Exposition "Transmutations, les chemins de l'invisible"… Éva L.-C.

La classe de Première 5 et la classe de Première STMG1 du Lycée en Forêt présentent…

Transmutations : les chemins de l’invisible
15 décembre 2019 – 20 janvier 2020

« Extraordinaires banalités »… Une simple chaise, des cailloux, une palissade, un banal réverbère, quelques gouttes d’eau laissées sur un pare-brise, un quai de gare vide ou une photo ratée… Tels ont été les matériaux banals auxquels se sont intéressés les élèves, qui ont rédigé leur texte et l’ont illustré personnellement.

En somme, écrire un poème, n’est-ce pas apprendre à « se faire voyant » tel que l’affirmait Rimbaud pour faire naître du banal l’apparition ? Ainsi, l’ordinaire ouvre non seulement à la quête métaphysique mais aussi à un chemin initiatique : celui d’une élévation intérieure, et d’une poétique de l’invisible…

Pour lire le texte de présentation dans son intégralité, cliquez ici.
Chaque semaine, plusieurs textes seront publiés dans cet Espace pédagogique et rassemblés ultérieurement dans un recueil présenté lors de la journée portes ouvertes du lycée. Ce recueil sera ensuite consultable au CDI du lycée.

Crédit iconographique (affiche de l’exposition) : © Bruno Rigolt, décembre 2019

 

« Le Morne soudainement s’allume… »

par Éva L.-C.
Classe de Première 5

Lorsque surgissent les ténèbres, je m’éclaire à la bougie,
Être inanimé de cire, esprit indomptable du feu
Crainte de l’obscurité et redoutée par l’Ennui,
La flamme rougeoyante valse et danse !

Fascinant spectacle ardent, la bougie est le torrent
Qui inonde le monde de sa lumière ;
La lune pâle qui illumine les nuits lugubres ;
Autour d’elle, tout se consume, et par elle, tout s’embrase…

Morceau d’étoile incandescent décroché de la voûte céleste,
Soleil qui vacille sur les ondulations tardives de l’océan !
Le Morne soudainement s’allume et s’embellit
Alors est ranimée la flamme de la vie !

« Morceau d’étoile incandescent décroché de la voûte céleste... »

Illustration : © Éva, 2019 (NDLR : photographie modifiée numériquement)

Exposition "Transmutations, les chemins de l'invisible"… Elodie B.

La classe de Première 5 et la classe de Première STMG1 du Lycée en Forêt présentent…

Transmutations : les chemins de l’invisible
15 décembre 2019 – 20 janvier 2020

« Extraordinaires banalités »… Une simple chaise, des cailloux, une palissade, un banal réverbère, quelques gouttes d’eau laissées sur un pare-brise, un quai de gare vide ou une photo ratée… Tels ont été les matériaux banals auxquels se sont intéressés les élèves, qui ont rédigé leur texte et l’ont illustré personnellement.

En somme, écrire un poème, n’est-ce pas apprendre à « se faire voyant » tel que l’affirmait Rimbaud pour faire naître du banal l’apparition ? Ainsi, l’ordinaire ouvre non seulement à la quête métaphysique mais aussi à un chemin initiatique : celui d’une élévation intérieure, et d’une poétique de l’invisible…

Pour lire le texte de présentation dans son intégralité, cliquez ici.
Chaque semaine, plusieurs textes seront publiés dans cet Espace pédagogique et rassemblés ultérieurement dans un recueil présenté lors de la journée portes ouvertes du lycée. Ce recueil sera ensuite consultable au CDI du lycée.

Crédit iconographique (affiche de l’exposition) : © Bruno Rigolt, décembre 2019

 

« Big Bang n°2 »

par Élodie B.
Classe de Première 5

Seul et pas à sa place
Perdu sur la route
Petit soleil de plastique
Comme dans un ciel de goudron noir
Comme dans une mer de pétrole

C’était la première
Et dernière fois
Que je te voyais
Une minute après
J’ai tourné la tête

Tu avais éclaté en mille morceaux
En centaines d’étoiles argentées
Big Bang numéro 2
Une étoile de plus dans l’univers
Un nouveau soleil

« Perdu sur la route.
Petit soleil de plastique
»

Illustration : © Élodie B., décembre 2019
(mise en scène photographique : BR)

Exposition "Transmutations, les chemins de l'invisible"… Amadou N.

La classe de Première 5 et la classe de Première STMG1 du Lycée en Forêt présentent…

Transmutations : les chemins de l’invisible
15 décembre 2019 – 20 janvier 2020

« Extraordinaires banalités »… Une simple chaise, des cailloux, une palissade, un banal réverbère, quelques gouttes d’eau laissées sur un pare-brise, un quai de gare vide ou une photo ratée… Tels ont été les matériaux banals auxquels se sont intéressés les élèves, qui ont rédigé leur texte et l’ont illustré personnellement.

En somme, écrire un poème, n’est-ce pas apprendre à « se faire voyant » tel que l’affirmait Rimbaud pour faire naître du banal l’apparition ? Ainsi, l’ordinaire ouvre non seulement à la quête métaphysique mais aussi à un chemin initiatique : celui d’une élévation intérieure, et d’une poétique de l’invisible…

Pour lire le texte de présentation dans son intégralité, cliquez ici.
Chaque semaine, plusieurs textes seront publiés dans cet Espace pédagogique et rassemblés ultérieurement dans un recueil présenté lors de la journée portes ouvertes du lycée. Ce recueil sera ensuite consultable au CDI du lycée.

