Un Automne en Poésie Saison 11 : 2021-2022… Troisième livraison

« Un Automne en Poésie »
— Saison 11 —

Poésies du Rêve et d’AilleursMaquette graphique : © Bruno Rigolt, décembre 2021

Une invitation au voyage…

Les élèves de Seconde 13 du Lycée en Forêt (Montargis) sont fiers de vous inviter à l’exposition 2021-2022 « Un Automne en Poésie », manifestation d’art qui entend marquer de son empreinte la création littéraire lycéenne.

La thématique retenue pour cet atelier d’écriture invite à l’évasion : « Poésies du Rêve et d’ailleurs »… Manière d’évoquer la nature profonde du fait poétique, qui est d’être dans le monde pour se faire signe d’un autre monde… Comme une porte qui s’ouvre à la réalité de l’infini.

Voici la deuxième livraison de textes : découvrez les contributions de Madisson, Aurore, Léna, Matthyeu, Agathe, Iris, Meryem.
Chaque semaine, de nouveaux textes seront publiés dans l’Espace Pédagogique Contributif
jusqu’au 28 décembre 2021 (dernière livraison).

Pour accéder à la première livraison de textes, cliquez ici.
Pour accéder à la deuxième livraison de textes, cliquez ici.

 

Prochaine livraison : mardi 28 décembre.

  

Sous l’abri bleu du ciel

par Madisson-Esther S.-N. 
Classe de Seconde 13

 

Sous l’abri bleu du ciel,
Le vent émet un bruit silencieux.
Aussi courte ma vitalité soit-elle,
Mon désir de vivre, comme la mer, est infini.

Beauté illusoire,
Illustration au-delà de mes rêves,
La mer dissimule peu à peu les larmes du ciel.
La rage brûlante de sa colère,
Le maintien de son sang hivernal,
Ou encore le foudroiement des dieux.

La vie m’a tout l’air signifiante,
Elle m’a l’air d’un passage
S’ouvrant sur des douceurs noires et grises,
Qui se lèvent vers le paradis perdu de surface.

« La vie m’a tout l’air signifiante,
Elle m’a l’air d’un passage
… »

Illustration : Vincent Van Gogh, « La mer aux Saintes-Maries », 1888.
Moscou, Musée d’État des Beaux-Arts Pouchkine.

_

_

Le temps d’un songe

par Aurore T.
Classe de Seconde 13

a beauté de mon île reste gravée dans ma vie,
Te regarder t’éloigner de moi à travers le hublot
Me fend le cœur comme un vieux rafiot brisé des vagues,
Saint Denis m’a accueilli et Sainte Rose m’a élevée
Paris m’a souri après mon départ
Le 27 au soir, je suis partie
De ma belle île: la Réunion.

L’avion que j’ai emprunté ne peut m’emmener
dans la paix guerrière que j’ai créée.
Le jour de mon départ, je pensais te dire au revoir
Mais tu es restée là, figée comme une peinture vivante.
Tel un chapeau de paille et devant moi tu t’éloignes.

Dans cette baignoire remplie de mon désespoir
Mon désir s’éclaire d’une lumière sombre
Tel le souvenir de te voir partir
La tristesse châtain de mes yeux
Devient ce large champ amer
Et la mer à perte de vue, à perte de vie…

Je me réveille soudain: serait ce un songe ?
Me rappelant ainsi de l’océan indien
J’ai ressenti une douce nostalgie,
Une odeur blanche chrysanthème me parvint alors.
Soudain en moi fleurit,
La fleur de l’envie..

« Le jour de mon départ, je pensais te dire au revoir
Mais tu es restée là, figée comme une peinture vivante.
Tel un chapeau de paille et devant moi tu t’éloignes
…»

Illustration : © décembre 2021, Bruno Rigolt (photomontage et peinture numérique).

Un voyage bleu de nuit

par Léna B.
Classe de Seconde 13

Arrivera t-il,
Devant les dunes infinies du soir ?
Reviendra-t-il, le jaune du soleil
Après cette pluie de larmes ?

Après cette neige rose comme le coucher du soleil
Tu remets ton masque
Comme si la pandémie avait toujours été là…

Tournent les aiguilles
Mais le temps ne change toujours pas
Le soleil d’été s’éteint
C’est un voyage bleu de nuit, un voyage sans fin.

