Un Automne en Poésie Saison 10 : 2020-2021… Troisième livraison

Suite de l’exposition « Un Automne en Poésie »
— Saison 10 —

Maquette graphique : © Bruno Rigolt, novembre 2020

Une invitation au voyage…

Les élèves de Seconde 14 et de Première 8 sont fiers de vous présenter l’édition 2020-2021 d’Un automne en poésie. La thématique retenue cette année invitera à réfléchir au rapport intime qui existe entre le réel et la manière dont la poésie parvient à transcender la réalité pour faire naître du banal et de l’ordinaire la métamorphose et l’imaginaire. À travers ces « poésies dérivantes », partez en voyage : voyage extraordinaire, voyage proche ou voyage lointain vers des mondes où l’écriture donne sens à la Vie…

Voici la troisième livraison de textes.
Chaque semaine, de nouveaux textes seront publiés dans l’Espace Pédagogique Contributif
jusqu’au 16 décembre 2020 (dernière livraison).

Prochaine livraison : vendredi 4 décembre 2020

  

Songe d’automne

par Océane S.
Classe de Première Générale 8

L’aube aux senteurs de pluie
A déverrouillé les portes du jour,
C’est l’heure où les rayons crèvent la brume
Et caressent, d’une main distraite,
La vie grise égarée
De la ville au calme infini.

Dix mille sourires baignent dans l’aurore
Aux reflets chatoyants de bonheur pourpré
Doucement ils s’éveillent
Frémissants dans le froid du matin,
Et dans un langage sibyllin,
Dansent le trésor d’un espoir caché…

Et mon cœur, qui roussit comme les feuilles
De l’automne, décolle !
Juché sur les épaules du vent
S’en va, virevoltant,
Là où dérivent les étoiles,
Rêves perdus, incandescents…

« Dix mille sourires baignent dans l’aurore
Aux reflets chatoyants de bonheur pourpré
Doucement ils s’éveillent
Frémissants dans le froid du matin…
 »

Illustration : © 2020, Océane S.

Quelques mots de l’auteure…

Par ce poème, j’ai voulu aborder, à travers l’image des feuilles, le thème du rêve et de l’évasion. J’ai été inspirée par la « Lettre du voyant » d’Arthur Rimbaud qui exhorte les hommes à voir véritablement le monde : ainsi, les choses les plus simples de la vie ordinaire deviennent source d’émerveillement, pour peu que l’on sache les observer.

Je partage de plus avec vous une aquarelle que j’ai peinte, après une promenade près d’un fleuve. Dans l’illustration, l’arbre rougeoyant qui domine la scène est illuminé par les rayons du soleil, et ses feuilles sont « Dix mille sourires qui baignent dans l’aurore »…

Enfin, ce poème est aussi une invitation au voyage : c’est justement parce que personne ne connaît sa destination qu’une feuille d’automne emportée par le vent peut emmener le cœur vers des horizons infinis ; et le réel laisse alors place à l’imaginaire…

Océane

_

_

De ses ailes de papier

par Salomé M.
Classe de Seconde 14

 

L’oiseau bleu de la tristesse
Vole de ses ailes de papier
Vers les monts de lumière.
La blancheur éclatante et sourde
de ces montagnes de douceur
Vole comme l’oiseau dans la chaleur froide du vide.
Sous son corps,
Des milliers d’étincelles
Les lumières de la ville, le néant du vide.

L’oiseau évadé
L’oiseau chercheur d’or
Vole dans la nuit éclairée des pensés envolées.
De ses lèvres, il embrasse la brise ;
De ses ailes, il emporte le ciel.
Plus il avance, plus il se sent libre.
L’oiseau lourd de la tristesse
Court puis s’envole de mon esprit
Son âme s’en va vers l’été.

« L’oiseau évadé
L’oiseau chercheur d’or
Vole dans la nuit éclairée des pensés envolées…
 »

Illustration : © 2020, Salomé

_

_

Au-delà des mathématiques

par Théo G.
Classe de Première Générale 8

              

Les anges jettent leur regard sur les polynômes infinis
Ô âme des inconnues aussi trouble que parfumée !
La conscience des Séraphins est une vague
Sur l’équation de la fleur libre et d’une abscisse…

Tel un nouveau né qui se fait guider par ces scrutateurs,
La vie monotone des anges observateurs
Regarde le résultat de la somme des deux :
Progéniture d’Adam et Eve, les seuls facteurs de l’Homme.

