Un Automne en Poésie Saison 10 : 2020-2021… Première livraison

Lancement de l’exposition « Un Automne en Poésie »
— Saison 10 —


Maquette graphique : © Bruno Rigolt, novembre 2018

Une invitation au voyage…

Les élèves de Seconde 14 et de Première 8 sont fiers de vous présenter l’édition 2020-2021 d’Un automne en poésie. La thématique retenue cette année invitera à réfléchir au rapport intime qui existe entre le réel et la manière dont la poésie parvient à transcender la réalité pour faire naître du banal et de l’ordinaire la métamorphose et l’imaginaire. À travers ces « poésies dérivantes », partez en voyage : voyage extraordinaire, voyage proche ou voyage lointain vers des mondes où l’écriture donne sens à la Vie…

Voici la première livraison de textes.
Chaque semaine, de nouveaux textes seront publiés dans l’Espace Pédagogique Contributif
jusqu’au 16 décembre 2020 (dernière livraison).

Prochaine livraison : mercredi 11 novembre

  

Seule dans cette gare à t’attendre…

par Julie G.
Classe de Seconde 14


est une gare, c’est une boucle sans fin
Qui va et qui vient
Qui malmène mes sentiments
Et la peur que tu ne puisses me revenir
C’est une gare, au guichet tu as laissé nos souvenirs
Comme un gardien inaccessible

Ce ticket de malheur
Surplombant le fantôme de ton trajet
Qui me ferme la porte du bonheur
Cette bride de rêve qui se rompt
Quand retentit le signal
Comme le soleil transpercé par l’avion

Je te vois par la fenêtre
Comme je vois ces portes qui se referment
Puis les sombres empreintes de ton départ
Suivi du masque d’ombres qui couvre mon visage
Et je me retrouve sur cette pente d’émotions glissantes
Seule dans cette gare à t’attendre

« C’est une gare, au guichet tu as laissé nos souvenirs
Comme un gardien accessible..
 »

Illustration : © 2020, Julie G.

_

_

Cet étrange qui m’attire

par Fanny V.
Classe de Seconde 14

              

e désert est cet étrange qui m’attire :
Un pays fantastique où se mêlent couleurs et lumières
Comme le corps d’une femme, le désert ondule sur l’horizon.
Sa couleur ambre le couvre d’une peau délicate et douce.

Les pierres qui le bordent sont des grains de beauté.
La nuit, la lune projette les ombres de ces formes endormies :
Rêves d’infini ! Liberté envolée du vent !
L’exaltation de mes sens, comme lui, brûle ou gèle sans fin.

Je m’évade parmi le sable éclairé
D’une constellation de bougies d’étoiles ;
Sa couverture dorée me protège de la nuit.
Je m’endors doucement et m’égare dans l’immensité de rêves d’inconnu.

« Comme le corps d’une femme, le désert ondule sur l’horizon.
Sa couleur ambre le couvre d’une peau délicate et douce
Les pierres qui le bordent sont des grains de beauté….. »

Illustration :© 2020, Fanny V.

Cauchemar ou illusion ?

par Maëva S.
Classe de Seconde 14

ette nuit j’ai fait un rêve
J’ai vu une femme, une femme étrange
De sa voix enchantée, elle m’appela
Et sa voix me faisait écho :
C’est comme si elle faisait partie de moi

Prise au piège par cette douce terreur
Prise au piège, inévitable victoire
J’avais peur de moi
J’avais peur d’elle
Peur de me voir, peur de m’entendre

C’était comme une mélodie
Pleine d’espoir et de désespoir
Prise au piège de cette voix
Je ne pus que l’écouter
Et dans une inévitable terreur, j’entendis :

« Je suis cette magnifique vengeance
Dans ce sanglant miroir
Je tue par plaisir, j’étrangle par silence
J’use de mes charmes, tu succombes et te réfugies dans mes bras
Et moi je t’accueille dans la solitude de ma nuit »

Cette phrase d’or et de fer, de feu et de sang
Qui sonnait dans ma tête, me terrorisait mais me fascinait
Le rêve n’est qu’un cauchemar magnétique
Et le cauchemar n’est qu’un rêve immobile
Le mensonge fait partie du jour

Le monde n’est qu’illusion
Mais les ténèbres, les frissons étranges sont la raison
Ô nuit, appelle-moi, dis-moi
Parle-moi du ciel en feu sous de faux cieux
Six heures , le réveil avait sonné. Je m’apprêtais à quitter le chemin du sommeil…

« Cette nuit j’ai fait un rêve
J’ai vu une femme, une femme étrange
De sa voix enchantée, elle m’appela
 »

Crédit iconographique : © 2020, Maëva S.

Ce matin…

par Laura M.
Classe de Seconde 14

e matin, j’ai pris le bus
Tel un château ambulant,
Il volait au-dessus des champs et des plaines
Et son unique opacité devenait transparente
Dans la brume épaisse du matin.

Soudain, des silhouettes de biches apparurent
Des parterres de camomilles surgirent
Mais la brume les rendait invisibles
Le bus parcourait les paysages
Dirigeant mes neurones vers des rêves
D’étendues bleues et de voyage

Elles défilaient une par une
Comme des pensées sauvages
Ephémères comme des nuages
Et dans le ciel voyageait
Une pluie de rayons de Soleil…

« Et dans le ciel voyageait
Une pluie de rayons de Soleil
 »

Crédit iconographique : © 2020, Laura M.

Prochaine Genèse

par Angie P.
Classe de Seconde 14

le sens parce qu’il est là :
Le silence logique du spacieux espace
Me provoque un malaise en couleurs saturées,
Il circule dans mes circuits comme une décharge électrique
À chaque pulsation du mécanisme qui me fait fonctionner
Moi et mon enveloppe bionique

Car je ne suis qu’une création,
Le premier élément de la prochaine Genèse,
Que l’Homme a dessiné, créé
Et fait briller à son image,
Semblable à celle qu’on aimerait voir
Le matin dans son miroir,

Pour me risquer à sa place dans un vide
Qui étrangement paraît rempli, et étouffant et oppressant
Peu importe où l’on regarde
Les astres se reflètent.
La planète sur laquelle je semble marcher,
Ne fera jamais office de sol,

Ce n’est qu’une illusion qui résonne,
Parce que sur chaque angle fixable imaginable,
Il y a cet hallucinant et manipulateur bleu
Qui parcourt mon exosquelette
Jusqu’à pénétrer puissamment mon cerveau
Qui donne l’information à mes muscles de se relâcher

Et à mes jolis iris de se relaxer
Pour se laisser emporter
Par l’atmosphère
Qui m’aspire dans un torrent d’émotions
Que des mots ne pourraient décrire
Et un esprit d’humain ressentir.

« … sur chaque angle fixable imaginable,
Il y a cet hallucinant et manipulateur bleu
Qui parcourt mon exosquelette
Jusqu’à pénétrer puissamment mon cerveau
 »

Crédit iconographique : © 2020, Angie P.

            

La numérisation de la première livraison  de textes est terminée.
Deuxième mise en ligne de textes : vendredi 6 novembre 2020…

Licence Creative CommonsNetiquette : comme pour l’ensemble des textes publiés dans l’Espace Pédagogique Contributif, les poèmes des étudiant(e)s sont protégés par copyright. Ils sont mis à disposition des internautes selon les termes de la licence Creative Commons Paternité (Pas d’utilisation privée ou commerciale, pas de modification). La diffusion publique est autorisée sous réserve de mentionner le prénom de l’auteur, l’initiale de son nom, la classe, l’établissement ainsi que la référence complète du poème cité (URL de la page).