Le jour a remis son manteau de neige
Laissant place au froid de l’hiver
Devant les vagues sombres
Tu remets ton masque
Comme si la pandémie avait toujours été là.

Tournent les aiguilles
Comme des étoiles jetées au hasard
Dans l’infini de la nuit.

Reviendront-ils, les mots
Après cette page blanche ?
Les mots tout tremblants, vides de sentiments ?

La mélancolie arrive
Et tu attends son appel
Tu remets ton pull
Mettant avec lui un sentiment de joie
Tu te sens seul, entouré d’une foule
Comme un coquillage échoué sur la plage.

Tu songes à un voyage sans fin, un voyage bleu de nuit.

« Tu songes à un voyage sans fin, un voyage bleu de nuit… »

Claude Monet, « Le Port du Havre, effet de nuit », 1873 (coll. privée)
Crédit iconographique : akg-images

Rêveur solitaire

par Matthyeu R.
Classe de Seconde 13

uand je ferme les yeux,
Me voilà transporté dans mes pensées :
Nuit douce éclairée, étoiles cristal…
Me voici sur un lac étoilé
La lune est le lampadaire de la Nuit
Qui illumine le soir de couleurs et de fruits

J’ai suivi l’étoile qui me guide
Perdu dans mes pensées,
Parmi le sol de cette Terre,
Le long d’un ruisseau…
Et je vois le ciel
Recouvert de blancheur nuagée.

L’odeur sinistre de la solitude
Est mon guide, Elle me mène
Vers le bout de mon rêve
J’ai vu les meilleures choses partir,
Laissant mes sentiments dans ce lieu de désirs.
Voici que j’ouvre les yeux et tout s’envole.

« Nuit douce éclairée, étoiles cristal… »

Vincent Van Gogh, « La nuit étoilée sur le Rhône » (huile sur toile), 1888.
Paris, Musée d’Orsay

Au-delà des brumes

par Agathe W.
Classe de Seconde 13

À chaque pluie d’été remplie de souffrance,
Tu me perdais dans un sombre bonheur,
Je devenais la mer et le vent,
Tourmentée comme tes promesses d’exodes.

Tu menaçais notre paradis de s’effondrer,
Plafonnée à des idées que seule moi pouvais confronter,
Ne plus sentir ton espoir lorsque je suis partie pour mon odyssée,
Ne m’a pas manqué quand je t’ai quitté.

Pourtant mes voyages prennent une nouvelle tournure,
J’aperçois au-delà des brumes,
Les îles respirant les joies de la solitude,
Mes sens fleurissent à la vue de cet azur.

Les couchers de soleil fragmentés d’aube rosée,
Me remémorent la nostalgie de nos douloureux moments,
Mais au-delà de l’écume de mes larmes
J’entends enfin le chant des blés d’or…

« J’aperçois au-delà des brumes,
Les îles respirant les joie de la solitude
..
 »

Caspar David Friedrich, « Falaises de craie sur l’île de Rügen », 1818.
Crédit iconographique : Winterthour (Suisse), Museum Oskar Reinhart am Stadtgarten.

Histoire et Conscience

par Iris M.- G.
Classe de Seconde 13

Vague réminiscence
La lune versa son pâle enchantement :
Des historiettes racontées en chemin
Des histoires d’horreur,
Des histoires enfantines, surnaturelles
Accompagnées de quelques frissons de douceur bleus

Vague réminiscence
Un plaisir romanesque,
Où règne l’admiration éternelle,
Ou la puissance de la mer,
Amère et salée
Régnait en nous

Vague réminiscence
Raison et Pouvoir
Histoire et Conscience…
Un groupe solidaire à la guerre
Un groupe qui partait à la mer
Se voyait mourir en enfer

« Un groupe solidaire à la guerre
Un groupe qui partait à la mer
Se voyait mourir en enfer… 
»

Illustration: BR (photomontage et peinture numérique).
D’après « Débarquement du 6 juin 1944 en Normandie » (Photo : US Army Coll. Archives Larousse)