L’addition des positifs et négatifs comme les pensées
Fait jaillir des gouffres, s’envoler des nuages…
Les anges sont le compas, les Hommes sont la mine
Comme deux peuples complémentaires parmi les mondes.

« L’addition des positifs et négatifs comme les pensées
Fait jaillir des gouffres, s’envoler des nuages…
»

Illustration :© 2020, Théo G.

Quelques mots de l’auteur…

J’ai voulu avec ce poème mélanger les mathématiques et les éléments de l’au-delà pour donner une impression d’harmonie entre deux éléments diamétralement opposés :

 » Les anges jettent leur regard sur les polynômes infinis
Ô âme des inconnues aussi trouble que parfumée ! « 

Les mathématiques en effet ont été crées par les humains, et tout le monde peut les comprendre ou apprendre le langage, alors que le thème de l’au-delà n’est pas a la portée des humains : c’est dans cette conjonction mystérieuse du rationnel et de l’irrationnel que réside pour mo l’essence même du langage poétique…

Théo

Les larmes de mon âme

par Medhi S.
Classe de Seconde 14

J’ai versé toutes les larmes
S’engouffrant dans mon âme,
Mais j’ai gardé tout mon malheur,
Loin de cette joie éphémère
Que j’essaie de montrer.

La douleur était si puissante
Qu’elle commençait à m’aspirer,
C’est ainsi que mon esprit s’est perdu,
À présent il erre au plus profond des abysses,
Camouflé par un sourire omniprésent,
Qui donne l’impression que tout va bien.

J’ai perdu de vue le phare qui m’illuminait de bonheur,
J’ai perdu de vue la Lune parmi les étoiles qui reflétaient mon âme,
La seule chose qu’il me reste est d’espérer.
Espérer que je retrouverais le phare,
Espérer que je sortirai du néant
Ce néant de mes larmes…

« J’ai perdu de vue la Lune parmi les étoiles qui reflétaient mon âme..»

Repos spirituel le temps d’un instant

par Jessica H.
Classe de Première Générale 8

Le jour prend place en m’apportant un nouvel air,
Le ciel déplace mon esprit sous l’emprise de l’exaltation
D’un goût exotique et salé
M’éclaboussant sur le rivage de l’été.

C’est alors que ce goût étranger jusqu’ici, enflamma ma pensée
Habituellement épuisée de ce monde monotone.
Commencèrent alors à se disposer devant moi mille et une paillettes
Comme un appel à l’au-delà juste pour moi.

Je m’empressai de m’approcher
Mes pensées commencèrent à se confondre en un classement ordonné,
Le puzzle se composait mais il me manquait une pièce
Cette pièce c’était celle d’un au-delà :

Un au-delà de toutes les couleurs, où domineraient le bleu, le vert et l’or
La raison n’aurait plus sa place,
L’enthousiasme serait roi
Les problèmes d’un autre royaume.

Après cette excitation, prit place la mélancolie
Jamais je ne retrouverai cette pièce, elle est irréelle
Mais cette quête de l’impossible d’un monde poétique
Me permettra un jour d’éclaircir la sombre pièce dans laquelle je me situe

Ce n’est pas cette ombre qui effacera mes pensées,
Temporaires comme le sillage d’un navire ; mais transportant l’exotisme et le repos
Un sentiment d’apaisement le temps d’un instant
Dans lequel tout m’est inexploré et murmurant….

« Mes pensées commencèrent à se confondre en un classement ordonné,
Le puzzle se composait mais il me manquait une pièce
Cette pièce c’était celle d’un au-delà
 »

Crédit iconographique : © 2020, Jessica H.

Quelques mots de l’auteure…

J’ai voulu apporter à travers mon poème un sentiment d’apaisement. Les jours sont courts mais longs à la fois, le repos n’a pas vraiment sa place dans tout ce stress, cette routine permanente.

Et nous prenions le temps de nous poser dans un endroit vide… Où il n’y aurait que la nature, et où l’esprit pourrait se renouveler, mais à la fois nous renouveler nous-même. la pensée n’aurait qu’un seul choix, penser à l’au-delà et plus au passé ou aux problèmes.

Dans notre temps, à chaque fois qu’on se pose pour réfléchir à nous-même ou que l’on est en quête d’un épanouissement, cette pensée s’arrête brusquement et nous transporte dans une sorte de mélancolie. C’est cette pièce de puzzle qui nous manque. Celle de faire disparaître ce sentiment constamment présent de rancune, de malheur. C’est alors que notre esprit se débarrasserait d’un énorme poids et que l’esprit pourrait enfin voyager sereinement sans se soucier d’autre chose. La poésie est cette pièce du puzzle : elle a pour rôle de nous transporter vers l’au-delà, de l’autre côté de la Terre.

