Un été en Poésie… 20 juillet-12 août 2022… Aujourd’hui Alda Merini

« Un été en Poésie »… du mercredi 20 juillet 2022 au vendredi 12 août inclus.

Cette année, « Un été en Poésie » a pour thème le voyage : voyages réels ou voyages extraordinaires qui laissent la porte ouverte à l’imaginaire, au fantasme ou au mythe… L’écriture poétique, parce qu’elle est une terre d’exploration, permet de prendre le large, s’ouvrir au monde et « faire l’expérience de soi-même face aux autres, face à l’inconnu »¹. Comme l’écrivait justement le philosophe Vladimir Jankélévitch, « l’aventure n’est pas sans l’ouverture »² : la lecture d’un poème est d’abord un voyage : voyage à travers soi et à travers l’autre… 

Entre errances et partances, frontières et rencontres, dépaysement et quête d’humanité, le voyage, parce qu’il défie la vision figée de l’existence, débouche dans l’océan infini de la vie…

1. Thème concernant l’enseignement de culture générale et expression en deuxième année de BTS, session 2023 « Invitation au voyage » : https://www.education.gouv.fr/bo/22/Hebdo7/ESRS2201905N.htm
2. Vladimir Jankélévitch, L’Aventure, l’ennui, le sérieux, Flammarion, Champs Essais, 2019, p. 195

Aujourd’hui… Alda Merini
(1931, Milan — 2009, Milan) Italie

Jeudi 4 août : Léopold Sédar Senghor

La carne e il sospiro

a Sergio Bagnoli

Io sono la tua carne,
la carne eletta del tuo spirito.
Non potrai mai visitarmi nel giorno
prima che il puro lavacro del sogno
mi abbia incenerita
per restituirmi a te in pagine di poesia,
in sospiri di lunga attesa.
Temo per il mio dolore,
come se la tua dolcezza
potesse farlo morire
e privarmi così di quel paesaggio misterioso
che sono i ricordi.
Sono piena di riti
e della logica dei ricordi
che viene dopo, quando si affaccia alla mia vita
il rendiconto della verità giornaliera,
il sogno affogato nell’acqua.
Sono misteriosa come tutti,
ogni mio movimento è un miracolo
e tu lo sai,
ma il grande passo
che io possa fare è quello di venire da te
(un viaggio infinito senza ristoro,
forse un viaggio che mi porterebbe a morire
perchè io sono il canto e la lunga strada).

Il canto muore, va a morire
nelle viscere della terra
perchè io sono la misura
del tuo grande spettacolo di uomo;
sono lo spettatore vivo
delle tue rimembranze ma anche l’insetto,
l’animale che sogna e che divora.

Prima della poesia viene la pace,
un lago sempiterno e pieno
sopra il quale non passa nulla,
neanche un veliero;
prima della poesia viene la morte,
qualche cosa che balza e rimbalza
sopra le acque; il lungo cammino
di una folla di genio e di malizia
che porta lontano.

Ma io e te siamo soli
come se fossimo stati creati
primi e per la prima volta;
io e te siamo riemersi dal fango della folla
e giornalmente tentiamo di rimanere soli
in questa risma di carte
che è il grande spettacolo dei vivi.
Io e te siamo esangui,
senza voglia di finire questo incantesimo.
Incolori e indomiti, siamo soli
nel limbo del nostro piacere
perchè io e te
siamo pieni di amore carnale,
Io e Te.

Alda Merini. La volpe e il sipario, Poesie d’amore Nuova edizione accresciuta A cura di Benedetta Centovalli © 1997 Girardi Editore © 2004 RCS Libri S.p.A., Milano
   

La chair et le souffle

Je suis ta chair,
la chair élue de ton esprit.
Tu ne pourras me voir
Que le jour où le pur baptême du rêve
m’aura consumée
pour me donner à toi en pages de poésie,
en souffles de longue attente.
J’ai peur pour mon chagrin,
comme si ta douceur
pouvait le faire mourir
et me priver ainsi de ce mystérieux paysage
que sont les souvenirs.
Je suis pleine de rituels et de leur logique mémorielle,
quand le récit de la vérité quotidienne
entre dans ma vie, tel un rêve qui s’est noyé dans l’eau.
Comme n’importe qui, je suis un mystère
et tu le sais,
chacun de mes gestes est un miracle
mais le plus grand pas
que je peux faire est de venir vers toi
(un voyage sans fin sans repos,
peut-être un voyage qui me rapprocherait de la mort
car je suis la chanson et la longue route).

La chanson meurt, elle va mourir
dans les entrailles de la terre
car c’est moi qui juge
ton grand spectacle d’homme ;
je suis le spectateur vivant
de tes souvenirs mais aussi l’insecte,
l’animal qui rêve et qui dévore.

Avant la poésie était la paix,
un lac éternel et plein
sur lequel rien ne passe,
pas même un voilier ;
Avant la poésie était la mort,
quelque chose qui bondit et rebondit
sur les eaux ; la longue marche
qui mène loin
tout un peuple de génie et de malice.

Mais toi et moi sommes seuls
comme si nous avions été créés
d’abord et pour la première fois ;
Toi et moi avons émergé de la multitude boueuse
Et chaque jour nous essayons d’exister
dans ce jeu de rôles
qui est la grande comédie des vivants.
Toi et moi sommes exsangues,
sans désir aucun de mettre fin à cet enchantement,
Transparents et indomptables, seuls
dans les limbes de notre bonheur
parce que toi et moi
sommes pleins d’amour charnel
Toi et moi.

Traduction française : Bruno Rigolt. Dernière révision : août 2022.

« mais toi et moi sommes seuls
comme si nous avions été créés
d’abord et pour la première fois »…

Illustration : © Bruno Rigolt, 2009, 2022