Un Automne en Poésie Saison 10 : 2020-2021… Deuxième livraison

Suite de l’exposition « Un Automne en Poésie »
— Saison 10 —

Maquette graphique : © Bruno Rigolt, novembre 2020

Une invitation au voyage…

Les élèves de Seconde 14 et de Première 8 sont fiers de vous présenter l’édition 2020-2021 d’Un automne en poésie. La thématique retenue cette année invitera à réfléchir au rapport intime qui existe entre le réel et la manière dont la poésie parvient à transcender la réalité pour faire naître du banal et de l’ordinaire la métamorphose et l’imaginaire. À travers ces « poésies dérivantes », partez en voyage : voyage extraordinaire, voyage proche ou voyage lointain vers des mondes où l’écriture donne sens à la Vie…

Voici la deuxième livraison de textes.
Chaque semaine, de nouveaux textes seront publiés dans l’Espace Pédagogique Contributif
jusqu’au 16 décembre 2020 (dernière livraison).

Prochaine livraison : dimanche 22 novembre 2020

  

Plafond

par Juliette M.
Classe de Seconde 14

lors que tout le monde est dans les bras de Morphée
Tard le soir, avant de dormir
Je t’observe et je regarde
Sur la surface horizontale de plâtre
Les ombres dansantes laissées par Dame Lune.

Plus les minutes passent et je t’imagine,
Plafond de rêve et d’intimité,
Dans cette obscurité sans fin.
Mes yeux cherchent en vain
Å quoi se raccrocher mais tu as disparu.

Sous les murs bleuâtres de la nuit.
Un univers rempli de possibles
A pris ta place.
Lorsque mes yeux se rouvrent,
Cet univers n’était qu’une illusion.

Les rayons du Soleil annoncent
Un nouveau commencement.
J’ai arrêté de te regarder, tu as disparu
Les ombres ont été remplacées par des éclats de joie.
Faits de mystère et d’incompréhension…

« Je t’observe et je regarde
Sur la surface horizontale de plâtre
Les ombres dansantes laissées par Dame Lune..
 »

Illustration : © 2020, Juliette M.

_

_

Tu as pleuré pour moi

par Charlotte D.
Classe de Seconde 14

              

gardais au plus profond de mon être,
La tendre blessure de mon âme,
Reflet de terreur et de noirceur.

L’étoile filante de ma vie,
Longue et triste soit-elle,
Sombrait doucement dans l’abîme de la nuit…

Je me retrouvais alors
Dans une danse infinie
De feu rouge, rose et orange, une danse en fleur :

Tu as pleuré pour moi

M’enlaçant,
Avec amour et tendresse
De tes ailes noires.

Tu as pleuré pour moi.
Sans surprise d’avoir nul espoir
que seuls Tourbillons spiraliens de soupirs.

Et pourtant, toi, dont la noirceur de tes larmes
Recouvrait la moitié de ton visage,
Le dessinant petit à petit,

Tu as pleuré pour moi

« Tu as pleuré pour moi.
Sans surprise d’avoir nul espoir
que seuls Tourbillons spiraliens de soupirs…
»

Illustration :© 2020, Charlotte D.

Course avec le temps

par Bénédicte M.
Classe de Seconde 14

’écris mon histoire au fil du temps.
J’ai rêvé que la montre me poursuivait,
Que les aiguilles m’indiquaient le chemin.
J’escalade la ficelle du temps avec tant d’ardeur.
Cette course remplie d’embûches et d’échecs
Me montre un chemin noir, noir de l’autre côté.

J’écris mon histoire au fil du temps.
Le chemin rouge me poursuit,
Le tic-tac de l’horloge se rapproche.
Mes pas définissent mon futur,
Mon futur définit mes pas.
Le chemin me chuchote que c’est bientôt la fin.

