Orientation… Pourquoi élaborer des stratégies d’anticipation…

Cet article est d’abord destiné à la classe de Seconde 12 dont je suis le professeur principal… Mais mes étudiants d’autres sections pourront le lire avec profit…

En matière d’orientation, le maître-mot est « anticipation ». Les spécialistes vous le diront : ceux qui réussissent sont ceux qui anticipent. Même si vous n’êtes qu’en Seconde (et a fortiori en Première), il est évident que plus vous vous projeterez tôt dans l’avenir, et plus vous maîtriserez votre orientation.

Première étape… La simulation…

Je vous recommande de vous faire un CV « pour de faux » en imaginant ce que vous serez dans 5 ou 10 ans… Etudes, projets personnels, professionnels… Serez-vous en France? Dans la région? À l’étranger? Quel sera votre niveau d’étude? Votre profession? Votre place dans la hiérarchie? Que privilégierez-vous au niveau des valeurs? La réussite sociale? Le cadre de vie? Le mariage? La carrière? Autant de questions que vous devez vous poser dès maintenant. Vous verrez : c’est un exercice passionnant parce qu’il amène à se « vieillir » artificiellement et surtout à faire des simulations qui ne vous engagent en rien! Mais qui vous conduisent à enviager les obstacles futurs. Le problème en effet n’est pas l’obstacle, le problème c’est de n’avoir pas prévu l’obstacle, de n’avoir pas anticipé : le Titanic n’aurait pas coulé si on avait prévu l’iceberg! Un peu comme avec une lecture analytique, commencez d’abord par formuler des hypothèses (de formation, de carrière, de choix de vie, etc.) et ensuite essayez en vous projetant dans le futur de vérifier si ces hypothèses cadrent avec votre personnalité, vos aptitudes, vos goûts, vos projets, et si elles cadrent avec l’évolution du contexte économique et social : c’est ce qu’on va voir dans la deuxième étape…cible.1228922755.jpg

Deuxième étape… Les stratégies d’anticipation…

Beaucoup d’élèves de Seconde, sans beaucoup réfléchir à leur avenir, se disent : je vais faire une ES, une STG, une L, une S, etc. Mais ce choix vocationnel répond-il vraiment à une « stratégie »? Bien souvent non ! Or c’est maintenant que vous devez évaluer si le type de cursus que vous envisagez après le bac sera valable d’ici 5 ou 10 ans : une fois que vous avez formulé vos hypothèses, elles doivent en effet cadrer avec ce que sera le monde dans quelques années… Or il est évident que nous sommes rentrés depuis une décennie au moins, dans un nouvel ordre mondial : les bouleversements économiques et politiques que nous traversons vont entraîner des rééquilibrages majeurs dans tous les secteurs de la société. De là le risque d’envisager « à la légère » des études sans avoir mûrement réfléchi aux conséquences de vos choix. Renseignez-vous d’ores et déjà sur les diplômes qualifiants, les filières les plus intéressantes, les métiers qui vont « rapporter », etc. Je vous recommande fortement la lecture de l’Express du 9 au 15 octobre 2008. Cet excellent magazine d’information recense « les diplômes qui marchent ». Le dossier est très exhaustif et offre des pistes de recherche intéressantes que vous pouvez consulter sur le net :

  • « Les diplômes qui marchent »… Vous pouvez accéder à l’étude en ligne en cliquant ici.
  • Par ailleurs, lisez cette page consacrée aux diplômes « anti-chômage » : elle fait le point sur les filières les plus qualifiantes selon le cursus et le niveau d’étude. Vous pouvez consulter la page en cliquant ici.

Publié par

brunorigolt

Bruno Rigolt Docteur ès Lettres et Sciences Humaines, Prix de Thèse de la Chancellerie des Universités de Paris. Diplômé d'Etudes approfondies en Littérature française et en Sociologie ; Maître de Sciences Politiques ; Professeur de Lettres Modernes et de Culture générale au Lycée en Forêt (Montargis, France).