Crédit iconographique (affiche de l’exposition) : © Bruno Rigolt, décembre 2019

 

« Stylo bleu, Bic, basique »

par Amadou N.
Classe de Première STMG1

Stylo bleu, Bic, basique
Stylo bleu à écrire un simple mot
Ou un contrôle raté
Stylo qui fuit, qui s’épuise de son encre
Un simple bout de plastique en fin de compte…

Stylo bleu, Bic, basique
Mais clef de mon imagination
Quand j’écris, mes pensées se libèrent
Avec ce stylo, j’écris des maux et des mots
Je crée des dessins et des histoires

Qui font voyager, telle une musique apaisante
Au bord d’une plage et de ses courbes lentes
Objet insignifiant qui ouvre des portes,
Stylo bleu, Bic, basique
Qui mène au chemin de l’idéal !

« Je crée des dessins et des histoires
Qui font voyager, telle une musique apaisante
»

Illustration : © Amadou N., 2019

Exposition « Transmutations, les chemins de l’invisible »… Amadou N.

La classe de Première 5 et la classe de Première STMG1 du Lycée en Forêt présentent…

Transmutations : les chemins de l’invisible
15 décembre 2019 – 20 janvier 2020

« Extraordinaires banalités »… Une simple chaise, des cailloux, une palissade, un banal réverbère, quelques gouttes d’eau laissées sur un pare-brise, un quai de gare vide ou une photo ratée… Tels ont été les matériaux banals auxquels se sont intéressés les élèves, qui ont rédigé leur texte et l’ont illustré personnellement.

En somme, écrire un poème, n’est-ce pas apprendre à « se faire voyant » tel que l’affirmait Rimbaud pour faire naître du banal l’apparition ? Ainsi, l’ordinaire ouvre non seulement à la quête métaphysique mais aussi à un chemin initiatique : celui d’une élévation intérieure, et d’une poétique de l’invisible…

Pour lire le texte de présentation dans son intégralité, cliquez ici.
Chaque semaine, plusieurs textes seront publiés dans cet Espace pédagogique et rassemblés ultérieurement dans un recueil présenté lors de la journée portes ouvertes du lycée. Ce recueil sera ensuite consultable au CDI du lycée.

Crédit iconographique (affiche de l’exposition) : © Bruno Rigolt, décembre 2019

 

« Stylo bleu, Bic, basique »

par Amadou N.
Classe de Première STMG1

Stylo bleu, Bic, basique
Stylo bleu à écrire un simple mot
Ou un contrôle raté
Stylo qui fuit, qui s’épuise de son encre
Un simple bout de plastique en fin de compte…

Stylo bleu, Bic, basique
Mais clef de mon imagination
Quand j’écris, mes pensées se libèrent
Avec ce stylo, j’écris des maux et des mots
Je crée des dessins et des histoires

Qui font voyager, telle une musique apaisante
Au bord d’une plage et de ses courbes lentes
Objet insignifiant qui ouvre des portes,
Stylo bleu, Bic, basique
Qui mène au chemin de l’idéal !

« Je crée des dessins et des histoires
Qui font voyager, telle une musique apaisante
»

Illustration : © Amadou N., 2019

La classe de Seconde 10 présente… Fin’Amor Expo! Aujourd’hui : Charlotte L.

Maquette graphique : photomontage d’après Le Roman de la rose.
(BNF, Manuscrits, français 1567, f. 10)

Les élèves de Seconde 10 du Lycée en Forêt sont fiers de vous présenter l’édition 2019-2020 de la « Fin’Amor Expo ». ,La thématique retenue est en effet la fin’amor, thème central du chant courtois, à l’origine de la poésie amoureuse européenne. Les jeunes gens se sont entraînés à rédiger des textes fortement inspirés de la poésie du Moyen Âge, dans lesquels la virtuosité verbale côtoie les accents les plus sincères… 

Chaque jour, découvrez un nouveau poème jusqu’en janvier 2020 !

Aujourd’hui… Charlotte

Jeudi 26 décembre : Marielle D.
Mardi 31 décembre : Camille D.-W.

  

« Pris en chasse par l’archer de votre cœur »

par Charlotte L.
Classe de Seconde 10

 

a jolie dame je fus tiraillé !
Mon cœur ne put supporter cette douleur
Il se vit poignardé lorsque j’ai aperçu votre douceur
Je fus pris en chasse par un archer
Et vous êtes la flèche maîtresse
Vous abattant sur le premier animal en détresse
Me provoquant tant de malheur :
Je fus votre proie
Et vous vous êtes emparée de moi.

Je ne pus me résigner qu’à vous observer
Tentant de m’emparer de vous
Vainement tel un fou
Afin de me libérer de cette flèche empoisonnée !
Vous êtes la cause de mon désarroi
Et vous restez pourtant sans émoi…
Mon dernier regard sera dirigé vers vous
Gravé pour toujours
Dans le cœur d’un troubadour

Je mourrai par cette flèche en plein cœur
Qui est la cause de mon désamour
Et vous, m’aimerez-vous jamais en retour ?

« Je fus votre proie
Et vous vous êtes emparée de moi…
»

Illustration : Codex Manesse, Zurich, 1340
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/cpg848/0114

 

Frise d’après Codex Manesse, Bruno Rigolt, 2019

_

_