Toi, mon âme
(Je veux t’écrire)

par Meryem Y.
Classe de Seconde 13

Sur mes cahiers jamais utilisés
Sur mon pupitre et les arbres écorchés
Sur le sable froid, la neige chaude
Je veux t’écrire
Sur toutes les pages où personne n’osait,
Sur toutes les pages où l’artiste peint
Pierre, feuille, oiseau ou les cendres des flammes,
Sur les tableaux dorés, admirés,
Je veux t’écrire
Sur le sang des victimes et des innocents,
Sur la couronne que portent les êtres
Sur la jungle et le désert parcourus
Je dessine les saisons,
J’écris les oiseaux
Sur les crises de mon adolescence.
Sur les mille nuits où les contes sont contés,
Sur le pain perdu du tiers-monde s’écrit ma vie
Et sur les saisons déréglées,
J’écris le ciel bleu.
Sur la soie enfin chiffonnée,
Sur le soleil et la lune mariés,
Sur le lac des cygnes où l’on danse
Sur les champs où j’ai planté ton amour
Sur chaque regard jeté
Sur la mer où les oiseaux naviguent,
Sur les montagnes des aigles
Sur les nuages
J’aimerais t’écrire,
J’aimerais t’aimer
Sur les foudres qui bâtissent notre monde,
Sur les étoiles qu’on essaye de pêcher
Sur la vérité de notre âme
Et sur la raison
Du chemin à prendre
Je veux t’écrire,
Sur les routes dessinées a la main,
Sur la terre coupée en parts inégales,
Sur les immenses lits de nos matins,
Sur les envies devant les océans,
Je veux t’écrire.

« Sur la vérité de notre âme / Et sur la raison
Du chemin à prendre / Je veux t’écrire… 
»

Philippe de Champaigne, « Paysage ». Lille, Palais des Beaux Arts.
Crédits : © RMN-Grand Palais 

La numérisation de la troisième livraison de textes est terminée.
Troisième mise en ligne de textes :  mardi 28 décembre 2021.

Licence Creative CommonsNetiquette : comme pour l’ensemble des textes publiés dans l’Espace Pédagogique Contributif, les poèmes des étudiant(e)s sont protégés par copyright. Ils sont mis à disposition des internautes selon les termes de la licence Creative Commons Paternité (Pas d’utilisation privée ou commerciale, pas de modification). La diffusion publique est autorisée sous réserve de mentionner le prénom de l’auteur, l’initiale de son nom, la classe, l’établissement ainsi que la référence complète du poème cité (URL de la page).

Un Automne en Poésie Saison 11 : 2021-2022… Deuxième livraison

« Un Automne en Poésie »
— Saison 11 —

Poésies du Rêve et d’AilleursMaquette graphique : © Bruno Rigolt, décembre 2021

Une invitation au voyage…

Les élèves de Seconde 13 du Lycée en Forêt (Montargis) sont fiers de vous inviter à l’exposition 2021-2022 « Un Automne en Poésie », manifestation d’art qui entend marquer de son empreinte la création littéraire lycéenne.

La thématique retenue pour cet atelier d’écriture invite à l’évasion : « Poésies du Rêve et d’ailleurs »… Manière d’évoquer la nature profonde du fait poétique, qui est d’être dans le monde pour se faire signe d’un autre monde… Comme une porte qui s’ouvre à la réalité de l’infini.

Voici la deuxième livraison de textes : découvrez les contributions de Constance, Arno, Lilly, Bénie-Laël, Dylan, Kylian, Élise.
Chaque semaine, de nouveaux textes seront publiés dans l’Espace Pédagogique Contributif
jusqu’au 28 décembre 2021 (dernière livraison).

Pour accéder à la première livraison de textes, cliquez ici.
Pour accéder à la troisième livraison de textes, cliquez ici.

Prochaine livraison : mardi 21 décembre.

  

Courant vers l’ensommeillé soleil

par Constance H.
Classe de Seconde 13

ans ce monstre de fer courant vers l’ensommeillé soleil,
Assise seule dans le rouge wagon,
J’observais d’un œil distrait sur le répétitif gazon
Quelques eaux tristes, en deuil.
Soudain, le doux murmure d’un cliquetis de chaussures
Attira mon attention.
Je te vis t’asseoir face à moi.

Dans ce monstre de fer courant vers l’ensommeillé soleil,
Tu as sorti de ton encombrant bagage un croquis,
Puis, tu me demandas d’esquisser un sourire.
Je ne pus résister à ton regard azuré.
Ton corps voleta pour me dessiner.
L’œuvre terminée, je m’assis à un centimètre abyssal de toi.

