Séquence 1 Approches du texte littéraire

Texte support : Marguerite Duras, « Le Coupeur d’eau« 

Objectifs de la séquence :

Méthodes de pensée et de travail : approches de la lecture analytique
Formation d’une culture : Qu’est-ce qu’un texte « littéraire », le travail de l’écrivain : la question du style durassien, les contraintes stylistiques et formelles de la nouvelle.
Pratique raisonnée de la langue : les relations entre les mots, les éléments de la communication, les marques de l’énonciation
  • Vendredi 4 septembre.
    • Aide individualisée sem. A (exceptionnellement en classe entière) : lecture de la nouvelle, rappel de notions (énonciation, schéma narratif)
  • Samedi 5 septembre.
    • Cours : approche du style durassien : une « esthétique de la maladresse »
    • Réflexion commune à partir d’extraits :
      • article de Pascal Michelucci, « La motivation des styles chez Marguerite Duras : cris et silence dans Moderato cantabile et La Douleur » (Études françaises, vol. 39, n° 2, 2003, p. 95-107.
      • Michel Zéraffa, Roman et société, Paris, PUF, coll. « SUP », 1971, p. 138-143.) : « La phrase têtue et déjetée de Duras, faite de retours, de parataxes, dite d’un trait, repose sur des formes pré-linguistiques, frisant l’inarticulé, comme ces dialogues larvés de Moderato. On n’y retrouve qu’exceptionnellement les conventions de la littérature ».
    • Duras (Ecrire) :
      • « Écrire c’est aussi ne pas parler. C’est se taire. C’est hurler sans bruit ».
      • « Je crois que c’est ça que je reproche aux livres, en général, c’est qu’ils ne sont pas libres. On le voit à travers l’écriture : ils sont fabriqués, ils sont organisés, réglementés, conformes on dirait […]. Sans silence, d’un classicisme sans risque aucun ».
      • « Je ne peux rien dire. Je ne peux rien écrire. Il y aurait une écriture du non-écrit. Un jour ça arrivera. Une écriture brève, sans grammaire, une écriture de mots seuls. Des mots sans grammaire de soutien. Égarés. Là, écrits. Et quittés aussitôt ».
    • Notions vues : intertextualité, parataxe, oxymore. L’engagement en littérature

Travail à faire : Pour le samedi 12 septembre : la nouvelle étant lue en entier (particulièrement la deuxième partie), vous chercherez à expliquer par écrit (20 à 30 lignes) cette remarque de Duras : « Là, je rétablis le silence de l’histoire, entre le moment de la coupure d’eau et le moment où elle est revenue du café. C’est-à-dire que je rétablis la littérature avec son silence profond« . Restitution des copies corrigées le mardi 15 septembre. Corrigé en ligne : cliquez ici.

Lectures : Deux ouvrages doivent avoir été lus pour le jeudi 5 novembre :

  • Claudine à l’école, Claudine s’en va (Colette, Livre de Poche)
  • Les lectrices et lecteurs les plus assidus pourront lire utilement le Blé en herbe de Colette (Librio, 2 euros).
  • Les élèves auront à réaliser une fiche de lecture. Concernant la méthode : voir la fiche méthodologique.

____________________

  • Lundi 7 septembre.
    • Cours : Les relations entre les mots (synonymes/antonymes; polysémie, champ sémantique, champ lexical). Le signe (Signifiant, signifié, arbitraire du signe).
    • L’arbitraire du signe : vous connaissez samagritte.1232822706.jpgns doute la toile célèbre du peintre Magritte, « La Trahison des images », exposée au County Museum of Art de Los Angeles. Le tableau est en effet révélateur du profond bouleversement introduit par l’art du vingtième siècle. Peint en 1929, il repose sur une véritable « mystification » : il représente une pipe, accompagnée de la légende suivante : « Ceci n’est pas une pipe ». L’intention la plus évidente de Magritte est de montrer que, même peint de la manière la plus réaliste qui soit, un tableau qui représente une pipe n’est pas une pipe. Il n’en est que l’image, la représentation. Au-delà de l’humour évident, ce discours sur le rapport arbitraire du signifiant visuel au signifié s’inscrit évidemment dans le vaste mouvement critique et subversif de détournement des codes sociaux, qui a permis à l’art moderne de devenir un véritable ferment d’idées.

info.1244395034.jpgPour aller plus loin… J’approfondis ma culture générale…

Les plus curieux d’entre vous liront avec profit le support de cours intitulé « Les métamorphoses de l’image : de Lascaux à Big Brother« . Destiné en priorité aux sections de BTS, l’article est néanmoins très utile pour l’élève de Seconde qui souhaite approfondir ses connaissances : il vous permettra de vous interroger sur le rôle et les fonctions de l’image : information ou manipulation ?

info.1244395034.jpg Pour aller plus loin… Mieux comprendre les notions de connotation et de polysémie des mots…

Je vous conseille de visionner cette publicité pour Orange. Les concepteurs (Publicis Conseil) ont joué avec brio sur le pouvoir imaginaire des mots et plus particulièrement les connotations : ainsi, chaque signifiant (vague, rencontre, envie, coup de tête, combat, cri, claque) renvoie à des signifiés connotatifs polysémiques.

