Exposition « Transmutations, les chemins de l’invisible »… Nadia B.

La classe de Première 5 et la classe de Première STMG1 du Lycée en Forêt présentent…

Transmutations : les chemins de l’invisible
15 décembre 2019 – 20 janvier 2020

« Extraordinaires banalités »… Une simple chaise, des cailloux, une palissade, un banal réverbère, quelques gouttes d’eau laissées sur un pare-brise, un quai de gare vide ou une photo ratée… Tels ont été les matériaux banals auxquels se sont intéressés les élèves, qui ont rédigé leur texte et l’ont illustré personnellement.

En somme, écrire un poème, n’est-ce pas apprendre à « se faire voyant » tel que l’affirmait Rimbaud pour faire naître du banal l’apparition ? Ainsi, l’ordinaire ouvre non seulement à la quête métaphysique mais aussi à un chemin initiatique : celui d’une élévation intérieure, et d’une poétique de l’invisible…

Pour lire le texte de présentation dans son intégralité, cliquez ici.
Chaque semaine, plusieurs textes seront publiés dans cet Espace pédagogique et rassemblés ultérieurement dans un recueil présenté lors de la journée portes ouvertes du lycée. Ce recueil sera ensuite consultable au CDI du lycée.

Crédit iconographique (affiche de l’exposition) : © Bruno Rigolt, décembre 2019

 

« Une simple porte »

par Nadia B.
Classe de Première STMG1

ous les jours, nous traversons différentes portes,
Et on ne fait pas forcément attention.
On se dit qu’une porte n’est une simple porte
Porte qu’on ouvre et qu’on referme par la suite.
Parfois même déjà ouverte, la porte semble ne pas exister :
Mais ce n’est pas une simple porte, c’est bien plus que cela…
Pour certains cela peut représenter une nouvelle chance :
Une fois cette porte franchie, s’entrouvre timidement
Le moyen de devenir quelqu’un de mieux, d’avoir une nouvelle vie.
La porte est comme un passage, un seuil à franchir.
Dans beaucoup de cas une porte peut être synonyme de frontière :
Une simple porte peut ainsi séparer deux mondes complètement différents,
Et pour pouvoir circuler d’un territoire à l’autre
Cette porte sera donc la frontière par où nous quittons notre monde
Pour aller vers un autre monde.
Une porte peut aussi servir de protection, de refuge :
Lorsqu’on ferme cette porte à clés, on se sent tout de suite en sécurité :
Comme si le mal de l’extérieur ne pouvait ouvrir cette porte.
Voici comment une simple porte est toute une vie,
Toute la vie qui s’ouvre et se referme…

« Voici comment une simple porte est toute une vie,
Toute la vie qui s’ouvre et se referme…
»

Illustration : © Nadia B., 2019

Exposition « Transmutations, les chemins de l’invisible »… Justine R.

La classe de Première 5 et la classe de Première STMG1 du Lycée en Forêt présentent…

Transmutations : les chemins de l’invisible
15 décembre 2019 – 20 janvier 2020

« Extraordinaires banalités »… Une simple chaise, des cailloux, une palissade, un banal réverbère, quelques gouttes d’eau laissées sur un pare-brise, un quai de gare vide ou une photo ratée… Tels ont été les matériaux banals auxquels se sont intéressés les élèves, qui ont rédigé leur texte et l’ont illustré personnellement.

En somme, écrire un poème, n’est-ce pas apprendre à « se faire voyant » tel que l’affirmait Rimbaud pour faire naître du banal l’apparition ? Ainsi, l’ordinaire ouvre non seulement à la quête métaphysique mais aussi à un chemin initiatique : celui d’une élévation intérieure, et d’une poétique de l’invisible…

Pour lire le texte de présentation dans son intégralité, cliquez ici.
Chaque semaine, plusieurs textes seront publiés dans cet Espace pédagogique et rassemblés ultérieurement dans un recueil présenté lors de la journée portes ouvertes du lycée. Ce recueil sera ensuite consultable au CDI du lycée.