Dans ce monstre de fer courant vers l’ensommeillé soleil,
Tu as pris ma main tressaillante
Et nos lèvres se rencontrèrent

Dans ce monstre de fer courant vers l’ensommeillé soleil,
Assises toutes les deux dans le rouge wagon,
Tout en te replaçant une mèche vanillée,
J’observais d’un œil attentif sous le corps aventureux du soir
Notre relation interdite
Aux parfums de voyage, de secret et d’intrigue.
Et nos lèvres se mélangèrent

Dans ce monstre de fer courant vers l’ensommeillé soleil.

« J’observais d’un œil attentif sous le corps aventureux du soir
Notre relation interdite
Aux parfums de voyage, de secret et d’intrigue….
 »

Illustration : © 2021, Marianne H.

_

_

Le gardien des étoiles

par Arno V.
Classe de Seconde 13

Il fut un temps où j’étais
Le gardien des étoiles
Qui la nuit illuminent mes pensées,
De leurs yeux clairs et solitaires.

Le passé charmant épanouissant du ciel dormant,
Toujours m’émerveille
Tel le soir dénaturé
D’une lune vermeille.

Mes souvenirs de cette étendue d’or végétale
Ont disparu, laissant place à de banals édifices,
Dans un monde bientôt saccagé,
Fatigué de ne pas respirer,

Et je me demande quand la folie des hommes
Sera raisonnée. Enfermées dans cette cage d’acier,
Mes pensées divaguent
Dans la douce mélancolie d’un crépuscule matinal.

« Mes souvenirs de cette étendue d’or végétale
Ont disparu, laissant place à de banals édifices,
Dans un monde bientôt saccagé
…»

Illustration : © Yann Arthus-Bertrand : http://www.yannarthusbertrand2.org/collection/japan/ 

À ma fleur d’oranger

par Lilly R.
Classe de Seconde 13

Pour ma maman, la reine de mon cœur

Quand j’ai peur, je prends ta main
Quand j’ai mal, tu prends mes larmes
Et dans mon cœur entre ta lumière
Tel un rayon de soleil
Pénétrant les verres d’une fenêtre

Mon soleil, mon tout
Rien n’égale l’amour de ma mère
A mon égard

Toi ma jolie maman
Ma mère au grand cœur
Aussi doux qu’un beignet
A la fleur d’oranger
Aussi bon qu’une friandise pour enfants

Cette femme dans la solitude envolée
Vient nous border chaque fois
Que la nuit s’empare du ciel…

« Ma mère au grand cœur
Aussi doux qu’un beignet
A la fleur d’oranger
..
 »

Crédit iconographique : Bruno Rigolt (photomontage et peinture numérique). Décembre 2021.

Dans un bain vanille de liberté

par Bénie-Laël K.
Classe de Seconde 13

Une lourdeur que je ne peux supporter
Ce fardeau lourd à porter plus inévitable qu’hier
Comme une fleur je me fane
Mon rôle s’est achevé avant l’aurore.

N’est-il pas un jour, une semaine
Où l’on pourrait nous laisser baigner
Dans un bain vanille de liberté
Et sans aucune plume d’angoisse ?

Écrire m’emporte dans un tourbillon
Auquel je ne peux échapper : tout se confond,
Et telle une éclipse, la couleur du jour se fond dans l’air.
Je suis à mon apogée, tout s’est affaibli.

N’est-il pas une heure, une minute
Une seconde pour me bercer ?
Comme une enfant, je suis inconsciente
Vivant dans un rêve bleu de l’océan paisible,

Qui m’emmène Insouciante,
Loin, très loin dans un bain vanille de liberté.

« Loin, très loin dans un bain vanille de liberté… »

Crédit iconographique : Bruno Rigolt (photomontage et peinture numérique). Décembre 2021.

Optimisme du V16 Métaphysique

par Dylan K.
Classe de Seconde 13

Comme un danseur dans sa suite
Tout en extase je suis
Sous cette imposante Calandre
me laissant sur les pistons.
Symphonie bombardante
Digne d’une coupe transversale
d’un Aphrodite moteur V16.
Un sublissime moteur à combustion
Pour honorer les curieux V-twin
Des Antiques Harley-Davidson
Avec un système de couvercle de culasse
Convenant à cette noblesse artistique

brabus-geneva (4)«Tout en extase je suis
Sous cette imposante Calandre
 »

Moteur Barbus rocket 900 de 900 chevaux.
Crédit iconographique : © Mercedes (https://mercedesblog.com/geneva-live-ballistic-brabus-gle-63-suv-and-rocket-900-coupe/). Copyright : toutes les marques citées sont déposées. Les publicités et les différents éléments qui les composent (logos, messages linguistiques et iconiques) sont la propriété de leurs détenteurs respectifs. Merci à eux d’en permettre l’exploitation à des fins artistiques.

