Exposition « Transmutations, les chemins de l’invisible »… Mehdi E. H.

La classe de Première 5 et la classe de Première STMG1 du Lycée en Forêt présentent…

Transmutations : les chemins de l’invisible
15 décembre 2019 – 20 janvier 2020

« Extraordinaires banalités »… Une simple chaise, des cailloux, une palissade, un banal réverbère, quelques gouttes d’eau laissées sur un pare-brise, un quai de gare vide ou une photo ratée… Tels ont été les matériaux banals auxquels se sont intéressés les élèves, qui ont rédigé leur texte et l’ont illustré personnellement.

En somme, écrire un poème, n’est-ce pas apprendre à « se faire voyant » tel que l’affirmait Rimbaud pour faire naître du banal l’apparition ? Ainsi, l’ordinaire ouvre non seulement à la quête métaphysique mais aussi à un chemin initiatique : celui d’une élévation intérieure, et d’une poétique de l’invisible…

Pour lire le texte de présentation dans son intégralité, cliquez ici.
Chaque semaine, plusieurs textes seront publiés dans cet Espace pédagogique et rassemblés ultérieurement dans un recueil présenté lors de la journée portes ouvertes du lycée. Ce recueil sera ensuite consultable au CDI du lycée.

Crédit iconographique (affiche de l’exposition) : © Bruno Rigolt, décembre 2019

 

« Le spleen du bus… »

par Mehdi E. H.
Classe de Première STMG1

Tôt, tous les matins de la semaine à la même heure,
Je m’assois à la même place :
Celle du fond
Pour pouvoir regarder les gens
D’un air absent, d’un air innocent
Les gens souvent serrés
Et j’attends le terminus
Arrivé à ma destination, j’ai hâte d’être au soir
Pour pouvoir rentrer chez moi,
Parler avec mes amis pour raconter la journée.

Tard, tous les soirs de la semaine à la même heure,
Je m’assois à la même place :
Celle du fond.
Fin de journée : même routine et gens toujours serrés
Certains s’occupent, d’autres dorment
Discrètement, je regarde l’état du bus
Le matin, il est propre
Le soir, à voir son état, je m’aperçois
Que lui aussi est fatigué.
Longue et interminable journée sur les chemins de la vie…

« Tôt, tous les matins de la semaine à la même heure,
Je m’assois à la même place :
Celle du fond…
»

Illustration : © Mehdi E. H., 2019

Exposition "Transmutations, les chemins de l'invisible"… Ketty P.

La classe de Première 5 et la classe de Première STMG1 du Lycée en Forêt présentent…

Transmutations : les chemins de l’invisible
15 décembre 2019 – 15 février 2020

« Extraordinaires banalités »… Une simple chaise, des cailloux, une palissade, un banal réverbère, quelques gouttes d’eau laissées sur un pare-brise, un quai de gare vide ou une photo ratée… Tels ont été les matériaux banals auxquels se sont intéressés les élèves, qui ont rédigé leur texte et l’ont illustré personnellement.

En somme, écrire un poème, n’est-ce pas apprendre à « se faire voyant » tel que l’affirmait Rimbaud pour faire naître du banal l’apparition ? Ainsi, l’ordinaire ouvre non seulement à la quête métaphysique mais aussi à un chemin initiatique : celui d’une élévation intérieure, et d’une poétique de l’invisible…

Pour lire le texte de présentation dans son intégralité, cliquez ici.
Chaque semaine, plusieurs textes seront publiés dans cet Espace pédagogique et rassemblés ultérieurement dans un recueil présenté lors de la journée portes ouvertes du lycée. Ce recueil sera ensuite consultable au CDI du lycée.

Crédit iconographique (affiche de l’exposition) : © Bruno Rigolt, décembre 2019

 

« 14 h 43 : l’arbre et la société »

par Ketty P.
Classe de Première STMG1


Je courrais le long du trottoir afin d’être à l’heure pour mon cours d’anglais.
Soudain je trébuchai. « Oh ! Mince » : au milieu de ce trottoir, le pied d’un arbre…
14h43, et cette racine tapie dans l’ombre et le goudron
Sous les rayons du soleil.
Un vieil arbre sans aucune valeur que personne ne remarque vraiment
Mais… Pourquoi fait-il trébucher autant de monde ?
Et pourquoi juste au milieu de ce trottoir ?
Peut-être un appel ? Mais qui l’entendra ?
Ou bien une preuve que la nature essaie de lutter contre la société ?
Mais qui la verra ? Pauvre racine au milieu du bitume et du béton
Je ne sais pas pourquoi mais j’ai tout de suite pensé à Baudelaire :
« Tu m’as donné ta boue et j’en ai fait de l’or ».
Aux yeux de l’homme, la nature est la boue. Il la détruit
Pour faire place nette à la société : panneaux de fer et chemins de béton.
Et pourtant la nature, je veux dire cet arbre en lui-même, devrait représenter l’or,
L’or de la planète terre, l’or du temps au milieu de la ville…
Alors j’ai pris mon smartphone pour ne pas oublier ni le tronc ni l’écorce,
Ni la nature et la terre éphémère. Et qu’importe le retard en cours.
J’ai essayé de prendre les détails essentiels : la racine dans l’ombre
Essayant de fuir le goudron, qui lui se trouve sous les rayons du soleil.
A vrai dire, cet arbre en lui-même n’est pas vraiment beau,
Mais il a tellement de valeur (même plus que mon smartphone),
Ce vieil arbre est peut-être plus ancien que nos ancêtres,
C’est lui qui nous donne la possibilité de respirer
Car il est le souffle de la vie qui donne sens à la vie,
L’arbre est l’or de la planète terre sous les rayons du soleil…
Sereinement, opiniâtrement : la vie de l’arbre est mêlée à notre vie
Malgré la société qui lui marche dessus…

« Ce vieil arbre est peut-être plus ancien que nos ancêtres,
C’est lui qui nous donne la possibilité de respirer
Car il est le souffle de la vie qui donne sens à la vie…
 »

Illustration : © Ketty P., 2019