Crédit iconographique (affiche de l’exposition) : © Bruno Rigolt, décembre 2019

 

« N. O. I. R. »

par Justine R.
Classe de Première 5

Tu le sais, tu le sais qu’il est beau
Tu sais que son côté obscur est étincelant
Noir : couleur qui exprime contraste et clarté des soirées inachevées
Des soirées que vous avez passées
Noir : éblouissant ou radicalement sombre ?
Seul toi pourras répondre.
Alors peut-être n’es-tu
Qu’une sorte de héros nocturne
Qui n’apparaît sous son vrai jour
Qu’une fois la nuit tombée.
Te décliner sous plusieurs teintes,
Nous savons le faire au mieux :
Mais toi seul détiens le secret de ta sinistre couleur.
Durant les mauvais jours,
Tes contrastes font partie de notre quotidien
Tu emplis le cœur de certains, déprimes celui des autres
Peu importe l’image que tu renvoies.
Car je peux voir ta beauté resplendissante.
Pourquoi es-tu si souvent
Synonyme de détresse ?
Alors que lorsque nous dormons
Tu es le seul horizon que nous voyons ?
Que tu apaises ou terrifies,
Embarrasse ou inspire,
Une seule vérité est en toi,
Noir, pouvoir caché
Absorbant les lumières visibles et invisibles
Tu ne nous lasseras jamais.

« Te décliner sous plusieurs teintes,
Nous savons le faire au mieux :
Mais toi seul détiens le secret de ta sinistre couleur….
»

Illustration : © Justine R., 2019
Mise en contexte : BR

Exposition « Transmutations, les chemins de l’invisible »… Léa L.

La classe de Première 5 et la classe de Première STMG1 du Lycée en Forêt présentent…

Transmutations : les chemins de l’invisible
15 décembre 2019 – 20 janvier 2020

« Extraordinaires banalités »… Une simple chaise, des cailloux, une palissade, un banal réverbère, quelques gouttes d’eau laissées sur un pare-brise, un quai de gare vide ou une photo ratée… Tels ont été les matériaux banals auxquels se sont intéressés les élèves, qui ont rédigé leur texte et l’ont illustré personnellement.

En somme, écrire un poème, n’est-ce pas apprendre à « se faire voyant » tel que l’affirmait Rimbaud pour faire naître du banal l’apparition ? Ainsi, l’ordinaire ouvre non seulement à la quête métaphysique mais aussi à un chemin initiatique : celui d’une élévation intérieure, et d’une poétique de l’invisible…

Pour lire le texte de présentation dans son intégralité, cliquez ici.
Chaque semaine, plusieurs textes seront publiés dans cet Espace pédagogique et rassemblés ultérieurement dans un recueil présenté lors de la journée portes ouvertes du lycée. Ce recueil sera ensuite consultable au CDI du lycée.

Crédit iconographique (affiche de l’exposition) : © Bruno Rigolt, décembre 2019

 

« Essayant d’arpenter la mer… »

par Léa L.
Classe de Première 5

Souvent, j’aimais me balader au bord de l’eau
Les pieds dans cette eau fraîche,
Essayant d’arpenter la mer,
Croyant que celle-ci était infinie.

Cette naïveté, cette insouciance de jeunesse
Me faisaient presque oublier le jour.
Le ciel qui se reflétait dans mes yeux clairs
Me rappelait les tendres rivages de l’enfance.

Aveuglée par les vagues
Je marchais parmi le soir jusqu’à l’horizon
Et le vent qui soufflait sur les palmiers
Me donnait une étrange impression de liberté…

« Le vent qui soufflait sur les palmiers
Me donnait une étrange impression de liberté…
»

Illustration : © Léa L., 2019
(photographie modifiée numériquement)