Un Automne en Poésie Saison 11 : 2021-2022… Deuxième livraison

« Un Automne en Poésie »
— Saison 11 —

Poésies du Rêve et d’AilleursMaquette graphique : © Bruno Rigolt, décembre 2021

Une invitation au voyage…

Les élèves de Seconde 13 du Lycée en Forêt (Montargis) sont fiers de vous inviter à l’exposition 2021-2022 « Un Automne en Poésie », manifestation d’art qui entend marquer de son empreinte la création littéraire lycéenne.

La thématique retenue pour cet atelier d’écriture invite à l’évasion : « Poésies du Rêve et d’ailleurs »… Manière d’évoquer la nature profonde du fait poétique, qui est d’être dans le monde pour se faire signe d’un autre monde… Comme une porte qui s’ouvre à la réalité de l’infini.

Voici la deuxième livraison de textes : découvrez les contributions de Constance, Arno, Lilly, Bénie-Laël, Dylan, Kylian, Élise.
Chaque semaine, de nouveaux textes seront publiés dans l’Espace Pédagogique Contributif
jusqu’au 28 décembre 2021 (dernière livraison).

Pour accéder à la première livraison de textes, cliquez ici.
Pour accéder à la troisième livraison de textes, cliquez ici.

Prochaine livraison : mardi 21 décembre.

  

Courant vers l’ensommeillé soleil

par Constance H.
Classe de Seconde 13

ans ce monstre de fer courant vers l’ensommeillé soleil,
Assise seule dans le rouge wagon,
J’observais d’un œil distrait sur le répétitif gazon
Quelques eaux tristes, en deuil.
Soudain, le doux murmure d’un cliquetis de chaussures
Attira mon attention.
Je te vis t’asseoir face à moi.

Dans ce monstre de fer courant vers l’ensommeillé soleil,
Tu as sorti de ton encombrant bagage un croquis,
Puis, tu me demandas d’esquisser un sourire.
Je ne pus résister à ton regard azuré.
Ton corps voleta pour me dessiner.
L’œuvre terminée, je m’assis à un centimètre abyssal de toi.

Dans ce monstre de fer courant vers l’ensommeillé soleil,
Tu as pris ma main tressaillante
Et nos lèvres se rencontrèrent

Dans ce monstre de fer courant vers l’ensommeillé soleil,
Assises toutes les deux dans le rouge wagon,
Tout en te replaçant une mèche vanillée,
J’observais d’un œil attentif sous le corps aventureux du soir
Notre relation interdite
Aux parfums de voyage, de secret et d’intrigue.
Et nos lèvres se mélangèrent

Dans ce monstre de fer courant vers l’ensommeillé soleil.

« J’observais d’un œil attentif sous le corps aventureux du soir
Notre relation interdite
Aux parfums de voyage, de secret et d’intrigue….
 »

Illustration : © 2021, Marianne H.

_

_

Le gardien des étoiles

par Arno V.
Classe de Seconde 13

Il fut un temps où j’étais
Le gardien des étoiles
Qui la nuit illuminent mes pensées,
De leurs yeux clairs et solitaires.

Le passé charmant épanouissant du ciel dormant,
Toujours m’émerveille
Tel le soir dénaturé
D’une lune vermeille.

Mes souvenirs de cette étendue d’or végétale
Ont disparu, laissant place à de banals édifices,
Dans un monde bientôt saccagé,
Fatigué de ne pas respirer,

Et je me demande quand la folie des hommes
Sera raisonnée. Enfermées dans cette cage d’acier,
Mes pensées divaguent
Dans la douce mélancolie d’un crépuscule matinal.

« Mes souvenirs de cette étendue d’or végétale
Ont disparu, laissant place à de banals édifices,
Dans un monde bientôt saccagé
…»

Illustration : © Yann Arthus-Bertrand : http://www.yannarthusbertrand2.org/collection/japan/ 

À ma fleur d’oranger

par Lilly R.
Classe de Seconde 13

Pour ma maman, la reine de mon cœur

Quand j’ai peur, je prends ta main
Quand j’ai mal, tu prends mes larmes
Et dans mon cœur entre ta lumière
Tel un rayon de soleil
Pénétrant les verres d’une fenêtre

Mon soleil, mon tout
Rien n’égale l’amour de ma mère
A mon égard

Toi ma jolie maman
Ma mère au grand cœur
Aussi doux qu’un beignet
A la fleur d’oranger
Aussi bon qu’une friandise pour enfants

Cette femme dans la solitude envolée
Vient nous border chaque fois
Que la nuit s’empare du ciel…

« Ma mère au grand cœur
Aussi doux qu’un beignet
A la fleur d’oranger
..
 »

Crédit iconographique : Bruno Rigolt (photomontage et peinture numérique). Décembre 2021.

