Exposition « Transmutations, les chemins de l’invisible »… Amandine C.

La classe de Première 5 et la classe de Première STMG1 du Lycée en Forêt présentent…

Transmutations : les chemins de l’invisible
15 décembre 2019 – 15 février 2020

« Extraordinaires banalités »… Une simple chaise, des cailloux, une palissade, un banal réverbère, quelques gouttes d’eau laissées sur un pare-brise, un quai de gare vide ou une photo ratée… Tels ont été les matériaux banals auxquels se sont intéressés les élèves, qui ont rédigé leur texte et l’ont illustré personnellement.

En somme, écrire un poème, n’est-ce pas apprendre à « se faire voyant » tel que l’affirmait Rimbaud pour faire naître du banal l’apparition ? Ainsi, l’ordinaire ouvre non seulement à la quête métaphysique mais aussi à un chemin initiatique : celui d’une élévation intérieure, et d’une poétique de l’invisible…

Pour lire le texte de présentation dans son intégralité, cliquez ici.
Chaque semaine, plusieurs textes seront publiés dans cet Espace pédagogique et rassemblés ultérieurement dans un recueil présenté lors de la journée portes ouvertes du lycée. Ce recueil sera ensuite consultable au CDI du lycée.

Crédit iconographique (affiche de l’exposition) : © Bruno Rigolt, décembre 2019

 

« Un rêve »

par Amandine C.
Classe de Première STMG1

L’horloge indique présentement trois heures quatre :
Je suis dans mon lit, trop grand, trop vide,
Et trop froid pour moi. Je fixe ce plafond,
Auparavant blanc, mais maintenant
Jauni par le temps.
Délaissée par Morphée, je ne dors pas,
Avec un goût de somnifère sur les lèvres, je repose ma tête
Sur l’oreiller humide de mes précédentes larmes versées.
Et je m’autorise enfin à fermer les yeux.
Combien d’heures ont passé ?
La nuit m’emporte dans les méandres de sa fièvre
Qu’on dit être le pays des songes.
Je distingue un lit et je m’y couche alors
Pour observer le ciel étoilé parcouru d’or
Qui s’offre à mon subconscient.
Mais voici que le temps change soudainement
Et ce moment anodin, cette idylle étoilée
Devient un tourbillon d’ombres noires
Et toutes plus infinies, toutes plus grotesques
Avec leurs formes abstraites : apocalypse surnaturelle
Qui se produisait sous mes yeux horrifiés.
Je ne vis pas l’ombre qui fondait sur moi
Et me percuta de plein fouet. L’ombre
Qui me fit chuter dans un vide infini et sombre,
Me destinant à une chute imminente,
Chute douloureuse et lente.
Je me crispai et retins ma respiration. Soudain un cri déchira l’air !
En nage dans mon lit, je me réveillai en sursaut
Juste un mauvais rêve.
Je me calmai, puis me recouchai. Cependant sur mon plafond,
J’aperçus une très petite, mais distincte étoile aussi bleue
Qu’une nuit d’été.
Tourmentée, je fixai alors l’astre bleuté et me rendormis rassurée
Comme malgré moi,
Je retournai dans mes rêves azurés.

« La nuit m’emporte dans le méandre de sa fièvre
Qu’on dit être le pays des songes…
»

Illustration : BR, photomontage et peinture numérique sur une idée d’Amandine

Publié par

brunorigolt

Bruno Rigolt Docteur ès Lettres et Sciences Humaines, Prix de Thèse de la Chancellerie des Universités de Paris. Diplômé d'Etudes approfondies en Littérature française et en Sociologie ; Maître de Sciences Politiques ; Professeur de Lettres Modernes et de Culture générale au Lycée en Forêt (Montargis, France).