J’ai choisi trois photos que j’ai prises cet été un soir à la plage.

Quand on regarde la première photo à gauche, tout est lumineux, calme, clair. Je me rappelle : le ciel était bleu avec peu de nuages. Ensuite quand on regarde la dernière photo , on aperçoit un ciel couvert de gros nuages très épais et sombres. La photo du milieu montre la séparation. Ces images me font exactement penser à mon poème. Lorsque l’on regarde vers un côté tout nous semble léger, calme… Un coup de tête vers la droite et tout de suite on perçoit une autre vision de la vie un peu négative comme le montre les nuages sombres.

L’essence même de la poésie réside dans ces trois photos : elle est la conjonction du matériel et du spirituel, du passé, du futur et du présent. Elle est comme un langage à déchiffrer, un « repos spirituel le temps d’un instant », bien au-delà du temps…

Jessica

Mon cerisier

par Mellyna N. B.
Classe de Seconde 14

Mon cerisier je me souviendrai de toi,
De nos regards se promenant doucement
Parmi les arbres

Ce cerisier me rend heureuse
Venez me rejoindre
Pour découvrir
Les merveilles de ce pays d’espoir
Fermez les yeux une seconde
Pour écouter le chant des pétales
Et goûter le fruit du désir
Mon cerisier, je me souviendrai de toi
J’ai ressenti un tel bonheur
Tu m’as suivie au fil des années
Et nos regards se promenaient doucement

« Fermez les yeux une seconde
Pour écouter le chant des pétales
 »

Crédit iconographique : © 2020, Mellyna N. B.

Douceur automnale

par Marion M.
Classe de Première Générale 8

Par une froide soirée aux tons flamboyants,
J’arpentais les petits sentiers sinueux
Que cette nature idéale m’offrait.
Dans les chemins du ciel voyageaient des nuages pastel.
J’errais au sein de ce havre de paix aux milles couleurs,
Bonheur contenté par tant de beauté !

Un parfum d’humus et de mousse emplissait l’air,
Émanant de cette imposante arborescence.
La douce campagne vagabonde et lasse
Laissait place à la folle sagesse de ce paradis.
J’entendais le murmure des branches qui soupiraient,
Lorsque le jour s’endort, laissant place à la douce nuit.

Le crépuscule arrivait, la forêt s’assoupissait
Je franchissais le soir et j’ouvrais une à une les portes de la nuit.
Derrière ce sanctuaire de pureté, cette grande dame me souriait.
Le tout petit lac fermait les yeux et la montagne m’ouvrait ses bras,
D’innombrables yeux de diamant éclairaient le ciel,
Et cette douce mélancolie nourrissait mon cœur, en cette nuit éternelle.

« Dans les chemins du ciel voyageaient des nuages pastel.
J’errais au sein de ce havre de paix aux milles couleurs
 »

Crédit iconographique : © 2020, Marion M.

Quelques mots de l’auteure…

Ce texte est un poème en prose. Rédigé en vers libres, il ne possède pas de rimes mais de nombreuses correspondances sonores. De même, j’ai voulu axer mon inspiration sur le sentiment de la nature, sur le langage de la contemplation, ainsi que sur l’émotion lyrique et la fuite du temps, thèmes chers à Lamartine, qui reste pour moi une inépuisable source d’inspiration.

J’ai pour cela retrouvé une ancienne photographie qui m’a beaucoup inspirée pour ma création artistique. Je me suis amusée à prendre des mots trouvés au hasard sur les pages d’un livre. Ces mots m’ont progressivement guidé vers des chemins inexplorés où apparaissaient progressivement métaphores, personnifications…

J’ai laissé mon esprit divaguer : les mots se perdaient dans les méandres des songes, connotant d’ineffables sensations de voyage et de rêve. J’ai fait d’un simple voyage un rêve, en y décrivant ce que j’apprécie : le changement du ciel, le temps qui passe, la nuit qui arrive dans la nature s’apaisant sereinement.

J’ai voulu personnifier un moment de la journée, comme si la nature était vivante : petite, je rêvais de discuter avec les arbres et les animaux. La poésie a été pour moi un moyen de voir ce qui bien souvent nous échappe et que nous ne prenons plus le temps de voir.