Dans un bain vanille de liberté

par Bénie-Laël K.
Classe de Seconde 13

Une lourdeur que je ne peux supporter
Ce fardeau lourd à porter plus inévitable qu’hier
Comme une fleur je me fane
Mon rôle s’est achevé avant l’aurore.

N’est-il pas un jour, une semaine
Où l’on pourrait nous laisser baigner
Dans un bain vanille de liberté
Et sans aucune plume d’angoisse ?

Écrire m’emporte dans un tourbillon
Auquel je ne peux échapper : tout se confond,
Et telle une éclipse, la couleur du jour se fond dans l’air.
Je suis à mon apogée, tout s’est affaibli.

N’est-il pas une heure, une minute
Une seconde pour me bercer ?
Comme une enfant, je suis inconsciente
Vivant dans un rêve bleu de l’océan paisible,

Qui m’emmène Insouciante,
Loin, très loin dans un bain vanille de liberté.

« Loin, très loin dans un bain vanille de liberté… »

Crédit iconographique : Bruno Rigolt (photomontage et peinture numérique). Décembre 2021.

Optimisme du V16 Métaphysique

par Dylan K.
Classe de Seconde 13

Comme un danseur dans sa suite
Tout en extase je suis
Sous cette imposante Calandre
me laissant sur les pistons.
Symphonie bombardante
Digne d’une coupe transversale
d’un Aphrodite moteur V16.
Un sublissime moteur à combustion
Pour honorer les curieux V-twin
Des Antiques Harley-Davidson
Avec un système de couvercle de culasse
Convenant à cette noblesse artistique

brabus-geneva (4)«Tout en extase je suis
Sous cette imposante Calandre
 »

Moteur Barbus rocket 900 de 900 chevaux.
Crédit iconographique : © Mercedes (https://mercedesblog.com/geneva-live-ballistic-brabus-gle-63-suv-and-rocket-900-coupe/). Copyright : toutes les marques citées sont déposées. Les publicités et les différents éléments qui les composent (logos, messages linguistiques et iconiques) sont la propriété de leurs détenteurs respectifs. Merci à eux d’en permettre l’exploitation à des fins artistiques.

Le tribunal étoilé de la nuit

par Kylian S.
Classe de Seconde 13

J’impose par la loi de mes désirs
Le soir, la mer, le vent
Et la raison ivre de sentiments.
Mon coeur se remplit de plaisirs
Lorsque je vois le tribunal étoilé de la nuit
Qui pareille à une autorité
Soumet sa juridiction
Au si doux horizon,
Comme un début d’éternité
Au soleil couchant.

« Comme un début d’éternité
Au soleil couchant
..
 »

Georges Lacombe (1868-1916) , « Baie de Saint-Jean-de-Luz », (Côte de Sainte-Barbe), vers 1904
Huile sur toile, collection particulière. Photo : © Musée Maurice Denis

Au-delà des mers et des montagnes

par Élise W.
Classe de Seconde 13

Il y a le vent qui te fait la bise
Et les vagues qui te sautent dans les bras,
Il y a les nuages avec toi
Et la lune déjà partie.

Il y a le soleil très haut dans l’étendue bleue
Et la mer dont le doux bruit me berce
Fait la bise à mes mocassins.
Il y a le sable qui se déplace au rythme de mes pas.

Il y a le mistral qui soupoudre de sucre la montagne
Et l’océan, aux chemins d’écume et de marées
Et puis il y a ceux qui ne sont plus là
Ceux qui sont loin sans toi

Et qui dorment déjà…

« Et puis il y a ceux qui ne sont plus là
Ceux qui sont loin sans toi
Et qui dorment déjà… »

Crédit iconographique : René Magritte, « La Mémoire » (1948). Musée d’Ixelles, Bruxelles

La numérisation de la deuxième livraison de textes est terminée.
Troisième mise en ligne de textes : mardi 21 décembre 2021.

Licence Creative CommonsNetiquette : comme pour l’ensemble des textes publiés dans l’Espace Pédagogique Contributif, les poèmes des étudiant(e)s sont protégés par copyright. Ils sont mis à disposition des internautes selon les termes de la licence Creative Commons Paternité (Pas d’utilisation privée ou commerciale, pas de modification). La diffusion publique est autorisée sous réserve de mentionner le prénom de l’auteur, l’initiale de son nom, la classe, l’établissement ainsi que la référence complète du poème cité (URL de la page).