Le tribunal étoilé de la nuit

par Kylian S.
Classe de Seconde 13

J’impose par la loi de mes désirs
Le soir, la mer, le vent
Et la raison ivre de sentiments.
Mon coeur se remplit de plaisirs
Lorsque je vois le tribunal étoilé de la nuit
Qui pareille à une autorité
Soumet sa juridiction
Au si doux horizon,
Comme un début d’éternité
Au soleil couchant.

« Comme un début d’éternité
Au soleil couchant
..
 »

Georges Lacombe (1868-1916) , « Baie de Saint-Jean-de-Luz », (Côte de Sainte-Barbe), vers 1904
Huile sur toile, collection particulière. Photo : © Musée Maurice Denis

Au-delà des mers et des montagnes

par Élise W.
Classe de Seconde 13

Il y a le vent qui te fait la bise
Et les vagues qui te sautent dans les bras,
Il y a les nuages avec toi
Et la lune déjà partie.

Il y a le soleil très haut dans l’étendue bleue
Et la mer dont le doux bruit me berce
Fait la bise à mes mocassins.
Il y a le sable qui se déplace au rythme de mes pas.

Il y a le mistral qui soupoudre de sucre la montagne
Et l’océan, aux chemins d’écume et de marées
Et puis il y a ceux qui ne sont plus là
Ceux qui sont loin sans toi

Et qui dorment déjà…

« Et puis il y a ceux qui ne sont plus là
Ceux qui sont loin sans toi
Et qui dorment déjà… »

Crédit iconographique : René Magritte, « La Mémoire » (1948). Musée d’Ixelles, Bruxelles

La numérisation de la deuxième livraison de textes est terminée.
Troisième mise en ligne de textes : mardi 21 décembre 2021.

Licence Creative CommonsNetiquette : comme pour l’ensemble des textes publiés dans l’Espace Pédagogique Contributif, les poèmes des étudiant(e)s sont protégés par copyright. Ils sont mis à disposition des internautes selon les termes de la licence Creative Commons Paternité (Pas d’utilisation privée ou commerciale, pas de modification). La diffusion publique est autorisée sous réserve de mentionner le prénom de l’auteur, l’initiale de son nom, la classe, l’établissement ainsi que la référence complète du poème cité (URL de la page).

Un Automne en Poésie Saison 11 : 2021-2022… Première livraison

Lancement de l’exposition « Un Automne en Poésie »
— Saison 11 —

Poésies du Rêve et d’AilleursMaquette graphique : © Bruno Rigolt, décembre 2021

Une invitation au voyage…

Les élèves de Seconde 13 du Lycée en Forêt (Montargis) sont fiers de vous inviter à l’exposition 2021-2022 « Un Automne en Poésie », manifestation d’art qui entend marquer de son empreinte la création littéraire lycéenne.

La thématique retenue pour cet atelier d’écriture invite à l’évasion : « Poésies du Rêve et d’ailleurs »… Manière d’évoquer la nature profonde du fait poétique, qui est d’être dans le monde pour se faire signe d’un autre monde… Comme une porte qui s’ouvre à la réalité de l’infini.

Voici la première livraison de textes : découvrez les contributions d’Argann, Soane, Monica, Alexandre, Camille, Dora, Lise-Marie.
Chaque semaine, de nouveaux textes seront publiés dans l’Espace Pédagogique Contributif
jusqu’au 28 décembre 2021 (dernière livraison).

Pour accéder à la deuxième livraison de textes, cliquez ici.
Pour accéder à la troisième livraison de textes, cliquez ici.

Prochaine livraison : dimanche 12 décembre.

  

Le narrateur de la nuit

par Argann D.
Classe de Seconde 13

e soir tombe devant moi, l’univers est infini,
Ma plume est l’épée.
Je marche comme dans un roman policier.
L’âme est blanche comme un ange,
L’amour est fragile comme le quartz rose.
Je suis le narrateur de la nuit.