[kml_flashembed movie= »http://www.youtube.com/v/6lfr3vuOg9k » width= »425″ height= »350″ wmode= »transparent » /]

  • Mardi 8 septembre.
    • Aide individualisée sem. B : préparation du travail à faire pour le samedi 12 septembre.
  • Jeudi 10 septembre.
    • Suite du cours du 7 septembre : la situation de communication, les objectifs de la communication (les fonctions du langage).
  • Samedi 12 septembre.
    • Fin du cours sur les fonctions du langage.

____________________

  • Lundi 14 septembre.
    • Atelier d’écriture poétique : hommage à M. Duras. Préparation d’une exposition intitulée : « Des mots oubliés, une écriture du silence«  (v. Duras : « Je ne peux rien dire. Je ne peux rien écrire. Il y aurait une écriture du non-écrit. Un jour ça arrivera. Une écriture brève, sans grammaire, une écriture de mots seuls. Des mots sans grammaire de soutien. Égarés. Là, écrits. Et quittés aussitôt ».

Les élèves veilleront à rendre rapidement (au plus tard le lundi 21 septembre) leur travail d’écriture.

  • Mardi 15 septembre.
    • pub-panzani.1253289591.jpgModules :
      • Restitution des travaux d’analyse littéraire à faire pour le 12 septembre (corrigé écrit distribué le samedi 19 septembre).
      • Travail sur les fonctions du langage, et le signifié connoté. Exercice pratique : interprétation d’une publicité Panzani (1964). Connotations clés chez Roland Barthes : italianité, fraîcheur, authenticité.

Document complémentaire :

Roland Barthes « Rhétorique de l’image » (Communication, n°4, 1964, p. 41-42)

Voici une publicité Panzani : des paquets de pâtes, une boîte, un sachet, des tomates, un champignon, le tout sortant d’un filet à demi ouvert, dans des teintes jaunes et vertes sur fond rouge. Essayons d’ « écrémer » les différents messages qu’elle peut contenir.
L’image nous livre tout de suite un premier message, dont la substance est linguistique : les supports en sont la légende, marginale, et les étiquettes, qui, elles, sont insérées dans le naturel de la scène, comme « en abyme » : le code dans lequel est prélevé ce message n’est autre que celui de la langue française ; pour être déchiffré, ce message n’exige d’autre savoir que la connaissance de l’écriture et du Français. À vrai dire, ce message peut encore se décomposer, car le signe Panzani ne livre pas seulement le nom de la firme, mais aussi, par son assonance, un signifié supplémentaire qui est, si l’on veut, l’« italianité ».[…]
Le message linguistique mis de côté, il reste l’image pure (même si les étiquettes en font partie à titre anecdotique). Cette image livre aussitôt une série de signes discontinus. Voici d’abord (cet ordre est indifférent, car ces signes ne sont pas linéaires), l’idée qu’il s’agit, dans la scène représentée, d’un retour de marché ; ce signifié implique lui-même deux valeurs euphoriques : celle de la fraîcheur des produits et celle de la préparation purement ménagère à laquelle ils sont destinés ; son signifiant est le filet entrouvert qui laisse s’épandre les provisions sur la table, comme « au déballé ». Pour lire ce premier signe, il suffit d’un savoir en quelque sorte implanté dans les usages d’une civilisation très large, où « faire soi-même son marché » s’oppose à l’approvisionnement expéditif (conserve, frigidaire) d’une civilisation plus « mécanique ». Un second signe est à peu près aussi évident ; son signifiant est la réunion de la tomate, du poivron et de la teinte tricolore (jaune, vert, rouge) de l’affiche ; son signifié est l’Italie, ou plutôt l’italianité ; ce signe est dans un rapport de redondance avec le signe connoté du message linguistique (l’assonance italienne du nom Panzani) ; le savoir mobilisé par ce signe est déjà plus particulier : c’est un savoir proprement « français » […] fondé sur une connaissance de stéréotypes linguistiques. Continuant d’explorer l’image (ce qui ne veut pas dire qu’elle soit entièrement claire du premier coup), on y découvre sans peine au moins deux autres signes ; dans l’un, le rassemblement serré d’objets différents transmet l’idée d’un service culinaire total, comme si d’une part Panzani fournissait tout ce qui est nécessaire à un plat composé, et comme si d’autre part le concentré de la boîte égalait les produits naturels qui l’entourent, la scène faisant le pont en quelque sorte entre l’origine des produits et leur dernier état ; dans l’autre signe, la composition, évoquant le souvenir de tant de peintures alimentaires, renvoie à un signifié esthétique : c’est la « nature morte » ou comme il est mieux dit dans d’autres langues, le « still life » ; le savoir nécessaire est ici fortement culturel.

