettant d’éclairer l’ensemble de votre démarche.

                

Deux défauts à éviter à tout prix :
le « par cœur » et la lecture des notes…

N’oubliez pas non plus qu’il s’agit d’une épreuve orale : cela exclut toute lecture prolongée. Bien entendu, s’il est recommandé de vous aider de notes personnelles —sur lesquelles vous jetterez un coup d’œil en cas de besoin— cela doit rester néanmoins ponctuel. L’épreuve étant orale, le jury attend davantage un exposé puis un entretien effectués de façon vivante et argumentée. Pensez à parler haut et fort, en regardant chaque membre du jury : ne vous noyez pas dans les détails, allez rapidement à l’essentiel en mettant les informations particulières en perspective avec un questionnement plus global.

La qualité de votre expression orale est également déterminante : attention à un style trop relâché, ou familier. Privilégiez au contraire le lexique soutenu. Montrez-vous par ailleurs spontané, naturel, convaincant, impliqué dans ce que vous dites, concerné par ce que vous avez fait : rien n’est pire qu’un candidat qui fait preuve de relâchement, d’indifférence, ou qui donne l’impression de n’avoir effectué un travail que par obligation scolaire (« les-professeurs-m’ont-demandé-de »), et qui une fois la note attribuée se désintéresse complètement de ce qu’il a écrit. Attention aussi à respecter le temps qui vous est imparti : c’est la raison pour laquelle je vous recommande de ne traiter qu’une sélection de points importants plutôt que de vouloir tout dire (pour finalement ne rien dire du tout).

L’utilisation des supports pendant votre intervention

Vous avez tout à fait le droit de présenter au jury des documents d’accompagnement : par exemple des transparents, des supports papier en annexe, des documents présentés à l’ordinateur, etc. Mais attention toutefois : si ces documents sont utiles pour illustrer une démonstration ou pour éclairer des aspects particuliers de votre exposé, ils ne doivent en aucun cas remplacer l’exposé ou se substituer à vous. Vous devez donc limiter leur exploitation. Attention en particulier aux séquences vidéo, aux images : rien n’est pire qu’un candidat qui montre une vidéo de 2 minutes en l’illustrant finalement par une phrase explicative de quelques secondes. Allez toujours à l’essentiel en problématisant, c’est-à-dire en situant votre démarche dans un questionnement pertinent.

Concernant les transparents, ou une présentation à l’écran, évitez le plus possible le texte rédigé : surtout pas de phrases, ce qui amènerait le jury à devoir lire un texte (ce qu’il ne fera pas de toute façon) : privilégiez plutôt les titres ou quelques mots-clés que vous commenterez de vive voix : limitez-vous par exemple à une idée majeure par transparent, débouchant sur quelques idées secondaires que vous exprimerez ensuite par oral. Une préparation s’impose donc : faites-la chez vous individuellement mais également en groupe si vous le pouvez. Veillez à organiser au préalable entre les membres du groupe le passage de parole et la coordination dans la présentation des informations.

L’entretien avec le jury

Une fois que vous aurez terminé votre exposé, les membres du jury vous poseront un certain nombre de questions. Ne vous précipitez pas pour répondre. Prenez tout d’abord le temps de bien comprendre la question posée et répondez-y de manière claire, sans vous laisser gagner par le stress ou l’appréhension. Si vous n’avez pas bien compris une question, demandez poliment à ce qu’elle soit reformulée. Pensez aussi à vous munir d’un papier et d’un stylo : si la question comporte par exemple des sous-questions, notez-les brièvement afin de répondre plus efficacement. De même, si un conseil vous est donné, pensez également à le noter. Enfin, adoptez toujours une attitude positive, dynamique et consensuelle, ayez également une bonne image de vous-même, quel que soit le résultat.

Bonne chance à toutes et à tous !

Bruno Rigolt

            
  • Voyez aussi cette page (au format pdf) qui donne de précieux conseils et propose un exemple de plan possible pour l’oral des TPE.

Publié par

brunorigolt

Bruno Rigolt Docteur es Lettres et Sciences Humaines Prix de Thèse de la Chancellerie des Universités de Paris Professeur de Lettres Modernes et de Culture générale au Lycée en Forêt (Montargis, France).