La fin de qui ? De quoi ?
Peut-être fin de nous, ou fin du rêve, je ne sais pas encore.
Pourquoi devrais-je écouter un chemin ?
J’écris mon histoire au fil du temps.
Je ne courrai pas mais je suivrai mon chemin.
Le dernier tic-tac se fait retentir,

Est-ce la fin de mon chemin ?
Non. Mon chemin est devenu mien,
Route de l’espoir et de triomphe.
Je bâtirai mon chemin grâce aux larmes du passé,
J’escaladerai le temple du Ciel grâce à la conviction de la réussite,
Ce sourire qui se construira dans le fin fond de mon cœur…

« J’ai rêvé que la montre me poursuivait,
Que les aiguilles m’indiquaient le chemin
 »

Crédit iconographique : © 2020, Bénédicte M.

Sur l’arc-en-ciel du soir

par Léa I.
Classe de Seconde 14

es vagues s’écrasent contre le sol
La réverbération du soleil gris-cristal
Se pose sur ma peau,
Me dérange avec ce sel bleu de la mer
Au loin, le merveilleux coucher de soleil rose
Se reflète dans mes yeux
Les poissons aux yeux bleus avec leurs couleurs vives
Dansent sur l’arc-en-ciel du soir
Les vagues chevauchent l’horizon
Et les bateaux à voile font dévier le vent.
Cette brise qui effleure mes lèvres,
Ces oiseaux qui dessinent dans le ciel,
Cela s’appelle l’été…

« Cette brise qui effleure mes lèvres,
Ces oiseaux qui dessinent dans le ciel,
Cela s’appelle l’été
 »

Crédit iconographique : © 2020, Léa I.

Piano abandonné

par Candice D.
Classe de Seconde 14

ur un piano trop longtemps délaissé
Voici l’artiste possédé
Qui chaque soir joue dans l’intimité
Le silence noir et blanc
Des notes soufflées.
Comme les touches du piano,
Les jours se ressemblent.
La nuit, dans l’obscurité, je me sens si seule…
Notes dessinées sur une simple partition,
Écrite à la main.

Ce rythme qui me reste dans la tête
Me fait danser, voyager
Jusqu’au bout de la nuit,
Jusqu’au bout de la vie
Et mon esprit s’évade,
Et ma tête se balance au rythme de la mélodie
Mon corps entier ondule tel les vagues
Dans la mer déchaînée.

Je suis hypnotisée
Les touches se dédoublent,
Tournent autour de moi
Dans le silence noir et blanc
Voilà, je vois flou, je divague totalement,
Mais je ne veux revenir à la réalité,
Je garde les yeux clos
Pour pouvoir rester encore un instant…

Juste un instant,
Une minute,
Rien
Qu’une seconde.

« Je suis hypnotisée
Les touches se dédoublent,
Tournent autour de moi
Dans le silence noir et blanc
 »

Crédit iconographique : © 2020, Candice D.

Nuit de beauté

par Laure P.

Classe de Seconde 14

a lune dorée sur le ciel superficiel
Rejoint la nuit parsemée de sentiments de joie.
La beauté du soir étoilé
Effleure le doux paysage colérique.
Ô lune, ô ciel d’ombre !
Le rire des lumières interrompt
Le coucher de soleil qui s’éveille.

Passent les heures, vient le jour :
Le bonheur de la rosée matinale
Joue avec les nuages qui s’avancent
Parmi l’aube parsemée de silence et de vent.
Ô soleil, ô clarté céleste !
La nuit s’en est allée de l’autre côté de la terre,
Là où tombe le jour…

« La nuit s’en est allée de l’autre côté de la terre,
Là où tombe le jour.
 »

Crédit iconographique : © 2020, Laure P.

          

La numérisation de la deuxième livraison de textes est terminée.
Troisième mise en ligne de textes : dimanche 22 novembre 2020…

Licence Creative CommonsNetiquette : comme pour l’ensemble des textes publiés dans l’Espace Pédagogique Contributif, les poèmes des étudiant(e)s sont protégés par copyright. Ils sont mis à disposition des internautes selon les termes de la licence Creative Commons Paternité (Pas d’utilisation privée ou commerciale, pas de modification). La diffusion publique est autorisée sous réserve de mentionner le prénom de l’auteur, l’initiale de son nom, la classe, l’établissement ainsi que la référence complète du poème cité (URL de la page).