À réviser pour l’évaluation du samedi 3 octobre :

  1. Signifiant/Signifié/Arbitraire du signe
  2. Dénotation/Connotation
  3. Les fonctions du langage (sauf la fonction métalinguistique)
  • Jeudi 17 septembre.
    • Bilan de la séquence 1 ( Corrigé en ligne du travail sur Duras + 2 travaux d’élèves que j’ai jugés pertinents) : cliquez ici) et présentation de la séquence 2

Séquence 2 Le texte et ses enjeux de lecture : ouverture et clôture du roman

Groupement de textes :

  • E. Zola, Germinal ;
  • G. de Maupassant, Bel-Ami ;
  • G. Bataille, Le Bleu du ciel ;
  • Kaput (F. Dard), Mise à mort ;
  • B. Easton Ellis, American Psycho

Objectifs de la séquence :

  • Méthodes de pensée et de travail : approches de la lecture analytique (suite); initiation au Commentaire organisé
  • Formation d’une culture : Roman, personnage et société ; le travail de l’écrivain (suite) ; le lecteur face au texte : les stratégies de lecture ; le titre et sa fonction

           

  • Vendredi 18 septembre.
    • Aide individualisée : préparation de l’évaluation du samedi 3 octobre (questions possibles et manière d’y répondre).
  • Samedi 19 septembre.
    • Travail d’analyse littéraire du 12 septembre (Duras et le « silence » de l’écriture) : distribution d’un corrigé écrit. Pour accéder au corrigé en ligne, cliquez ici. Pour lire quelques travaux représentatifs d’élèves, cliquez ici).
    • Séquence 2 : lecture de l’incipit et de l’excipit de Germinal : formulation d’hypothèses de lecture ; travail sur les réseaux lexicaux et les caractéristiques du texte réaliste : effets de réel, stéréotypes sociaux. Figures de style abordées : personnification, métaphore filée (métaphore filée de la germination dans l’excipit de Germinal), effets de réel (ou indices de vraisemblabilisation).

info.1244395034.jpg Pour aller plus loin… Mieux comprendre l’excipit de Germinal et le comparer à l’incipit…

Les élèves les plus curieux (a fortiori si vous choisissez Germinal pour le commentaire) consulteront avec profit cette analyse.

info.1244395034.jpg Pour aller plus loin… Mieux comprendre le « Réalisme »

Vous consulterez utilement cette page d’Espacefrancais.com qui aborde de nombreuses notions vues en cours à propos du réalisme (lisez les deux premiers paragraphes : I) Qu’est-ce que le Réalisme ? ; II) L’esthétique réaliste.

  • Lundi 21 septembre.
    • Confrontation de l’incipit et de l’excipit de Mise à mort (F. Dard).
    • Notions vues : périphrase, argot.
  • Mardi 22 septembre.
    • Aide individualisée : révisions pour l’évaluation du 3 octobre : essentiellement le signifiant, le signifié, l’arbitraire du signe : voir cette page en Français de Queen’s University (Kingston, Ontario), bien faite et accessible.
  • Jeudi 24 septembre.
    • Cours : méhodologie du commentaire organisé. Voir aussi ce support de cours qui reprend les notions vues en classe.
    • Constitution des groupes de travail pour la préparation du commentaire.

Travail à rendre le lundi 14 octobre : commentaire organisé. Coefficient 2 : travail de groupe. Les élèves ayant constitué des groupes de travail, prépareront le commentaire organisé du texte de leur choix à partir du corpus. Le travail encadré en classe durera 3 heures. Il fera l’objet d’une évaluation. Le travail définitif comprendra 4 à 6 pages manuscrites (une seule copie par groupe) et respectera obligatoirement la méthodologie proposée en cours. Les groupes pourront montrer leur brouillon jusqu’au lundi 12 octobre inclus.

  • Samedi 26 septembre.
    • Confrontation de l’incipit et de l’excipit de American Psycho (B. Easton Ellis).
    • Notions vues : le réalisme américain. Le nihilisme.
  • Lundi 28 septembre.
    • Confrontation de l’incipit et de l’excipit du Bleu du ciel (G. Bataille). Voir cette page qui commente la fin du roman.
    • Élaboration d’hypothèses de lecture.