• Georges Bataille : « La littérature, je l’ai, lentement, voulu montrer, c’est l’enfance enfin retrouvée ». La Littérature et le mal (essai, 1957). Citation proposée par : Classe.
  • Octavio Paz : « La création poétique est d’abord une violence faite au langage. Son premier acte est de déraciner les mots. Le poète les soustrait à leurs connexions et à leurs emplois habituels. » L’Arc et la lyre (essai, 1956). Citation proposée par : Classe.
  • Aimé Césaire : « La pression atmosphérique ou plutôt l’historique agrandit démesurément mes maux même si elle rend somptueux certains de mes mots. » (« Calendrier lagunaire », in Moi, laminaire (recueil de poésies, 1982). Citation proposée par Étienne L.
  • Tim Burton : « Beaucoup de gens me demandent à quel moment je ferai, enfin, un film, avec des personnes réelles. Mais qu’est-ce que la réalité ? » Tim Burton par Tim Burton (Biographie de Marck Salisbury, éd. Le Cinéphage, Paris 1999, p. 106-107). Citation proposée par Dakota G.
  • Charles Baudelaire : « Mais qu’importe l’éternité de la damnation à qui a trouvé dans une seconde l’infini de la jouissance ? » « Le mauvais vitrier » (Le Spleen de Paris, recueil de poésies, 1869). Pour télécharger le recueil, cliquez ici. Citation proposée par Nicolas B.
  • Émile Zola : « La vérité est en marche ; rien ne peut plus l’arrêter. » (« Procès verbal » Le Figaro du 25 novembre 1897). C’est par ces mots que Zola conclut son article consacré au sénateur Scheurer-Kestner, qui fut le premier à demander la révision du procès d’Alfred Dreyfus, injustement et illégalement condamné pour trahison, le 22 décembre 1894). Quelque temps après, dans l’Aurore, il rédigera son fameux « J’accuse !« , lettre ouverte adressée au président de la République, Félix Faure. Citation proposée par Marie B.
  • Victor Hugo : « La mélancolie est un crépuscule. La souffrance s’y fond dans une sombre joie. La mélancolie, c’est le bonheur d’être triste. » Les Travailleurs de la mer (tome II, 1892). Citation proposée par : Classe.