L’univers est infini, la nuit est bleue
Comme un feu follet, et je marche
Dans l’immense plaine de la solitude.
Devant moi, le chagrin est un lac
S’étendant dans la vallée des larmes,
La colère, un trou noir dévorant l’âme.

L’univers est infini, pareil au vent,
Je vois les étoiles et leur œil omniscient,
Brillant d’un éclat de diamant,
Béni par la fleur du feu :
La fleur aux parfums de soleil couchant…
Je suis le narrateur de la nuit.

« L’univers est infini, pareil au vent
Je vois les étoiles et leur œil omniscient…
 »

Illustration : Vincent Van Gogh, « La Nuit étoilée », 1889. New York, Museum of Modern Art.

_

_

Sous la brume rose de ce cerisier

par Soane B.
Classe de Seconde 13

outes ces nuits blanches où tu m’as tant fais rêver,
Sous la brume rose de ce cerisier, et maintenant, te voici.
Ton agréable parfum s’imprègne des pétales du vent,
La chaleur de tes douces paroles rayonne dans l’obscurité.
Doucement, je me suis logée dans l’amnésie de tes pensées.
Si plaisantes… Je les laisse me guider jusqu’à toi.

Toi qui es prisonnière de ce cœur mortifié,
J’en suis désormais le sentiment clé.
Je sens ton regard étoilé se poser sur moi, mais je ne te vois plus.
Me voici enfin arrivée dans le mirage rose de ce cerisier.
Tu m’as ancrée dans le tableau peint de ton imagination.
Te laissant disparaitre derrière l’horizon…

« Tu m’as ancrée dans le tableau peint de ton imagination.
Te laissant disparaitre derrière l’horizon
…»

Illustration : © 2021, Soane B.

Structure bleutée de la mer

par Monica D.
Classe de Seconde 13

L’Horloge file à toute allure
Comme la mer qui s’étend sur ta liberté :
Longues vagues d’un bleu azur
Éclairées sur le papier.

L’Horloge file à toute allure
Et tu écris de bleu sur le papier
La mer crée une structure
Dans laquelle tout est mesuré.

L’Horloge file à toute allure
Dépêche-toi de descendre les escaliers :
Le stylo veut écrire de tristesse
Et commence à sombrer sur le papier.

L’Horloge file à toute allure
Et je veux te tenir sans limites.
Ton souvenir est l’égal de cette structure bleu azur
Et j’y repense à la fin de chaque soir.

« Ton souvenir est l’égal de cette structure bleu azur
Et j’y repense à la fin de chaque soir
 »

Crédit iconographique : Dalí (1904-1989), « La Persistance de la mémoire » (détail), 1931
THE MUSEUM OF MODERN ART, NEW YORK. © 2008 SALVADOR DALÍ, FUNDACIÓ GALA-SALVADOR DALÍ / ARTISTS RIGHTS SOCIETY (ARS), NEW YORK

Billet retour vers la liberté

par Alexandre R.
Classe de Seconde 13

Un court message griffonné
Au dos d’un avion de papier
Beaucoup de fautes embarquées
Dans ce billet retour vers la liberté…

Ces mots brisés prennent leur envol
Chargés d’espoir dans cette course folle…
Virage au sud, les phrases décollent
Un seul mot d’ordre : suivre la boussole

C’est cette nuit que je les ai écrits
Lui à qui on a coupé les ailes
Écrasé trop loin de son nid
Lance son appel vers le ciel

Première escale dans des lieux
Où personne ne s’installe
Première escale où l’espoir malchanceux
Attends un nouveau décollage

Une nuit puis deux bloquées au sol
Une nuit puis deux l’espoir s’envole
La pluie l’efface, les ailes se froissent
Mais dans le ciel un ange passe

Trois, six, dix appareils planent
Petits cerfs-volants sans ficelle.
Prêt à défier les éléments,
Je pars vers le soleil couchant.

« Prêt à défier les éléments,
Je pars vers le soleil couchant…
 »

Crédit iconographique : photomontage et peinture numérique ; d’après une illustration de Michal Reinis.

La Valse de la Vie

par Camille D.
Classe de Seconde 13

Dans la poche de mon jean, le rêve et l’amour cohabitent,
Et le regret s’échappe avec l’aiguille de l’horloge.
L’imagination me fait penser à toi,
L’avion nous embarque dans le voyage :

Une évasion temporaire vers l’inconnu.
Oubliant le noir et le gris,
Une bulle de savon m’envahit,
Entourée de la vie qui nous regarde.