Comme je le disais, je me suis inspirée d’une photographie mais je l’ai évidemment modifiée en créant une aquarelle originale. Par le choix des couleurs automnales, j’ai souhaité également évoquer cette magie de la nature et faire en sorte que l’esprit du lecteur puisse s’évader vers un idéal de bonheur et de liberté…

Marion

Sur l’arc-en-ciel du soir

par Manoline D.
Classe de Seconde 14

Là-haut dans le ciel, j’imagine les étoiles.
Recouvrant la galaxie comme un voile,
Les petites tâches blanches se reflètent dans mes yeux.
C’est Cassiopée qui voit mon visage
Et c’est l’abysse du ciel qui m’a permis de distinguer,
Sa chanson remplie de promesses.

L’astre immaculé de bleu,
Amène l’aurore sur mon visage,
Mon visage heureux.
Le nuage violet qui passait par là
Découvre la voie lactée de mon âme.
C’est Sagittaire qui me montre
Ses chutes de pierres glacées.

Quant au continent du nord,
Les aurores boréales se font sombres.
Comme ces enfants qui regardent le ciel indicible,
Andromède s’en sert pour blesser leurs espoirs.
Les spectres qui recouvrent leur ciel
Ne sont que représentatifs de leurs malheurs. 

« Là-haut dans le ciel, j’imagine les étoiles.
Recouvrant la galaxie comme un voile,
Les petites tâches blanches se reflètent dans mes yeux
 »

Crédit iconographique : image proposée par Manoline.

Automne sentimental

par Marielle D.
Classe de Première Générale 8

Errant parmi les mystérieuses brumes
De mon âme solitaire,
Je marche sous une pluie d’or
Que la brise sauvage anime.

Le triste silence est rompu
Par des chants lointains,
Et le bruissement de mes pas raisonne
Au rythme de cette mélodie.

Face aux froides ténèbres,
Les faibles rayons du Soleil
Réchauffent mon cœur.

Devant cet artifice de couleurs,
L’Automne s’empare de moi
Autant que le bonheur.

« Je marche sous une pluie d’or
Que la brise sauvage anime
 »

Crédit iconographique : © 2020, Marielle D.

Quelques mots de l’auteure…

L’automne a été ma source d’inspiration pour l’écriture de ce poème. Celui-ci s’ancre dans le lyrisme car à travers lui j’exprime mes sentiments au cours de cette saison. Il s’ancre également dans le romantisme par l’exaltation de la nature, la recherche d’un lieu où la nature apparaît comme le reflets de nos émotions.

Cette saison est à la fois douce, lumineuse et colorée, mais également froide, sombre et propice à la nostalgie. C’est le moment des premiers frimas où viennent ressurgir les peines d’autrefois ; le lieu des rêves d’évasion vers un ailleurs lointain, comme si la nature prenait le dessus dans notre cœur…

Cette dualité entre le bonheur et le malheur est accompagnée sur le plan formel d’un contraste entre poésie traditionnelle et plus moderne. Ainsi, la disposition du sonnet rappelle la poésie classique alors que les vers libres et l’absence de rimes la rend plus contemporaine. J’espère que mon poème va vous faire voyager vers les lointaines contrées de votre imagination.

J’ai souhaité pour illustrer mon texte peindre un arbre dont les feuilles roussies volent dans le vent automnal : l’arbre me semble-t-il est un peu l’expression du calme et de la paix intérieure. Il ouvre à l’invisible, à l’imaginaire et au rêve. Mais il évoque plus encore la fuite métaphysique vers un monde supérieur, la volonté d’élévation, la nostalgie d’un éden perdu…

Marielle

          

La numérisation de la troisième livraison de textes est terminée.
Troisième mise en ligne de textes : vendredi 4 décembre 2020…

Licence Creative CommonsNetiquette : comme pour l’ensemble des textes publiés dans l’Espace Pédagogique Contributif, les poèmes des étudiant(e)s sont protégés par copyright. Ils sont mis à disposition des internautes selon les termes de la licence Creative Commons Paternité (Pas d’utilisation privée ou commerciale, pas de modification). La diffusion publique est autorisée sous réserve de mentionner le prénom de l’auteur, l’initiale de son nom, la classe, l’établissement ainsi que la référence complète du poème cité (URL de la page).

Publié par

brunorigolt

Bruno Rigolt Docteur ès Lettres et Sciences Humaines, Prix de Thèse de la Chancellerie des Universités de Paris. Diplômé d'Etudes approfondies en Littérature française et en Sociologie ; Maître de Sciences Politiques ; Professeur de Lettres Modernes et de Culture générale au Lycée en Forêt (Montargis, France).