Dans la poche de mon jean, le rêve et l’amour cohabitent,
Mes sentiments me donnent le tournis
Comme la valse de la vie,
Et le regret s’échappe avec l’aiguille de l’horloge.

Très loin de toi, mon cœur s’immerge de larmes
Éclairées par les étoiles qui dansent.
Ma joie s’est recouverte d’un brouillard d’eau salée,
Envahi de riches secrets qui réchauffent mes larmes.

«Très loin de toi, mon cœur s’immerge de larmes
Éclairées par les étoiles qui dansent
 »


Crédit iconographique : D’après Caspar David Friedrich, « Homme et femme contemplant la lune ». Vers 1824 (Berlin (Allemagne), Alte Nationalgalerie).
Détail. Image modifiée numériquement.

Une ballade en joie…

par Dora S.
Classe de Seconde 13

Je m’évade dans le ciel noir
Aussi libre qu’une vague
Une ballade en joie
Un voyage d’émotion
Les nuages passionnés me survolent

La nuit ensoleillée me comble de bonheur
La liberté appelle le temps
Mon cœur s’envole en courant
Le romantisme et ses désillusions
Ne sont qu’éphémères lumières

Et la méditation semblable à ma solitude
Trace un long chemin
Droit dans mon cœur
Une ballade en joie
Un voyage d’émotion

« Aussi libre qu’une vague
Une ballade en joie
Un voyage d’émotion
 »

Crédit iconographique : Hokusai, « La Grande Vague de Kanagawa », c. 1830.

Voici la mer

par Lise-Marie J.
Classe de Seconde 13

oici la mer,
Tapis d’eau bleu azur qui reflète le ciel
Je me suis perdue dans l’océan aussi grand que l’infini
Tous les grains d’or qui glissent sur mes pieds
Étincellent, ils brillent sous le soleil

Voici la nuit qui tombe
Et le tapis d’eau bleu se transforme en tornade noire
Les cailloux blancs dans le ciel font de l’ombre sur ma peau dorée
Et les piques d’eau me transpercent le cœur
Comme le doux regard de la nuit

Voici mon cœur aussi noir que l’obsidienne*
Aussi fragile que le cristal
Mes idées obscures me suivent
À travers l’œuvre de la vie
C’est une réflexion véritable sur notre destin

Et puis voici l’aube
Les douces passions violentes foudroient la terre
Le bout du monde s’est perdu du désert à la mer
Et mon sourire, entre deux univers.
Le feu d’écailles et d’éclairs se mélange…

* obsidienne : roche volcanique vitreuse d’origine éruptive de couleur foncée.

« Et puis voici l’aube
Les douces passions violentes foudroient la terre
Le bout du monde s’est perdu du désert à la mer
 »

Crédit iconographique : Bruno Rigolt (décembre 2021). Photographie et peinture numérique.

La numérisation de la première livraison  de textes est terminée.
Deuxième mise en ligne de textes : dimanche 12 décembre 2021.

Licence Creative CommonsNetiquette : comme pour l’ensemble des textes publiés dans l’Espace Pédagogique Contributif, les poèmes des étudiant(e)s sont protégés par copyright. Ils sont mis à disposition des internautes selon les termes de la licence Creative Commons Paternité (Pas d’utilisation privée ou commerciale, pas de modification). La diffusion publique est autorisée sous réserve de mentionner le prénom de l’auteur, l’initiale de son nom, la classe, l’établissement ainsi que la référence complète du poème cité (URL de la page).

Découvrez bientôt l’édition 2021-2022 d’ « Un Automne en Poésie »…

Bientôt… « Un Automne en Poésie »

Saison 11

Les élèves de Seconde 13 du Lycée en Forêt (Montargis) sont fiers de vous annoncer l’édition 2021-2022 d’ « Un Automne en Poésie », manifestation d’art qui entend marquer de son empreinte la création littéraire lycéenne. Près de 30 textes, tous inédits, seront publiés pour cette onzième édition intitulée : « Poésies du Rêve et d’Ailleurs« .

Lancement de l’exposition : lundi 6 décembre 2021

 

Poésies du Rêve et d’Ailleurs
Crédit iconographique : © Bruno Rigolt, décembre 2021
« Poésies du rêve et d’ailleurs » : titre d’exposition sur une idée des élèves de Seconde 13.